Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Actualité

Les Alouette III de l’ESHE remplacées par des Dauphin de NHV

Défense

Comme nous l’évoquions lundi, le renouvellement des vieilles Alouette III de la Marine nationale débute avec un premier contrat attribué à la filiale française du groupe belge NHV. Ce dernier, avait déjà loué à la marine deux Dauphin employés pour des missions de service public entre 2009 et 2011, va cette fois fournir 1800 heures de vol par an dans le cadre d’un contrat de location d’hélicoptères d’entrainement attribué fin janvier. L’appel d’offres avait été diffusé en février 2017, cinq candidats ayant répondu.

4 machines pour la formation des futurs pilotes

D’une valeur de 31.3 millions d’euros, le marché, qui s’étend jusqu’au 31 décembre 2023, porte sur la mise à disposition par NHV France de quatre hélicoptères de la famille Dauphin (SA365/H155), sans équipage mais dont la société assurera la maintenance. Ces appareils vont remplacer les 7 Alouette III de la série 316 dédiées jusqu’ici à la formation des futurs pilotes au sein de l’Ecole de spécialisation sur hélicoptères embarqués (ESHE). Celle-ci est rattachée à l’escadrille 22S, basée à Lanvéoc-Poulmic.

Une quinzaine d’autres Dauphin d’ici 2020

Un second appel d’offres, distinct du premier, permettra de constituer une « flotte intérimaire » destinée à remplacer les autres Alouette III de la Marine nationale en attendant la livraison des futurs hélicoptères interarmées légers (HIL). Cette solution temporaire, actée par la nouvelle loi de programmation militaire, portera sur la location auprès d’un opérateur privé d’une quinzaine d’autres Dauphin. Ils permettront de mettre en retraite la douzaine d’Alouette III de la série 319 encore en parc.  « Les études sont encore en cours au sujet de cette flotte d’une quinzaine d’appareils qui aura vocation à embarquer », indique-t-on à l’état-major de la marine, où l’on souhaite que cette solution soit en place d’ici 2020.

 

La 22S célébrant ses 150.000 heures de vol en 2011 (© : MARINE NATIONALE)

La 22S célébrant ses 150.000 heures de vol en 2011 (© : MARINE NATIONALE) 

 

En attendant les HIL M

A cette échéance, l’aéronautique navale devrait donc compter dans ses rangs une vingtaine de Dauphin de location. Ces « mesure palliatives », comme on les appelle à l’EMM, sont devenues impératives du fait de la nécessité de retirer rapidement du service les vénérables Alouette III, à bout de souffle (certaines volent depuis 50 ans), et du report du programme HIL, qui constituera la solution de remplacement finale. Le futur hélicoptère interarmées léger, dont 169 exemplaires sont prévus pour l’ensemble des forces françaises, voient en effet ses livraisons repoussées après 2025. En tout, 49 sont prévus pour la Marine nationale dans une version navalisée (HIL M) afin non seulement de succéder aux Alouette III, mais aussi aux 16 Panther, 3 Dauphin Pedro et 8 Dauphin dit de « service public » actuellement mis en œuvre par les flottilles 35F et 36F.

 

Les Dauphin de la 35F (© : MARINE NATIONALE)

Les Dauphin de la 35F (© : MARINE NATIONALE) 

 

Sur BCR et frégates de surveillance

Pour mémoire, les Alouette III, en dehors de l’entrainement, assurent des missions de liaison, de soutien logistique et de sauvetage en mer. Plus rarement, mais cela s'est vu, elle peuvent aussi, quand il n'y a pas d'alternative, être engagées dans des opérations plus "militaire", comme la lutte contre le narcotrafic. On a même vu, en 2008, les Alouette III de l'ex-porte-hélicoptères Jeanne d'Arc intervenir en Somalie en compagnie notamment de Gazelle de l'armée de Terre lors de l'intervention contre les pirates qui avaient détourné le voilier de croisière Ponant.  

 

 

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE) 

 

Aujourd'hui, les Alouette III sont notamment embarquées sur les bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR), ainsi que les frégates de surveillance basées Outre-mer, en complément des Panther. Jusqu’en 2016, un moins une de ces vielles machines accompagnait par ailleurs les Dauphin Pedro sur le Charles de Gaulle, afin de contribuer à la sécurité des opérations d’appontage et de catapultage.  La dernière mission du porte-avions avant sa refonte a consacré l’évolution de sa composante hélicoptères autour des Dauphin et Caïman Marine.

 

En mission Pedro avec le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

En mission Pedro avec le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE) 

En mission Pedro avec le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

En mission Pedro avec le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE) 

Marine nationale