Divers
Les Affaires maritimes recrutent

Actualité

Les Affaires maritimes recrutent

Divers

Assez méconnues du grand public, bien que proposant des métiers très divers et passionnants, les Affaires Maritimes, qui emploient des personnels militaires et civils, souhaitent attirer de nouvelles recrues. L'administration vient d'ouvrir les inscriptions aux concours d'Administrateur des Affaires Maritimes (AAM) et Officier du Corps Technique et Administratif des Affaires Maritimes (OCTAAM). Les inscriptions se clôtureront respectivement les 26 mars et 2 avril, les concours (écrits et oraux) se déroulant en mai et juillet. La formation, qui débute en septembre, dure environ 24 mois et est basée à Nantes (Loire-Atlantique). Elle est pour l'essentiel assurée sous forme de stages dans différents organismes et au cours d'embarquements. Pour les AAM, le premier cycle de formation a lieu à l'Ecole Navale de Lanvéoc Poulmic (Finistère).

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'administration des Affaires maritime

Les « Aff Mar », comme on les appelle, font partie du ministère en charge de la Mer (ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer). Administration d'Etat créée au 17e siècle par Colbert, elle exerce aujourd'hui des compétences très larges :

- développement économique des activités maritimes : transport, pêche et cultures marines, aménagement et protection du littoral ;

- administration des navires de commerce, pêche et plaisance, de la sécurité maritime ;

- coordination du secours en mer, en liaison avec les moyens militaires ou civils, publics ou privés, la SNSM ;

- administration des marins professionnels embarqués sur ces navires (régime social, travail à bord, santé et prévention des risques professionnels, formation) ;

- coordination des politiques publiques maritimes notamment dans le domaine de la protection de l'environnement marin et du développement durable des activités maritimes ;

- contrôle et police des activités en mer, navigation, circulation maritime, exploitation des ressources, pêche.

C'est l'administration qui a compétence générale sur le secteur maritime. Elle contribue à la définition, la coordination et l'application des politiques nationales et européennes et apporte les réponses concrètes aux enjeux de demain. Elle participe activement aux travaux des instances internationales.

(© : AFFAIRES MARITIMES)
(© : AFFAIRES MARITIMES)

Organisation

L'administration des affaires maritimes comprend :

- une direction centrale du ministère (DAM) ;

- 4 directions interrégionales de la mer (DIRM) ;

- 21 délégations à la mer et au littoral (DML) au sein des directions départementales des territoires et de la mer (DDTM) ;

- des services dans chaque département ou territoire d'outre-mer ;

- 5 centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) en métropole et 4 centres outre-mer ;

- elle arme 3 patrouilleurs et des moyens nautiques côtiers qui assurent des missions de surveillance et contrôle en mer et participent à la fonction « Garde-côtes ».

L'administration des Affaires Maritimes est une administration à taille humaine, favorable au développement des carrières.

(© : AFFAIRES MARITIMES)
(© : AFFAIRES MARITIMES)

Les Métiers

Chaque année, le Ministère recrute et forme des cadres de catégorie A pour les Affaires Maritimes. Les métiers exercés sont placés au coeur des dispositifs de développement durable des activités liées à la Mer. Ces métiers associent les dimensions administrative, juridique, économique et opérationnelle. Ils sont particulièrement variés, tant dans les fonctions que dans la situation géographique, favorisent un apprentissage permanent et donnent un accès rapide à des responsabilités importantes. On notera enfin que ces métiers sont au carrefour des acteurs du monde maritime civil et militaire, en contact direct avec les gens de mer, et avec un très fort lien à l'international.

LE METIER D'OCTAAM

Missions

L'Officier du Corps Technique et Administratif des Affaires Maritimes (OCTAAM) est un officier de carrière de la marine nationale géré par le ministère en charge de la mer. Ses missions, techniques et opérationnelles, ont toujours des implications très concrètes sur le terrain. Il intervient principalement dans le domaine de la sécurité maritime, inspecte les navires français ou étrangers en escale dans les ports français. Il coordonne les missions de recherches et sauvetages en mer, exerce une surveillance de la navigation, des pêches et des pollutions marines, veille au respect des réglementations nationales et internationales.
L'OCTAAM est amené à intervenir au sein des structures suivantes :

- Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage (CROSS). Les CROSS assurent dans leur zone de responsabilité la coordination des moyens publics et privés pour des tâches de service public : recherche et sauvetage, surveillance de la navigation maritime, des pêches maritimes et prévention des pollutions marines ;

- Centres de Sécurité des Navires (CSN) : vérification que les navires français et étrangers satisfont aux règlements nationaux et internationaux concernant la sécurité en mer. Cette mission s'exerce notamment par des visites effectuées pendant la construction et l'exploitation des navires. Elle fait largement appel à des compétences techniques ;

- Services de l'administration centrale ou les directions régionales : étude des dossiers des navires en construction, prévention des risques de pollution, représentation française au sein d'organismes maritimes internationaux, participation à la conception de la règlementation au sein du Ministère en charge de la Mer ou d'instances européennes ;

En fonction de son profil, l'OCTAAM peut être affecté au commandement d'un patrouilleur des Affaires Maritimes pour des missions de police des pêches et de contrôle en mer. Cette mission aborde les domaines juridiques, techniques et le pilotage du budget de fonctionnement de l'activité.

Statut et rémunération

L'Officier du CTAAM fait partie d'un corps d'officiers de la Marine Nationale détaché dans son entier au ministère chargé de la mer. Ce statut militaire aux origines historiques a été délibérément conservé au regard de la grande interactivité civile et militaire de l'action de l'État en matière maritime. Comme pour tous les militaires, ce statut recouvre un certain nombre d'exigences telles que la discipline, la rigueur, la disponibilité, la loyauté et le respect d'une certaine neutralité. L'esprit d'équipe est également une notion importante, notamment pour les officiers affectés dans les CROSS, les CSN et à bord des patrouilleurs. Les décisions sont guidées par le respect des lois et règlements et plus largement, l'intérêt général. Enfin, changer régulièrement d'affectation requiert une certaine ouverture d'esprit et de bonnes facultés d'adaptation.
Les rémunérations et congés sont fixés selon les différents corps, par référence à la grille de la fonction publique de catégorie A. Elles varient selon le grade, l'ancienneté, la situation de famille et le poste occupé (primes variables). Pour un OCTAAM entre 2000 et 5500 euros net/mois.
Pendant leur scolarité, les élèves sont rémunérés.

Qualités requises

Quels que soient le lieu de travail et la mission, l'OCTAAM doit à la fois :

- apprécier le milieu maritime et ceux qui en vivent ;
- avoir le sens du service public et de l'engagement ;
- bien connaître le milieu maritime et son administration ;
- être doté d'une bonne capacité d'adaptation aux situations et aux environnements qui changent ;
- aimer aller au contact du terrain.

Polyvalent et autonome, il prend en main son portefeuille de compétences qu'il pourra élargir avec son expérience.

Concours

Niveaux requis : Militaire de carrière ou officier de la Marine marchande

Clôture des inscriptions le 2 avril 2010. Ecrits les 10 et 11 mai 2010. Oraux du 5 au 7 juillet 2010.

Les conditions d'accès au concours d'entrée à l'Ecole des Officiers du Corps Technique et Administratif des Affaires Maritimes (EOCTAAM) sont les suivantes :

- être titulaire d'une licence et âgé de 25 ans au plus ; ou :

- être officier marinier de carrière ou sous contrat, aspirant ou officier sous contrat des différents corps de la Marine Nationale, titulaire du baccalauréat de l'enseignement secondaire, âgé de plus de 26 ans et de 34 ans au plus et réunissant au moins 3 ans de service militaire ; ou :

- être officier marinier de carrière ou sous contrat, titulaire de l'un des brevets donnant accès à l'échelle de solde n°4 définie par les statuts particuliers de ces corps ou classé à ce niveau, âgé de 30 ans au moins et de 40 ans au plus et réunissant au moins 7 ans de service militaire ; ou :

- être officier de la marine marchande titulaire du diplôme d'études supérieures de la marine marchande et âgé de moins de 40 ans.

Il est recommandé à ceux qui envisagent de préparer un concours d'entrée, de faire vérifier au préalable par un médecin des armées, qu'ils réunissent les conditions d'aptitude physique (par l'arrêté interministériel du 24 mai 1977 modifié) ci-après : Catégorie SIGYCOP et OCTAAM 3334432. La formation est assurée par l'Ecole des Affaires Maritimes située à Nantes à partir de septembre 2010. Les dossiers de candidature seront obtenus sur internet site www.developpementdurable.gouv.fr (« concours et formation », « concours », « e-recrutement ») et devront être adressés en retour au bureau des recrutements des personnels d'encadrement et maritimes (bureau EMC 5-2) - Tour Pascal B - 92055 PARIS LA DEFENSE CEDEX - tél : 01 40 81 21 22.

LE METIER D'ADMINISTRATEUR DES AFFAIRES MARITIMES

L'AAM est cadre supérieur de l'administration d'Etat assure l'encadrement et la direction des différents services des Affaires Maritimes. Il appartient à un corps d'officiers de carrière de la marine nationale géré par le ministère en charge de la mer. L'administrateur exerce l'ensemble des compétences maritimes du ministère et ses responsabilités sont particulièrement variées.

L'AAM, selon le poste occupé...

- est placé sous l'autorité des préfets ;

- représente dans sa circonscription géographique le préfet maritime qui coordonne l'action de l'Etat en mer ;

- participe activement au développement du transport maritime et de la plaisance, de la pêche et des cultures marines ; il contribue à la déclinaison locale des politiques économiques dans ces secteurs ;

- veille à la bonne application des réglementations nationales, européennes et internationales concernant l'exercice de la pêche, de la navigation de commerce et de plaisance et l'exploitation du domaine public maritime, ainsi que la sécurité des navires ; il est associé aux opérations d'aménagement du littoral et de protection de la qualité des eaux ;

- coordonne et met en oeuvre les moyens de sauvetage et de surveillance en mer au sein des CROSS (Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage), participe à la lutte contre la pollution des espaces marins, met en oeuvre le dispositif opérationnel de contrôle des pêches ;

- gère le régime social des marins professionnels, exerce le contrôle de l'état sur la formation, la prévention des risques et les conditions de travail des gens de mer.

Affectations

Le périmètre et les types de missions varient en fonction de la géographie et du service de rattachement. L'AAM peut exercer en métropole dans les principaux ports et capitales régionales, outre-mer ou dans des capitales européennes, en fonction de la réalité des activités maritimes.
Il est appelé à exercer des responsabilités dans les services territoriaux des départements ministériels en charge de la Mer et du Littoral, comme adjoint puis rapidement chef de service. Il peut être affecté à Paris en Direction d'Administration Centrale ou détaché auprès d'établissements publics ou de préfets de région du littoral. Des postes sont proposés en France et dans les institutions communautaires (agences en charge de la sécurité et du contrôle des pêches).

Quelques exemples d'affectations :

- Missions de coordination du secours en mer dans un CROSS
- Chef de service dans un service déconcentré :

* économie des pêches : application de la règlementation et mise en oeuvre des aides publiques, délivrance des autorisations de pêche, adaptation de la flotte, tutelle des structures professionnelles et organisations de producteurs ;

* action Interministérielle de la Mer et du Littoral (AIML) : contrôle des activités nautiques et police des pêches, commissions locales pour la création de ports notamment, coordination de la sécurité des manifestations en mer...

* contrôle de la Sécurité des Navires (CSN), prévention des accidents et des pollutions ;

* administration et représentation locale des gens de mer : entrée dans la profession, formation, décisions d'effectifs, traitement des conflits individuels ou collectifs, couverture sociale, retraite et prévoyance ;

* administration des ventes de navires, immatriculation, gestion des permis de plaisance ;

* contrôle et mise en oeuvre des règles de gestion du domaine public maritime, de la pêche et de la conchyliculture.

- missions en administration centrale

En règle générale, ce sont des postes d'animation des missions que l'on retrouve au niveau local, avec une particularité en termes d'impulsion de la règlementation et de représentation auprès des autorités européennes. Exemple :

* veille règlementaire, préparation des arrêtés et amendements, transposition nationale des règles communautaires ;

* surveillance des organismes de certification des navires, intervention au sein de la commission centrale de sécurité maritime ;

* règlementation de l'activité économique des pêches et de la conchyliculture, gestion des aides ; D'une affectation à l'autre, les enjeux varient et conduisent à côtoyer des milieux maritimes très différents.

Statut et rémunération

L'Administrateur des AM fait partie d'un corps d'officiers de la Marine Nationale détaché dans son entier au ministère chargé de la mer. Ce statut militaire aux origines historiques, a été délibérément conservé au regard de la grande interactivité civile et militaire de l'action de l'État en matière maritime. Comme pour tous les militaires, ce statut recouvre un certain nombre d'exigences telles que la discipline, la rigueur, la disponibilité, la loyauté et le respect d'une certaine neutralité.
L'esprit d'équipe est également une notion importante, notamment pour les officiers affectés dans les CROSS, les CSN et à bord des patrouilleurs.
Les décisions sont guidées par le respect des lois et règlements et plus largement, l'intérêt général. Enfin, changer régulièrement d'affectation requiert une certaine ouverture d'esprit et de bonnes facultés d'adaptation.
Les rémunérations et congés sont fixés selon les différents corps, par référence à la grille de la fonction publique de catégorie A. Elles varient selon le grade, l'ancienneté, la situation de famille et le poste occupé (primes variables). Pour un AAM, entre 2000 et 6500 euros.
Pendant leur scolarité, les élèves sont rémunérés.

Qualités requises

Doté d'un goût prononcé pour le milieu maritime et ceux qui y travaillent, prêt à partager leurs qualités essentielles (professionnalisme, adaptation à son environnement, disponibilité, solidarité et humilité), l'AAM exerce des fonctions d'autorité de l'Etat. Il sera dans sa carrière appelé à gérer des crises et prendre des décisions rapidement. Dans un environnement maritime en mutation, il a le sens du service public, des responsabilités et de l'engagement.
Compte tenu de l'évolution de ses missions, il doit faire preuve d'une bonne capacité d'adaptation aux situations et aux environnements.
L'administrateur aime aller au contact du terrain avec lequel il passe la majeure partie de son temps ; c'est un travail exigeant. Outre les qualités techniques et humaines, l'Administrateur se dotera avec l'expérience d'une aisance dans la prise de décision.

Conditions d'admission aux concours - Formation

Niveau requis : Licence ou diplôme grande école, fonctionnaire de cat. A, officier de carrière ou de la Marine marchande.

Concours : Clôture inscriptions le 26 mars 2010. Écrits du 3 au 5 mai 2010. Oraux du 21 juin au 02 juillet 2010

Pour exercer des fonctions aussi variées, trois concours sont proposés aux candidats en fonction de leur origine.

* Premier concours :

Ouvert aux titulaires de l'un des diplômes exigés des candidats aux concours externes de l'École Nationale d'Administration et âgés de 26 ans au plus.

* Deuxième concours :

Ouvert aux fonctionnaires et militaires, âgés de 27 ans au moins et ayant 4 ans de service public.

* Troisième concours :

Ouvert aux officiers de la marine marchande titulaires du DESMM (diplôme d'études supérieure de la marine marchande) répondant à des exigences d'âge et d'ancienneté.

La formation est assurée par l'Ecole d'Administration des Affaires Maritimes, classée Grande Ecole Militaire et implantée à Nantes à la rentrée 2010. Les officiers recrutés au titre des 1er et 2e concours effectuent deux années de scolarité ; les officiers recrutés au titre des 3e et 4e concours effectuent une année de scolarité.

Pour vous inscrire au concours (et consulter les conditions d'inscription) : www2.equipement.gouv.fr/recrutement

Formation