Construction Navale
L’Ecole Centrale de Nantes veut allonger son grand bassin de houle

Actualité

L’Ecole Centrale de Nantes veut allonger son grand bassin de houle

Construction Navale

Le grand bassin de houle, l’un des principaux moyens d’essais du Laboratoire de recherche en Hydrodynamique, Energétique et Environnement Atmosphérique (LHEEA) de l’Ecole Centrale de Nantes, devrait être agrandi. Ce projet fait l’objet d’une demande de financement dans le cadre du contrat de plan 2015-2020 entre l’Etat et la Région des Pays de la Loire, qui sera entériné dans les prochaines semaines. Si le projet est acté, les travaux devraient être achevés vers 2018. Le grand bassin de houle, large de 30 mètres, verrait sa longueur passer de 50 à 90 mètres. Alors que la profondeur actuelle est de 5 à 10 mètres, la future extension serait dotée d’un système offrant une immersion variable, pouvant être réduite à moins d’1.5 mètre. Initialement, ce bassin avait en effet été conçu pour réaliser des expérimentations sur des projets dans l’offshore pétrolier et de navires hauturiers, nécessitant de simuler de grandes profondeurs. Or, ces dernières années ont vu se développer les projets d’activités par petits fonds, notamment dans le domaine des énergies marines. Centrale Nantes travaille, ainsi, sur des projets d’éoliennes offshore, d’éoliennes flottantes, d'hydroliennes ou encore de systèmes houlomoteurs.

Même si le petit bassin de houle du LHEEA, où est actuellement testée une fondation d’éolienne offshore, est utilisé pour simuler des petits fonds, les ingénieurs du laboratoire ont besoin d’un outil plus grand permettant de reproduire encore plus fidèlement les conditions de mer et le comportement des structures dans cet environnement spécifique.

 

Maquette d'hydrolienne (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette d'hydrolienne (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette d'éolienne flottante (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette d'éolienne flottante (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Bien que les simulations numériques aient fait des progrès énormes et offrent un gain de temps considérable, les essais en bassin permettent toujours, grâce à des maquettes, de valider les conceptions virtuelles. Pour se faire, l’Ecole Centrale de Nantes dispose d’un bassin de traction de 150 mètres de long pour 5 mètres de large et 3 mètres de profondeur, ainsi que ses deux bassins de houle. Le plus grand, capable de produire des houles de plus d’1 mètre de crête à creux, a été équipé en 2012 d’un système de soufflerie capable de reproduire un vent présentant des caractéristiques réalistes.   

 

Le bassin de traction du laloratoire (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le bassin de traction du laloratoire (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette en essais dans le bassin de traction (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette en essais dans le bassin de traction (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)