Marine Marchande
Le Ville de Bordeaux au service de la logistique Airbus

Reportage

Le Ville de Bordeaux au service de la logistique Airbus

Marine Marchande
Reportage

L’avionneur Airbus possède une histoire peu commune, adossée à la construction européenne. Il en résulte un découpage industriel très complexe avec de multiples usines sur le continent, spécialisées dans la réalisation de certaines parties d’avion. Deux sites d’assemblage du groupe se partagent la majorité du carnet de commandes civil. Il s’agit d’Hambourg (famille A320) et Toulouse (famille A320, A330, A350, A380). Pour assurer sa logistique, Airbus utilise un mix de différentes solutions : terrestre avec des convois exceptionnels sur des courtes et moyennes distances, aérienne avec l’avion-cargo Beluga et enfin maritime avec trois rouliers. Ces navires sont aujourd’hui tous armés par Louis Dreyfus Armateurs au travers de sa filiale LD Seaplane. Ce sont les « Ville de Bordeaux » (2004), « City of Hamburg » (2008) et « Ciudad de Cadiz » (2009), construits respectivement au chantier Jinling Shipyard de Nanjin pour le premier et au chantier ST Marine de Singapour pour les deux suivants. Un quatrième, le Spirit of Montoir, a été affrété en 2017 pour suivre la montée en cadence de la production d’Airbus et un cinquième, le Stena Forecaster, pour assurer une liaison régulière entre Montoir et la toute nouvelle usine d’assemblage américaine d’Airbus située à Mobile (Alabama)

 

L'usine d'Hambourg est la deuxième plus importante du groupe après Toulouse (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

L'usine d'Hambourg est la deuxième plus importante du groupe après Toulouse (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Le Ville de Bordeaux navigue sous pavillon français et se compose d’un équipage entièrement français. Il est affecté à la ligne nord et relie les ports d’Hambourg et de Saint-Nazaire à raison d’un aller-retour par semaine. Il a été spécialement conçu pour le transport de pièces d’A380, le long-courrier quadriréacteur d’Airbus, que ne pouvaient emporter les avions-cargos Beluga. Aujourd’hui nous vous proposons d’embarquer sur une rotation entre Hambourg et Saint-Nazaire.

 

Maquette d'A380 en passerelle (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Maquette d'A380 en passerelle (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Arrivée et chargement à Hambourg

En ce matin de début septembre, le temps est très brumeux à Hambourg. L’usine Airbus est située à Finkenwerder, une sorte de péninsule à l’ouest de la ville et du port. Elle dispose de sa propre piste d’atterrissage ainsi que d’un quai en bordure de l’Elbe. C’est là que le Ville de Bordeaux réalise sa manœuvre. Arrivé à l’aube, le roulier accoste par ses propres moyens. Toutefois, le site n’est pas aisé, la présence de nombreux ducs-d’Albe servant de point d’attente pour le port d’Hambourg demande au navire de se faufiler jusqu’à la rampe. Une fois passée cette étape, il peut se rapprocher du quai où l’attend de puissantes défenses verticales. Les lamaneurs passent alors à l’action pour amarrer le roulier.

 

Les renforts le long du quai (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Les renforts le long du quai (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

La zone logistique d’Hambourg donne directement sur le terre-plein de l’usine. Cela évite de devoir faire transiter des colis lourds par la route. L’installation est mobile. Fermée par deux portes géantes en l’absence d’opérations de manutention, elle peut s’abaisser grâce à des vérins hydrauliques pour permettre aux camions de chargement d’atteindre la cale du navire dans les meilleures conditions. Les portes permettent aussi d’éviter d’éventuels débordements de l’Elbe. Airbus assure  la manutention avec ses propres équipes. Une demi-douzaine d’opérateurs est mobilisée pour le chargement / déchargement du navire.

A320, A330 et A350 au programme

Le Ville de Bordeaux n’est pas arrivé les mains vides. Il faut donc décharger les roll trailers hybrides. Ce sont des remorques spéciales qui portent des pièces d’avions. Elles sont conçues pour empêcher toute contrainte sur la précieuse marchandise. On y trouve des transpondeurs passifs que le personnel Airbus va scanner avec un appareil de type Pidion pour suivre les colis et enregistrer leur position tout au long de la chaine logistique. Les roll trailers hybrides sont équipés de système de freinage et de signalisation comme des remorques routières standards. Une fois mis à bord, leur circuit hydraulique est purgé pour permettre le saisissage et éviter tout mouvement en cours de traversée. Pour les bouger, on utilise des tracteurs néerlandais Terberg / Tug. Les roll trailers hybrides sont toujours chargés par l’arrière. Pour le déchargement, il suffit donc aux tracteurs tug de venir accrocher les roll trailers et de repartir. Ce jour-là, de nombreuses pointes avant d’A320 rejoignent leur ligne d’assemblage en Allemagne. Elles sont remplacées par sept tronçons de fuselages et d’ailes ainsi que six berceaux vides. On retrouve des parties d’A330 et A350 destinés à l’usine de Toulouse, mais aussi d’A320 devant être acheminées à l’usine américaine de Mobile.

 

Il existe différents types de roll trailers (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Il existe différents types de roll trailers (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 …
Louis Dreyfus Armateurs Airbus | Toute l'actualité du constructeur aéronautique et de sa logistique maritime