Défense
Le VN Sapeur part temporairement à Cherbourg

Actualité

Le VN Sapeur part temporairement à Cherbourg

Défense
Marine Marchande

A peine mis en service à Brest, le VN Sapeur, nouveau bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution (BSAD) affrété par la Marine nationale part pour Cherbourg, où il est attendu d’ici demain. Un déploiement temporaire, explique-t-on à la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, destiné à maintenir à la pointe du Cotentin les capacités de lutte contre la pollution pendant l’arrêt technique de l’Elan. Le bâtiment de soutien de région (BSR) est en effet entré en arrêt technique programmé dans la base navale normande. Les travaux doivent s’achever le 15 août mais, le temps que les essais de sortie de chantier soient menés à bien, le VN Sapeur doit rester posté à Cherbourg jusqu’au 23 août, date à laquelle il retournera à Brest.

 

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

 

En attendant la remise en service de l’Athos et de l’Aramis

Normalement, la marine aurait pu se passer du VN Sapeur pendant la période d’indisponibilité de l’Elan. Mais, cet été, elle doit faire face à une réduction momentanée de ses moyens opérationnels sur la façade Manche – mer du Nord. Car les deux nouveaux patrouilleurs de la Gendarmerie maritime, l’Athos et l’Aramis (ex-PSS transférés par la Marine nationale suite à la fermeture de la base navale de l’Adour) ne seront pas opérationnels avant la fin de l’automne. Leur conversion nécessite en effet d’importants travaux, qui débutent cet été. En attendant, alors que le Glaive a été retiré du service en juin et même si le Géranium ne partira pour Lorient qu’une fois les ex-PSS opérationnels, les patrouilleurs de service public Flamant, Pluvier et Cormoran vont être très sollicité. D’où le souhait de la préfecture maritime de disposer du VN Sapeur pendant l’arrêt technique de l’Elan, afin le cas échéant d’avoir sous la main un navire de lutte contre la pollution. Sachant que Brest dispose avec l’Argonaute d’un autre BSAD.

 

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

 

Ancien remorqueur norvégien racheté par SeaOwl

Propriété de la société française SeaOwl, le VN Sapeur est affrété depuis le 1er juillet pour une période de quatre ans par la Marine nationale. Il remplace à Brest le BSAD Alcyon, qui était exploité par Bourbon pour le compte de la flotte française  depuis 1988.

 

Le VN Sapeur, ex-Normand Jarl, à son arrivée à Brest fin juin (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur, ex-Normand Jarl, à son arrivée à Brest fin juin (© MICHEL FLOCH)

 

Du type UT 712, le VN Sapeur est un ancien remorqueur ravitailleur releveur d’ancre (AHTS), connu auparavant sous le nom de Normand Jarl et racheté à l’armement norvégien Solstad par SeaOwl. Long de 75 mètres pour une largeur de 16.6 mètres, le navire est doté de deux moteurs Wärtsilä 12V32D pour puissance totale de 12.000 cv, ainsi que trois propulseurs en tunnel. Il peut atteindre la vitesse de 16 nœuds. Le VN Sapeur est équipé de moyens de lutte contre les incendies et présente une capacité de traction au point fixe de 150 tonnes, nettement supérieure à celle de l’Alcyon (60 tonnes) et presque équivalente à celle des Abeille Flandre et Abeille Languedoc (160 tonnes).

 

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

 

Arrêt technique chez Damen

Arrivé à Brest le 27 mai, le navire est passé en cale sèche chez Damen. Un arrêt technique au cours duquel il a reçu sa nouvelle livrée, avec les bandes tricolores de l’action de l’Etat en mer,  ainsi que les équipements nécessaires à sa nouvelle mission. Le VN Sapeur a notamment reçu une chaudière destinée à réchauffer le pétrole qu’il pourrait être amené à pomper sur des navires accidentés ou ayant fait naufrage. D’une capacité de levage de 23 tonnes, la grue qui équipait l’Alcyon et appartient à la Marine nationale a également été montée à bord. Dans sa nouvelle configuration, le bâtiment peut mettre en œuvre différents moyens de lutte contre la pollution, dont des bras écrémeurs et des barrages flottants.

 

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur hier en rade de Brest (© MICHEL FLOCH)

 

Fin des essais hier avec le remorquage du VN Partisan

Depuis le 1er juillet, date officielle de son entrée en service au profit de la marine, le BSAD a enchainé les essais en rade de Brest. Après avoir testé et validé ses moyens de lutte contre la pollution, le VN Sapeur a effectué des tests de remorquage. Pour cela, le bâtiment a franchi hier matin le goulet avec le navire plastron VN Partisan, qui appartient comme le BSAD à SeaOwl et sert habituellement aux entrainements des unités de la Marine nationale. Il s’agissait des derniers essais du VN Sapeur, qui est désormais pleinement opérationnel. 

 

Le VN Sapeur et en avant le VN Partisan hier matin (© MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur et en avant le VN Partisan hier matin (© MICHEL FLOCH)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française