Marine Marchande
Le Ville de Bordeaux au service de la logistique Airbus

Reportage

Le Ville de Bordeaux au service de la logistique Airbus

Marine Marchande

L’avionneur Airbus possède une histoire peu commune, adossée à la construction européenne. Il en résulte un découpage industriel très complexe avec de multiples usines sur le continent, spécialisées dans la réalisation de certaines parties d’avion. Deux sites d’assemblage du groupe se partagent la majorité du carnet de commandes civil. Il s’agit d’Hambourg (famille A320) et Toulouse (famille A320, A330, A350, A380). Pour assurer sa logistique, Airbus utilise un mix de différentes solutions : terrestre avec des convois exceptionnels sur des courtes et moyennes distances, aérienne avec l’avion-cargo Beluga et enfin maritime avec trois rouliers. Ces navires sont aujourd’hui tous armés par Louis Dreyfus Armateurs au travers de sa filiale LD Seaplane. Ce sont les « Ville de Bordeaux » (2004), « City of Hamburg » (2008) et « Ciudad de Cadiz » (2009), construits respectivement au chantier Jinling Shipyard de Nanjin pour le premier et au chantier ST Marine de Singapour pour les deux suivants. Un quatrième, le Spirit of Montoir, a été affrété en 2017 pour suivre la montée en cadence de la production d’Airbus et un cinquième, le Stena Forecaster, pour assurer une liaison régulière entre Montoir et la toute nouvelle usine d’assemblage américaine d’Airbus située à Mobile (Alabama)

 

L'usine d'Hambourg est la deuxième plus importante du groupe après Toulouse (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

L'usine d'Hambourg est la deuxième plus importante du groupe après Toulouse (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Le Ville de Bordeaux navigue sous pavillon français et se compose d’un équipage entièrement français. Il est affecté à la ligne nord et relie les ports d’Hambourg et de Saint-Nazaire à raison d’un aller-retour par semaine. Il a été spécialement conçu pour le transport de pièces d’A380, le long-courrier quadriréacteur d’Airbus, que ne pouvaient emporter les avions-cargos Beluga. Aujourd’hui nous vous proposons d’embarquer sur une rotation entre Hambourg et Saint-Nazaire.

 

Maquette d'A380 en passerelle (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Maquette d'A380 en passerelle (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Arrivée et chargement à Hambourg

En ce matin de début septembre, le temps est très brumeux à Hambourg. L’usine Airbus est située à Finkenwerder, une sorte de péninsule à l’ouest de la ville et du port. Elle dispose de sa propre piste d’atterrissage ainsi que d’un quai en bordure de l’Elbe. C’est là que le Ville de Bordeaux réalise sa manœuvre. Arrivé à l’aube, le roulier accoste par ses propres moyens. Toutefois, le site n’est pas aisé, la présence de nombreux ducs-d’Albe servant de point d’attente pour le port d’Hambourg demande au navire de se faufiler jusqu’à la rampe. Une fois passée cette étape, il peut se rapprocher du quai où l’attend de puissantes défenses verticales. Les lamaneurs passent alors à l’action pour amarrer le roulier.

 

Les renforts le long du quai (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Les renforts le long du quai (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Louis Dreyfus Armateurs Airbus | Actualité maritime de l'avionneur européen