Défense
Le Venezuela souhaite acquérir 9 sous-marins

Actualité

Le Venezuela souhaite acquérir 9 sous-marins

Défense

U214, Amur, Scorpène, S 80...? Le chef d'état major de la marine vénézuélienne a indiqué que son pays souhaitait acquérir un importante flotte, composée de neuf sous-marins de nouvelle génération. En 2006, DCN espérait décrocher le contrat avec le Scorpène, conçu en coopération avec les Espagnols de Navantia, Caracas se montrant intéressée par le bâtiment. L'Elysée, pour des raisons géostratégiques, s'est toutefois opposé à la vente de ces équipements sensibles au gouvernement Chavez. N'ayant pas reçu d'interdiction de Madrid, Navantia aurait, néanmoins, présenté une offre portant sur des Scorpène et, visiblement, sur du S 80, un bâtiment purement national, directement dérivé du submersible franco-espagnol mais équipé d'un système de combat américain. Cette dernière solution semble peu viable, en raison d'un véto probable de Washington sur un tel contrat. Bien que s'étant retirés de la compétition, les Français seront néanmoins, sollicités par Navantia si le Venezuela retient l'offre espagnole. La conception du Scorpène étant franco-espagnole et les accords industriels imposant une co-réalisation, à Paris, un dossier auprès de la Commission interministérielle d'exportation des matériels de guerre (CIEMG) aurait été déposé, afin d'obtenir l'accord de l'Etat pour les parties à construire chez DCN. Pour Madrid et Paris, si la situation politique du Venezuela reste sensible, avec un président résolument antiaméricain et ayant récemment fait des gestes de rapprochement avec l'Iran, le contrat n'en reste pas moins énorme et ses effets, tant économiques que sociaux, loin d'être négligeables. Le Venezuela ne disposant pas de l'outil industriel pour réaliser les bâtiments, ces unités seront construites dans les sites du candidat retenu, avec une dizaine d'années de charge et des milliers d'emplois à la clé. Sont également sur les rangs pour cette commande l'Allemand HDW et son type 212/214, ainsi que la Russie avec l'Amur, version export du Lada. Caracas souhaite que les futurs bâtiments puissent disposer d'une autonomie de 50 jours sans assistance. L'achat de systèmes de propulsion en circuit fermé, type AIP, est à l'étude.
Le choix du type de submersible retenu est prévu en 2007.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense