Science et Environnement

Actualité

L'Energy Observer paré pour son tour du monde

L'Energy Observer, ancien catamaran de course, reconverti à la propulsion hydrogène est sorti du hangar où il était en préparation et vient d'être mis à l'eau à Saint-Malo. Jusqu'au 14 avril, le bateau s'offre aux regards des curieux qui pourront le visiter ainsi que le dôme-village qui l'accompagne, pour mieux comprendre son fonctionnement et sa mission écologique. C'est un bateau qui avance sans voiles par la seule force des énergies hydrauliques, éoliennes, solaires, et hydrogènes. « Voilà quatre ans que je travaille sur ce projet », explique son capitaine, le navitateur malouin Victorien Erussard. « D'abord avec Frédéric Dahirel avec qui j'ai fait la Transat Jacques Vabre». « En 2015, Jérôme Delafosse nous a rejoint». Les partenaires publics et privés ont participé au financement de ce projet dont le budget est de cinq millions d'euros.

Un budget de cinq millions d'euros

 « C'est un pari technologique et scientifique », précise Victorien Erussard : « Ce bateau est le symbole des énergies du futur ». « Un futur plus propre et tout proche », complète Jérôme Delafosse, auteur-réalisateur de documentaires, notamment sur les requins, qui le fascinent. « Approcher les requins m'a permis de constater la dégradation des fonds marins. Nous sommes en partenariat avec l'UNESCO, avec la mission d'éduquer et de sensibiliser.

L' Energy Observer est un aussi pour nous un véritable « média». Des documentaires seront tournés tout au long de ce périple, dont un en Bretagne. Le binôme Erussard-Delafosse compte tester les différents outils « new-age » : « Une hélice et une aile de traction intelligente développées par le navigateur Yves Parlier », ainsi que les dispositifs alliant « géothermie, énergies éoliennes, hydrogène ».... 130m2 de panneaux photovoltaïques capteront par ailleurs le soleil. 

Le tour de France du bateau de la transition énergétique commencera à Paris cet été et s'achèvera à Monaco en décembre prochain. Il entreprendra ensuite un tour du monde de 6 ans. 


Avec la rédaction du Télégramme