Construction Navale
Les ambitions de STX France dans le domaine offshore

Actualité

Les ambitions de STX France dans le domaine offshore

Construction Navale

Il y a un an, les ex-Chantiers de l'Atlantique lançaient un processus de diversification de l'activité, essentiellement tournée, ces dernières années, sur le marché de la croisière. Afin de développer la charge de travail et réduire la dépendance de l'entreprise par rapport à la réalisation de paquebots, STX France veut pénétrer le marché de l'offshore, un secteur en plein expansion sur lequel la société estime pouvoir trouver des débouchés. Des discussions sont actuellement en cours avec les grands groupes français du secteur, comme Total et Technip. Si la réalisation de plateformes à Saint-Nazaire ne semble pas d'actualité, le chantier n'étant pas assez compétitif par rapport à la concurrence asiatique, STX espère décrocher en fin d'année, ou début 2010, un premier contrat portant sur un ou plusieurs navires de construction. Ces bateaux complexes, d'une longueur d'environ 200 mètres, pourraient servir à la réalisation de travaux sous-marins ou encore à la pose de câbles et de flexibles.
Le chantier nazairien espère aussi se positionner sur la réalisation de quartiers d'habitation pour des plateformes offshores. De tels contrats permettraient d'assurer de la charge pour la construction de réalisation de la structure métallique, mais aussi chez STX Cabins, filiale de la société spécialisée dans la production de logements embarqués.

La forme de construction de Saint-Nazaire (© : BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)
La forme de construction de Saint-Nazaire (© : BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)

Enfin, STX travaille, en parallèle, sur des projets d'unités flottantes de production ou de stockage du type FPSO (Floating, Production, Storage and Offloading) et FSRU (Floating Storage and Regaseification Units). Dans ce cadre, les Nazairiens travailleraient surtout sur les études, une partie de l'activité industrielle étant confiée aux chantiers coréens du groupe. STX France souhaite, en effet, renforcer la coopération avec sa maison mère coréenne, STX Shipbuilding, afin de décrocher de nouveaux contrats. « Nous nous appuyons à la fois sur tout ce que nous avons réalisé à Saint-Nazaire et sur la force de frappe du groupe STX dans le monde. Cette activité a démarré à l'été 2008, lorsqu'il fallait trouver de la charge pour les bureaux d'études. Nous visions d'abord l'ingénierie et nous avons travaillé en vue de décrocher des contrats d'études avec les champions français. Puis nous avons approfondi le sujet avec notre maison-mère coréenne, afin de travailler en complémentarité avec elle. STX peut apporter la compétitivité et nous la technologie », explique Jacques Hardelay, directeur général de STX France.
__________________________________________

(*) L'interview complète de Jacques Hardelay

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire