Marine Marchande
Les armateurs français invitent Nicolas Sarkozy sur leurs navires

Actualité

Les armateurs français invitent Nicolas Sarkozy sur leurs navires

Marine Marchande

Dans une lettre ouverte publiée hier, Armateurs de France invite le nouveau président de la République à embarquer sur l'un des navires marchands. Il s'agit, pour l'organisation patronale, que Nicolas Sarkozy vienne « apprécier la singularité et le poids économique du transport maritime qui représente 72 % du commerce extérieur national », « constater la rigueur avec laquelle les entreprises françaises gèrent les questions de sécurité et de sûreté » et venir mesurer la volonté des compagnies nationales « de participer, grâce à notre flotte de commerce, au développement du rayonnement de la France ».
Pendant la campagne, Nicolas Sarkozy s'était largement exprimé sur les problématiques maritimes, notamment en matière de transport et d'enseignement. Un peu plus de deux semaines après son élection, Armateurs de France exprime, dans la lettre ouverte que nous publions ci-dessous, ses attentes sur les promesses du nouveau chef de l'Etat.
________________________________________________

LETTRE OUVERTE, 22 mai 2007

Monsieur le Président de la République,


Vos déclarations pendant et après la campagne présidentielle nous ont présenté votre vision de la mer et de l'économie maritime française.

Favorable au renforcement des mesures de sécurité maritime, vous préférez une application renforcée de la réglementation existante plutôt que de nouvelles règles qui freineraient le développement des activités maritimes. Vous soulignez, et nous pouvons nous en féliciter, l'exemplarité de notre pays en la matière : rappelons que la France a été classée 2ème sur la dernière liste blanche du Mémorandum de Paris.

Vous reconnaissez que les aides fiscales et sociales dont bénéficie notre secteur pour corriger les distorsions de concurrence peuvent sûrement être complétées. Vous insistez pour que la France bénéficie, comme ses concurrents européens, d'un pavillon attractif. Vous jugez, comme nous, très injuste le classement du registre RIF en pavillon de complaisance et voulez associer toutes les parties concernées au développement et à la promotion du pavillon national. Vous pouvez compter sur notre collaboration active pour y parvenir.

Vous prônez une modernisation de l'ENIM et êtes favorable au maintien du régime social spécifique des marins. Nous saluons cette position compte tenu des risques spécifiques et des conditions de travail des marins.

Conscient des difficultés de recrutement des officiers, vous insistez sur la nécessité de promouvoir le travail maritime et d'offrir aux jeunes de plus larges opportunités de formation. Ces questions deviennent urgentes : il manquera dans les deux prochaines années près de 40 000 officiers dans le monde.

Vous regrettez aussi le manque de compétitivité des ports français et envisagez une réforme qui concilierait investissements publics et privés. Observateurs attentifs et concernés des projets de modernisation des ports, nous suivrons ces travaux avec le plus grand intérêt.

Nous notons enfin votre large soutien pour le développement des Autoroutes de la Mer. Elles sont vitales pour le pays de transit qu'est la France. Vous vous déclarez même prêt à taxer le trafic de poids lourds pour promouvoir les modes alternatifs. Nous préconisons ces mesures depuis de longs mois et sommes heureux de lire votre ferme volonté sur ce point.

Monsieur le Président de la République, vous qui aimez la mer, nous vous invitons à embarquer quelques heures sur l'un de nos navires, à venir apprécier la singularité et le poids économique du transport maritime qui représente 72 % du commerce extérieur national, à venir constater la rigueur avec laquelle les entreprises françaises gèrent les questions de sécurité et de sûreté, à venir mesurer notre volonté de participer, grâce à notre flotte de commerce, au développement du rayonnement de la France.

Monsieur le Président de la République, les armateurs français ont écouté avec attention vos déclarations : nous voulons vous assurer de notre aide et notre soutien dans la mise en oeuvre de vos propositions.

Eudes Riblier
Président d'Armateurs de France