Marine Marchande
Les armateurs ne sont pas optimistes pour l'année 2012

Actualité

Les armateurs ne sont pas optimistes pour l'année 2012

Marine Marchande

Une année 2011 difficile, une année 2012 qui ne s'annonce pas mieux. C'est le constat dressé par Armateurs de France à l'occasion de son congrès annuel. Alors que 2010 avait été marquée par les premiers signes de reprise de la croissance mondiale après le brutal coup d'arrêt de 2008, 2011 a vu, selon le bilan des armateurs, « une tempête économique toucher de plein fouet l'Europe et les Etats-Unis, où les prévisions initiales de croissance ont dû être revues à la baisse. Cette partie de la planète, à quelques exceptions près, a vécu les derniers mois de 2011 sous le spectre de la stagnation, voire de la récession ».
Sur le marché du vrac sec, c'est toujours l'Asie et surtout la demande chinoise qui dicte sa loi. Les taux de fret continuent de subir une volatilité importante. Les capesize ont, ainsi, vu passer leur taux d'une moyenne de 33.000 dollars/jour en 2010 à un niveau de 12.000 dollars en janvier, puis se sont effondrés à 4500 dollars/jour en février. La moyenne du premier semestre 2011 aura été de 8540 dollars, soit à peine au-dessus du coût d'exploitation du navire (7500 dollars). La deuxième partie de l'année a vu les taux de fret augmenter pour atteindre 32.000 dollars/jour en octobre. « L'année 2011 restera celle de deux records historiques, celui des livraisons de navires (97 millions de tonnes de port lourd), heureusement compensées par celui des démolitions (21 millions de tpl). Si l'ampleur des démolitions est encouragée par les niveaux des frets, l'âge relativement faible de la flotte de vraquiers (à l'exception des handysize), du fait des nombreuses livraisons ces dernières années devraient logiquement ralentir le rythme des démolitions ». L'augmentation de cette

Divers marine marchande