Marine Marchande
L'équipage du Marion Dufresne partiellement remplacé par des marins étrangers ?

Actualité

L'équipage du Marion Dufresne partiellement remplacé par des marins étrangers ?

Marine Marchande

Le Marion Dufresne est chargé, depuis bientôt 15 ans, du ravitaillement des Terres Australes et Antarctiques Françaises, ainsi que de missions scientifiques dans l'hémisphère sud. Géré par CMA CGM, le navire est immatriculé au Registre International Français (RIF) et compte un équipage composé de 28 officiers et personnels d'exécution français. S'y ajoute une quinzaine de Malgaches, historiquement présents à bord, se chargeant des opérations de manutention, comme les carottages, ou le chargement et le déchargement, via des barges, de matériel dans les îles ravitaillées. Propriété de l'Etat au travers des Terres Australes et Antarctiques Françaises, dirigées par un Préfet Administrateur Supérieur des TAAF, le navire est utilisé environ 4 mois par an pour le ravitaillement des terres australes et est sous-affrété à l'Institut Paul Emile Victor (IPEV) le reste de l'année pour des missions océanographiques. Le groupe CMA CGM est lié par contrat pour l'armement et l'entretien du navire.

« Délocalisation de main d'oeuvre »

Depuis plusieurs mois, des rumeurs circulaient quant à la volonté du préfet des TAAF de réduire les coûts inhérents aux services rendus par le Marion Dufresne. Si la perspective de désarmer le bâtiment semble aujourd'hui écartée, une réduction significative du nombre de marins français à bord serait à l'ordre du jour. Suite à la tenue récente d'un Comité d'Etablissement entre la direction de la CMA CGM et les délégués et représentants syndicaux, ces derniers ne cachent pas leur inquiétude. « L'Etat français, dans un souci contradictoire d'augmentation des crédits à la recherche semble vouloir armer le navire avec des officiers et marins étrangers en ne gardant que 10 français à bord sur 28 actuellement. C'est de la délocalisation de main d'oeuvre ! », dénonce la CFDT. Le syndicat se dit d'autant plus « scandalisé par ces agissements de l'Etat », que ce dernier a décidé, parallèlement, d'octroyer 1.7 million d'euros à la rénovation des équipements scientifiques du Marion Dufresne (au titre du plan de relance de l'Economie). « Les Représentants des personnels sont également choqués qu'à aucun moment ils n'aient été consultés par les représentants de l'Etat alors que des solutions existent pour faire fonctionner ce navire dans les conditions actuelles. C'est également un pied de nez à tous les Personnels Scientifiques qui savent combien le personnel navigant français a été utile et compétent lors de leurs missions », estime la CFDT.

Une cinquantaine d'emplois apparemment concernés

Du côté de CMA CGM, l'armement est « coincé » entre le souhait de son client, l'Etat, et les syndicats, qui comptent bien faire respecter les accords d'entreprise. « Nous avons au sein de CMA CGM des accords sur l'emploi des marins français, dans lesquels un certain nombre de navires entrent en jeu, comme le Marion Dufresne. La compagnie ne peut pas faire l'impasse dessus. Si l'armement du Marion Dufresne évolue, il faudra donc réunir des commissions paritaires pour renégocier avec les syndicats de manière à ce que les emplois concernés soient réaffectés sur d'autres navires de la flotte », explique un représentant du personnel, selon lequel une cinquantaine d'emplois pourraient être concernés. « Les Commissions Paritaires concernées se dérouleront d'ici la fin du mois de mai, dans le respect des procédures. L'objectif du Groupe est avant tout de répondre à l'attente des TAAF, tout en préservant au mieux l'emploi des équipages français qui arment actuellement le navire. C'est donc une logique de dialogue qui prévaut actuellement au sein du Groupe », nous a précisé CMA CGM.

CMA CGM | Toute l'actualité de l'armateur français