Construction Navale
A l'Elysée, il y avait aussi 150 salariés de STX France et une maquette de paquebot

Actualité

A l'Elysée, il y avait aussi 150 salariés de STX France et une maquette de paquebot

Construction Navale

De l’ouvrier à l’ingénieur, en passant par le chargé d’affaire et le technicien, pas moins de 150 personnels de STX France, ainsi que des représentants de ses coréalisateurs, étaient présents, mercredi, dans la superbe salle des fêtes de l’Elysée. C’est là, en présence de François Hollande, que Laurent Castaing, directeur général des chantiers de Saint-Nazaire, et Gianluigi Aponte, fondateur du groupe MSC, ont entériné l’accord portant sur la construction de quatre nouveaux paquebots géants à Saint-Nazaire. Au-delà de la volonté politique de mettre en avant la relance d'une industrie française qui réussit et dont l’Etat est un soutien crucial, cette cérémonie, préparée de longue date, visait surtout à marquer le partenariat historique liant l’armateur italo-suisse au chantier naval tricolore. « Saint-Nazaire, c’est 150 ans de construction navale et c’est aujourd’hui un fleuron de l’industrie française, avec lequel MSC a une longue histoire et des liens très forts. Les 12 paquebots que nous exploitons y ont été réalisés et 8 autres les rejoindront d’ici 2026. C’est un partenariat unique et une réussite collective que nous voulions célébrer dans ce lieux exceptionnel et hautement symbolique, avec le président de la République », souligne Erminio Eschena, en charge des relations institutionnelles chez MSC Cruises. La compagnie, comme le chantier, ont dès le début voulu ouvrir cet évènement aux équipes afin d’en faire un moment encore plus exceptionnel. « Bien entendu, il était impossible d’accueillir tous les salariés à l’Elysée mais nous ne voulions pas faire un évènement uniquement entre grands patrons et responsables politiques. Notre idée avec le chantier, que l’Elysée a immédiatement acceptée, a été d’y associer le plus largement possible ceux qui, tous métiers confondus, à Saint-Nazaire comme chez MSC et parmi les sous-traitants, participent à cette aventure industrielle et humaine commune ».

 

Photo de famille à l'Elysée (© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - JULIEN BONET)

Photo de famille à l'Elysée (© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - JULIEN BONET)

 

Un beau moment donc pour les heureux invités, ainsi que pour les dirigeants de MSC. Car François Hollande leur a offert, à cette occasion, une belle marque de reconnaissance publique, que l’armateur familial a du reste bien mérité puisqu’il est devenu le premier investisseur privé étranger de l’industrie française. Ainsi, après avoir dépensé 6.5 milliards d’euros à Saint-Nazaire entre 2003 et 2013, il a engagé ces deux dernières années 3 milliards supplémentaires pour les quatre paquebots de la classe Vista, auxquels s’ajoutent désormais les quatre mastodontes de la classe World. D’un coût de 4 milliards, ils génèreront 37 millions d’heures de travail aux chantiers français et porte leur visibilité jusqu’en 2026.

 

G. Aponte, F. Hollande et L. Castaing (© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - JULIEN BONET)

G. Aponte, F. Hollande et L. Castaing (© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - JULIEN BONET)

 

Si le business reste le business, on sait que Gianluigi Aponte et sa famille ont un vrai attachement pour cette entreprise et ses personnels. Lors de son allocution, l’ancien capitaine italien, qui a construit en 45 ans un empire maritime de taille mondiale, a insisté sur « la qualité du travail des chantiers » et l’implication des personnels, « des ouvriers, des ingénieurs, du management, toujours prêts à trouver une solution ». Justifiant également sa fidélité à STX France par l’action de l’Etat, en particulier le soutien au financement des navires via la Coface, mais aussi la « paix sociale qui assure la livraison des navires dans les temps », l’armateur a déclaré qu’il continuerait « à l’avenir à faire confiance à Saint-Nazaire».

 

(© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - JULIEN BONET)

(© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - JULIEN BONET)

 

Cet évènement élyséen fut aussi une manière de réaffirmer auprès des plus hautes autorités de l’Etat, qui à Paris l'oublient parfois, l’importance de l’industrie navale et, plus largement, le potentiel économique considérable que l’activité maritime peut représenter pour le pays. Et pour faire entrer un peu de mer et de construction navale dans ce palais, MSC a eu l’idée d’offrir au président une maquette de l’un de ses paquebots, le MSC Preziosa, né en 2013 dans l’estuaire de la Loire. Encore une création locale puisque l’imposant modèle réduit, long de 2.6 mètres et pesant 300 kilos, a été fabriqué par la société nantaise Maquettes Bertho, spécialisée dans ce type de réalisations qui représentent chacune des centaines d’heures de travail pour son atelier. « C’était une manière d’apporter de façon tangible notre histoire commune avec Saint-Nazaire à l’Elysée, où cette maquette sera exposée. Car ces bateaux sont une fierté nationale et, après le Normandie et le France, il était temps d’ajouter les paquebots de MSC ! », sourit Erminio Eschena. 

 

 

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire