Nautisme
Le Yersin entre en arrêt technique à Bordeaux

Fil info

Le Yersin entre en arrêt technique à Bordeaux

Nautisme

Le yacht YERSIN entre dans les bassins à flots du Port de de Bordeaux, pour son arrêt technique, coordonné par le chantier CLYD Refit. 2ème étape du séjour bordelais du yacht YERSIN : son entrée ce 3 juin au petit matin dans les bassins à flot, sur le pole naval du Grand Port Maritime de Bordeaux, pour procéder à des travaux de refit, sous la houlette de CLYD. Depuis le 18 mai, le YERSIN, yacht d’exploration de 77 m de long, et de dernière génération environnementale, est en escale dans le port de la Lune, au ponton Ariane, opéré par Bordeaux Métropole. Après une longue période de navigation, cette pause d’une quinzaine de jours en centre-ville a été très appréciée par l’équipage. Ce mercredi 3 juin, le navire a quitté le ponton à 5h15, est passé sous le pont Chaban Delmas à 5h30 et a profité de la haute mer pour franchir les écluses des bassins à flot, afin de se positionner au poste 209 du pole naval du Port de Bordeaux pour cette nouvelle étape de son séjour bordelais. La société CLYD, dirigée par l’architecte naval Exequiel Cano Lanza, a été choisie pour coordonner différents travaux à réaliser lors de cette escale technique du YERSIN. CLYD, reconnue pour son expérience et son savoir-faire en matière de refit et construction navale, utilisera les infrastructures et les services mis à sa disposition par le Port de Bordeaux, et s’appuiera sur le tissu industriel local dans les technologies « marine » pour ce premier chantier de refit d’un grand yacht. Le commandant du navire, Jean Dumarais, est ravi d’avoir trouvé à Bordeaux des spécialistes, et des infrastructures tout à fait adaptées aux travaux sur des yachts souhaitant naviguer dans les régions polaires. Il souligne que l’escale bordelaise se trouve « idéalement placée, à la croisée des routes Nord/Sud et Est /Ouest de nombreux yachts ». Le YERSIN restera quelques mois dans les bassins à flot, le temps des travaux, qui seront réalisés sans assèchement du navire. Il quittera ensuite Bordeaux pour de nouvelles navigations polaires

Communiqué du GPMB