Science et Environnement
Le volcan sous-marin de Mayotte ne s'est pas beaucoup étendu

Actualité

Le volcan sous-marin de Mayotte ne s'est pas beaucoup étendu

Science et Environnement

Au début du mois de mai, deux campagnes scientifiques au dessus du volcan sous-marin au large de Mayotte ont été menées par le bâtiment de soutien et d'assistance outre-mer (BSAOM) Champlain de la Marine nationale avec à son bord des scientifiques de l'Ifremer, IPGP et du CNRS, ainsi que par le navire de survey Gauss, de la compagnie Fugro. Ces campagnes Mayobs 13-1 et Mayobs 13-2 ont été coordonnées par le « réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte » (REVOSIMA), mis en place à l’été 2019 suite aux campagnes, notamment menées par le Marion Dufresne, ont permis de découvrir fin mai 2019 un nouvel édifice volcanique sous-marin actif au large de Mayotte. 

Ces nouvelles campagnes avaient pour but de récupérer  les données des stations sismiques de fond de mer. Celles-ci ont recueilli des informations indispensables pour la compréhension du phénomène ces derniers mois. Sept d'entre eux ont été remontées à bord, deux ont été perdus. Six stations ont été immédiatement reconditionnées et remises à l'eau. Les données récupérées vont être traitées par les laboratoires au cours du mois de juin.

Mayobs-2 qui consistait en un relevé à l'échosondeur par le Gauss a permis d’observer que « la morphologie du volcan découvert en mai 2019 à environ 50 km à l'Est des côtes de Mayotte ne montre pas d’évolution majeure depuis le mois d'août dernier. Le relief du fond marin de l’ensemble de cette zone a cependant été modifié sur un secteur d'environ 5 kmau Nord-ouest du volcan. Cette évolution pourrait résulter de nouvelles coulées magmatiques, dont l'épaisseur, l'étendue et le volume sont en cours d’évaluation. Elles signent la persistance d’une activité volcanique tout comme l’identification de deux nouveaux panaches de fluides chauds à 1400 m de profondeur à l’aplomb des zones de génération des séismes », selon la communication des scientifiques.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.