Marine Marchande
L'Ecole Nationale Supérieure Maritime tient son premier Conseil d'administration

Actualité

L'Ecole Nationale Supérieure Maritime tient son premier Conseil d'administration

Marine Marchande

Le premier Conseil d'administration de l'Ecole Nationale Supérieure Maritime, née officiellement le 1er octobre en remplacement des anciennes Ecoles Nationales de la Marine Marchande (ENMM), s'est déroulé lundi à Paris. Sous la présidence d'Eudes Riblier, le CA provisoire a donné un avis favorable à la nomination (sur proposition du ministre de l'Ecologie) d'Henri Poisson, administrateur provisoire, aux fonctions de directeur général de l'ENSM. Ce dernier a présenté au conseil l'organisation de la nouvelle école, répartie sur quatre centres à Marseille, Le Havre, Nantes et Saint-Malo. Dans chaque site, un directeur veillera au bon fonctionnement du centre, à la vie scolaire et à la représentation de l'ENSM auprès des partenaires régionaux. « Ces directeurs participeront activement aux comités de direction, le travail en équipe étant une clef de la réussite pour cette école installée dans quatre ports », a-t-il souligné.
Les propositions de nomination présentées par Henri Poisson ont été approuvées par le CA. On notera que les anciens directeurs des quatre ENMM changent. Philippe Galvanion, professeur de l'enseignement maritime et depuis 2008 directeur de l'école de Saint-Malo, prend la direction du centre de Marseille. Au Havre, c'est Christian Larrieu, officier du corps technique des Affaires maritimes et ex-secrétaire général de l'école normande, qui hérite de cette fonction. Le centre de Nantes a, quant à lui, Cyrille Le Camus, ancien secrétaire général de la direction des Affaires maritimes du Havre et auparavant SG de l'hydro de Marseille, comme nouveau directeur. Enfin, la direction du centre malouin de l'ENSM revient à Pierre Léonard, ancien officier devenu par la suite enseignant à Saint-Malo. Toujours en Bretagne, on notera par ailleurs que le Centre d'Entraînement à la Survie et au sAuvetage en Mer (CESAME), qui dépendait de l'Hydro de Saint-Malo, reste dirigé par Erwan Loison.

Le CESAME, à Saint-Malo  (© : CESAME)
Le CESAME, à Saint-Malo (© : CESAME)

Une nouvelle équipe autour d'Henri Poisson

Les quatre directeurs des centres de Marseille, Le Havre, Nantes et Saint-Malo sont placés sous l'autorité du directeur général de l'école, qui s'appuiera sur une équipe de quatre personnes. Déjà nommé, le secrétaire général de l'ENSM est Jean-Louis Munoz. Le poste de directeur des études revient, quant à lui, à Michel Guillemet, auparavant directeur des études à Marseille. Le directeur de la recherche n'a pas encore été nommé mais, à titre temporaire, Laurent Galy, professeur de l'enseignement maritime, a pris la tête d'un service de coordination de la recherche. Le quatrième membre de l'équipe entourant Henri Poisson n'est, également, pas encore nommé. Il occupera la fonction de chargé de mission pour les relations internationales, une fonction clé dans la stratégie d'ouverture de l'ENSM.
Lors du premier Conseil d'administration de la nouvelle école, Henri Poisson a aussi souligné l'importance de la création, sous l'autorité du directeur des études, du centre de liaison avec les élèves hors établissement, chargé de l'organisation et du suivi des étudiants pendant leurs périodes de stages embarqués ; ainsi que l'élargissement des fonctions du service de la documentation pédagogique, outil essentiel pour l'harmonisation et l'évolution des enseignements dispensés dans les quatre centres. Deux anciens officiers de la Marine nationale héritent de ces services. Philippe Roquet, auparavant directeur des études de l'Hydro de Nantes, prend la tête du service de la documentation pédagogique, alors que Bertrand de la Bourdonnaye, qui était directeur des études au Havre, devient chef du service du centre de liaison.

Eudes Riblier a été nommé président de l'ENSM (© : MER ET MARINE)
Eudes Riblier a été nommé président de l'ENSM (© : MER ET MARINE)

La composition du CA

Pour l'heure, le Conseil d'administration compte 23 membres. Un premier tiers se compose de 4 représentants de l'Etat (Secrétaire général du ministère de l'Ecologie, Directeur général des Infrastructures, des Transports et de la Mer, Chef d'état-major de la Marine nationale et Inspecteur général de l'Enseignement maritime), ainsi que 3 personnalités qualifiées (Eudes Riblier, président de l'ENSM et de l'IFM ; Jean-Yves Perrot, président de l'Ifremer et Patrick Chedmail, directeur de Centrale Nantes). Le second tiers du Conseil d'administration est, pour l'essentiel, composé de représentants des professionnels susceptibles d'embaucher les élèves de l'école. Comptant 8 membres, il regroupe un représentant des anciens élèves, un représentant du Médef (Francis Vallat) et 6 représentants des armateurs (dont Anne-Sophie Avé, délégué général d'Armateurs de France, ainsi que 5 dirigeants de la Méridionale, Brittany Ferries, Boluda et l'Armement Maritime Nantais). Enfin, le dernier tiers du CA compte 4 représentants des enseignants, 2 représentants des personnels administratifs et 2 représentants des élèves.

Un simulateur, ici du groupe BOURBON  (© : BOURBON)
Un simulateur, ici du groupe BOURBON (© : BOURBON)

Un Conseil provisoire en attendant des élections en septembre

Nommé par décret, ce Conseil d'administration n'est que provisoire. En effet, suivant les statuts de l'ENSM, le troisième « collège », celui des enseignants, du personnel et des élèves, doit faire l'objet d'une élection. Le CA provisoire va donc décider d'un règlement intérieur qui va, notamment, fixer les modalités de vote et de représentation des membres élus. Une première trame sera présentée au prochain conseil, prévu dans trois mois, afin que le règlement soit adopté au CA suivant, dans six mois. L'objectif est d'organiser les élections début septembre 2011, de manière à pouvoir réunir le Conseil d'administration définitif à la fin du même mois. On notera qu'en dehors des membres élus, des changements sont aussi à prévoir au niveau des armateurs, qui sont aujourd'hui « surreprésentés » dans le secteur des ferries et « sous-représentés » dans les domaines du transport de marchandises ou des navires de service. Enfin, le premier « collège » sera porté à 8 membres, soit une personnalité qualifiée supplémentaire, afin d'obtenir les 24 membres du CA définitif.

 Nathalie Kosciusko-Morizet  (© : MEDDTL)
Nathalie Kosciusko-Morizet (© : MEDDTL)

« Un enseignement renouvelé, attractif et de qualité »

Nathalie Kosciusko-Morizet n'a pas pu assister, lundi, au premier Conseil d'administration de l'ENSM, en raison d'un voyage officiel en Inde avec le président de la République. Mais la ministre l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, que l'on dit « très intéressée » par la nouvelle école, avait confié à Daniel Bursaux, directeur général des Infrastructures, des Transports et de la Mer, un message pour le Conseil. Elle y souligne que « cette école est le fruit d'un combat et d'une belle ambition. Celle d'un enseignement supérieur maritime renouvelé, attractif et de qualité. Reconnu en France et à l'étranger ». NKM a demandé aux membres du CA et à la direction de l'ENSM « de travailler à la réussite de ce projet, qui s'inscrit parfaitement dans le cadre de la politique que j'entends mener en tant que ministre de la mer. Une politique maritime tournée vers le monde de l'entreprise et de l'emploi ».
Porté au niveau gouvernemental par l'ancien secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, la réforme de l'enseignement maritime français vise à redynamiser le secteur et rendre les professions maritimes, notamment d'officiers de la Marine marchande, plus attractives. Grâce à cette « refonte », l'ENSM délivrera, ainsi, un diplôme d'ingénieur reconnu, ce qui implique une formation en cinq ans avec une période d'embarquement réduite à un an. L'école dispense trois types de formations : La filière d'officier de première classe de la Marine marchande, la filière professionnelle (essentiellement à Nantes et Saint-Malo), ainsi que la formation continue. Côté effectifs, les quatre sites de l'école, qui regroupent environ 1200 élèves, emploient une centaine de personnels techniques et administratifs.

Ecole Nationale Supérieure Maritime | Actualité de l'ENSM