Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande
ABONNÉS

Actualité

Le Ville de Bordeaux va être équipé d'une voile Airseas

Marine Marchande

Une voile pour les futurs voyages transatlantiques du Ville de Bordeaux : l’accord entre Airbus, propriétaire du roulier et Airseas, fabricant de la voile a été signé cette semaine. L’avionneur avait déjà effectué, il y a quelques mois, des tests du kite développé par Airseas sur un autre de ses navires, le Ciudad de Cadiz. Ceux-ci ont été concluants et ont donc ouvert la voie à une installation, en 2020, de cette voile de 500 m2 sur le Ville de Bordeaux, qui sera, à ce moment-là, affecté à la ligne reliant les usines de Saint-Nazaire et de Mobile, aux Etats-Unis.

« Airseas est né au sein de l’incubateur d’Airbus et a donc bénéficié d’un environnement culturel et technique très aéronautique », rappelle Vincent Bernatets, directeur de la jeune entreprise toulousaine. Durant trois ans, lui et son équipe ont imaginé une aile qui puisse fonctionner le plus aisément possible, ne nécessitant aucune intervention de l’équipage et marchant à partir de 8 nœuds de vent. « Un ordinateur de bord, relié aux anémomètres installés spécifiquement pour l’utilisation de la voile, va proposer à l’officier de quart le déploiement de la voile. Cela se matérialisera par un segment de couleur sur le tracé de la route du navire, adaptée aux vents. C’est ensuite le marin qui décidera ou non de l’envoi de la voile. Celle-ci se déploie et s’affale dans une durée comprise entre cinq et dix minutes. En cas de nécessité, liée par exemple à un changement imprévu et brutal de cap, un bouton permettra à la voile d’être mise en position neutre, au dessus du bateau, en cinq secondes ». Avec cette voile de 500 m2, le Ville de Bordeaux devrait économiser, en moyenne, 20% de combustible sur un voyage transatlantique.

 

Vincent Bernatets, directeur d'Airseas, et Benoît Lemonnier, VP Transport et Logistique d'Airbus ( MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Vincent Bernatets, directeur d'Airseas, et Benoît Lemonnier, VP Transport et Logistique d'Airbus ( MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

Le maritime au coeur de la logistique Airbus

Pour Airbus, cette évolution est cohérente. « Le transport maritime est au cœur de notre logistique depuis le démarrage de la production des A380, dont les pièces ne pouvaient être transportées par nos avions Beluga. Nous avons trois bateaux en propriété et un quatrième affrété et la montée en charge de notre usine américaine va encore renforcer notre segment de transport maritime », détaille Benoit Lemonnier, vice-président d’Airbus en charge du transport et de la logistique. Pour mémoire, les trois bateaux en propriété (Ville de Bordeaux, City of Hamburg et Ciudad de Cadiz) sont sous pavillon français et armés par Louis Dreyfus Armateurs. Un quatrième, le Spirit of Montoir, a été affrété l’an dernier pour faire face à la montée en charge de la production des usines : le recul des commandes d’A380, pour qui la logistique maritime avait été pensée, a été compensée par la montée en charge sur les autres segments de l’avionneur. C’est LD Seaplane, une filiale du groupe LDA, qui coordonne cette chaîne logistique permettant la desserte de l’ensemble des usines européennes et méditerranéennes du groupe Airbus (Hambourg, Mostyn, Saint-Nazaire, Naples, Cadiz, Séville, Naples et Tunis).

Deux routes, une Nord et une Sud, sont actuellement assurées par les rouliers qui déposent les différentes pièces d’avions à Pauillac, d’où elles sont acheminées par barge à Langon puis en camion à Toulouse. « Actuellement, nous avons deux navires affectés à la ligne nord, le Ville de Bordeaux et le City of Hamburg. C’est une mesure temporaire en attendant l’entrée en flotte de notre nouvel avion de transport Beluga XL ». Une fois celui-ci arrivé, le Ville de Bordeaux pourra donc être redéployé sur la ligne américaine, qui assurera une cadence de transport de quatre équivalents avion par mois. « Les bateaux sont devenus un vecteur indispensable et la question de l’élargissement de notre flotte, à l’avenir, se posera sans doute ».

Pour Airseas, cette première installation est prometteuse. « Nous avons déjà beaucoup de contacts avec des armateurs intéressés et ce pour tous types de navires : vraquier, pétroliers, ferries effectuant des traversées longues... Nous travaillons sur des voiles plus grandes qui pourront s’adapter à des navires de fort tonnage », souligne Vincent Bernatets. L’entreprise va désormais pouvoir s’installer dans de nouveaux locaux et envisage l’ouverture d’une usine à l’horizon 2030.

Airbus Louis Dreyfus Armateurs