Croisières et Voyages

Actualité

Les Bateaux Nantais font peau neuve

Croisières et Voyages

« Ils ont de l’allure n’est ce pas ? » Au quai de la Motte Rouge, à Nantes, le commandant Régis Cadou ne cache pas sa satisfaction en regardant l’Hydramour et l’Armorique 2, dont la toute nouvelle livrée grise anthracite luit au soleil. Depuis des années, il est à la barre de ces navires restaurants qui viennent tout juste de bénéficier d’une cure de jouvence. Les Bateaux Nantais ont en effet décidé de faire peau neuve après leur rachat par Convivio en février 2014. Le groupe familial breton, spécialisé dans les activités de restauration, a investi 500.000 euros pour rénover les deux navires amiraux de sa compagnie fluviale et, au passage, en faire de même avec la gare maritime qui surplombe le quai de la Motte Rouge. « Il fallait donner un nouvel élan aux Bateaux Nantais, qui ont accueilli jusqu’à 150.000 personnes par an dans les années 90. Mais la fréquentation s’était depuis érodée et la reprise par le groupe Convivio a été l’occasion de lancer un grand plan d’investissement pour redynamiser le produit et donner un coup de jeune à l’Hydramour et l’Armorique 2, qui n’avaient pas été rénovés depuis 1993 », explique Hélène Tatin-Bellouard, directrice commerciale de la compagnie.

 

L'Hydramour et l'Armorique 2 au quai de la Motte Rouge (© : MER ET MARINE - VG)

Hélène Tatin-Bellouard, Régis Cadou, Mélanie Bernard et Yann Anceaume (© : MER ET MARINE - VG)

 

Des croisières uniques sur une rivière majestueuse

Véritable institution locale, la compagnie, fondée en 1969, a connu ses grandes heures il y a une vingtaine d’années. Elle était devenue un passage presqu’obligé pour les touristes et de nombreux Nantais venant en couple ou en famille profiter le temps d’un dîner ou d’une journée des charmes de l’Erdre. Des croisières qui étaient également très prisées pour des évènements et séminaires d’entreprises. Il faut dire que l’Erdre, « la plus belle rivière de France » comme l’avait qualifiée en son temps François 1er, offre un superbe paysage. Ses magnifiques berges, qui laissent progressivement le paysage urbain du centre de Nantes pour retrouver rapidement leur caractère sauvage, sont fréquentées par de nombreuses espèces, dont les fameux hérons cendrés. Et le cours d’eau est jalonné de somptueux châteaux que l’on peut admirer au cours de la navigation.  

 

Le nouvel Hydramour sur l'Erdre (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Un produit vieillissant dans une métropole jeune et dynamique

Un atout touristique unique qui a fait la réputation des Bateaux Nantais. Sauf que ces derniers n’avaient pas su se renouveler. Se reposant sur ses lauriers du fait probablement d’un manque de concurrence directe, la compagnie a commencé à être délaissée par une partie de son public traditionnel. Et elle a vu ses grands partenaires locaux la déserter les uns après les autres. Pour faire court, les Bateaux Nantais étaient devenus une institution vieillissante, pour ne pas dire ringarde. Cela, au moment où Nantes, qu’on qualifiait autrefois de « Belle endormie », s’est spectaculairement réveillée à la fin des années 90 pour devenir l’une des villes les plus attractives de France. Une cité foisonnant d’activités, notamment culturelles, et qui a vu se développer une large offre de bars et restaurants.

Alors que la compagnie enregistrait encore une baisse de 16% de sa fréquentation en trois ans, tombant à seulement 75.000 passagers, soit moitié moins que deux décennies auparavant, Convivio a souhaité mettre fin à cette spirale négative. « L’objectif est de réinscrire les bateaux dans le paysage touristique nantais avec une image qui corresponde au dynamisme de la métropole », souligne Mélanie Bernard, chargée de la coordination du projet. D’où la nécessité de remettre à niveau les bateaux restaurants, qui sont plus que trentenaires.  

 

L'Armorique 2 avant la rénovation (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 après la rénovation (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Deux navires réalisés au début des années 80

Réalisé par l'ancien chantier Bréhéret d'Ingrandes-sur-Loire et Couëron, l’Armorique 2 est entré en service en 1982. Ce navire de 29 mètres de long pour 8 mètres de large peut accueillir 190 personnes à table. De deux ans son cadet seulement, l’Hydramour, sorti de chez Merré en 1984, est toujours passé pour beaucoup plus récent en raison de son design très moderne pour l’époque. Long de 34 mètres et large de 8 mètres, il peut recevoir 200 convives.

 

L'Hydramour avant la rénovation (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Hydramour après la rénovation (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Travaux réalisés chez Merré et au quai de la Motte Rouge

Pour leur remise à neuf, les deux bateaux, dont le gabarit les empêche d’évoluer ailleurs que sur l’Erdre (ils sont trop grands pour le tunnel donnant accès à la Loire), sont retournés chez leur constructeur. Mis au sec au chantier Merré, ils y ont passé deux semaines chacun. Différentes interventions techniques ont été menées, comme le changement de certaines parties des lignes d’arbres, ainsi que la remise en peinture. Puis ils sont revenus au quai de la Motte Rouge où d’importants travaux ont été réalisés dans les salles à manger et les locaux attenants. L’ensemble a duré du 31 décembre au 14 février. « Il n’y a pas eu de modification structurelle mais nous avons complètement revu les espaces intérieurs, ainsi que le confort thermique. Le chauffage et la climatisation ont été améliorés et nous avons travaillé sur la circulation de l’air pour éviter la formation de buée sur les vitres. La sonorisation et l’éclairage ont également été refaits et sont intégrés aux plafonds. Pour les lumières, nous employons désormais des LED, qui sont plus économiques. Les sanitaires ont aussi été rénovés,  de même que les cuisines, où une nouvelle résine de sol a été appliquée », précise Yann Anceaume, responsable technique des Bateaux Nantais.

 

L'Armorique 2 avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Armorique 2 après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Des salles de restaurant méconnaissables

Mais la partie la plus visible est évidemment la réfection totale des grandes salles à manger, avec deux niveaux sur l’Armorique 2 et trois sur l’Hydramour. Exit les vieilles tentures, plantes vertes et motifs muraux d’un autre âge, place à la modernité et au style épuré : « La décoration a été entièrement refaite, du sol au plafond, avec des ambiances différentes sur chaque bateau : une atmosphère zen et nature sur l’Armorique 2, avec des couleurs claires, dont le vert, et un design plus lounge sur l’Hydramour, qui reprend des tendances et coloris à la mode, comme le fuchsia », note Mélanie Bernard.

 

L'Hydramour avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Hydramour après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Hydramour avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Hydramour après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Hydramour avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

L'Hydramour après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

Les sanitaires de l'Hydramour avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

Les sanitaires de l'Hydramour (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Séduire une clientèle plus large

Le résultat est impressionnant et très réussi. Il répond clairement à l’un des objectifs de la compagnie : rajeunir sa clientèle, à l’image de Nantes, où se sont installés ces dernières années de nombreux jeunes (plus de 40% de la population de la métropole ligérienne a aujourd’hui moins de 30 ans et seulement 20% est âgée de plus de 60 ans). « Il est clair que nous souhaitons attirer les jeunes mais nous avons également fait en sorte, avec l’Armorique II notamment, de conserver un produit qui séduise aussi une clientèle plus âgée. En fait, grâce à cette rénovation en profondeur, nous souhaitons accueillir un public plus large, tout en confortant notre clientèle existante ».

 

Sur l'Hydramour en soirée (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Des espaces modulaires

La rénovation fut également l’occasion de changer le mobilier, la vaisselle et la présentation. Celle-ci est également plus moderne avec un effort sur le style et l’élégance dans le dressage des tables. Au-delà du côté décoratif, la compagnie en a profité pour améliorer les aspects pratiques. « Nous avons opté pour un mobilier léger et ergonomique avec des tables pliantes et des chaises qui se déplacent facilement. Cela permet de faciliter le travail du personnel puisque nous devons régulièrement changer la disposition des salles. Il faut, par exemple, pouvoir proposer de grandes tables familiales, mais aussi être en mesure de passer rapidement d’une configuration en U pour un séminaire de travail à un aménagement en salle à manger », note Mélanie Bernard.

 

La nouvelle gare maritime (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La gare maritime également rénovée

En plus de ses navires, la compagnie a fait bénéficier sa gare maritime de la même cure de jouvence, avec là encore un changement assez spectaculaire. L’ensemble est très harmonieux et offre un nouveau visage aux croisières sur l’Erdre. Réalisés pendant l’hiver, les travaux se sont achevés la semaine dernière pour une cérémonie d’inauguration qui s’est déroulée le 9 avril. Mais les bateaux sont opérationnels dans leur nouvelle configuration depuis le mois de février et, déjà, les premiers retours de la clientèle sont excellents. « Nous avons rouvert à l’occasion de la Saint-Valentin et nous avons été complets beaucoup plus tôt que d’habitude. Les réservations sont bonnes et la tendance devrait se confirmer après l’inauguration, lorsque cette rénovation sera connue plus largement du grand public », explique Hélène Tatin-Bellouard.

 

La gare maritime avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

La gare maritime après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

La gare maritime avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

La gare maritime après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

La gare maritime avant travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

La gare maritime après travaux (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Revenir à 100.000 passagers sous trois ans

La compagnie, qui compte une trentaine de salariés, auxquels s’ajoute le personnel de restauration, se fixe comme objectif de revenir à 100.000 passagers par an d’ici 2018. Pour cela, les Bateaux Nantais misent sur la rénovation de la flotte et de la gare maritime, qui offrent de nouveaux standards, mais aussi sur l’évolution du produit. La carte des restaurants flottants va, ainsi, évoluer au printemps et mettra l’accent sur les produits locaux et produits frais, sachant que la compagnie dispose à terre d’un laboratoire culinaire où les préparations sont réalisées en amont. Les petites cuisines des navires ne servent en fait qu’au redressage et à la mise en température des plats.

 

(© : BATEAUX NANTAIS)

(© : BATEAUX NANTAIS)

 

Exploités toute l’année

Exploités toute l’année, l’Armorique 2 et l’Hydramour proposent des déjeuners et dîners croisières d’une durée de deux heures, avec en saison une traversée plus longue, de 4h30, qui conduit les navires jusqu’à la plaine de Mazerolles. Comme pour tout restaurant, les réservations peuvent se faire à la dernière minute mais il est conseillé, pour plus de sécurité, de s’y prendre un peu en avance.  Dotés d’une piste de danse et accueillant un orchestre le week-end, les navires sont également affrétés régulièrement pour différents évènements privés ou par des entreprises.

 

L'Hydramour sur l'Erdre (© : BATEAUX NANTAIS)

 

Cinq autres bateaux en flotte

En plus de l’Hydramour et de l’Armorique 2, on notera que la compagnie compte cinq autres bateaux : La Mouette, un navibus de 50 places exploité sur l’Erdre pour le compte du réseau de transports en commun nantais (SEMITAN), ainsi que trois bateaux dédiés aux croisières promenades. Le plus imposant, le Renaissance (250 places), devrait lui aussi être rénové. Surtout qu’il est intégré au programme touristique Le Voyage à Nantes, au sein duquel il est connu sous le nom de « bateau Ouch ».  Alors que l’Idylle (90 places) et le Passe Partout (50 places) sont également affectés aux promenades, les Bateaux Nantais exploitent enfin La Diva (150 places), qui sert notamment aux réceptions. 

- Voir le site des Bateaux Nantais