Défense
Les Britanniques reviennent au F-35B et aux porte-avions à tremplin

Actualité

Les Britanniques reviennent au F-35B et aux porte-avions à tremplin

Défense

Le programme des porte-avions britanniques a connu, en fin de semaine dernière, un nouveau virage à 180 degrés. Philip Hammond, secrétaire à la Défense, a en effet annoncé la décision du gouvernement britannique d'abandonner la transformation du futur HMS Prince of Wales, second porte-avions de la classe Queen Elizabeth (QE Class), en bâtiment doté de catapultes et de brins d'arrêt. Fin 2010, dans le cadre de la revue stratégique de défense et de sécurité, Londres avait retenu cette configuration afin que la Royal Navy puisse mettre en oeuvre le F-35C, nouvel avion de combat catapulté destiné aux porte-avions américains. Cette variante du Joint Strike Fighter (JSF) présentait l'avantage, par rapport à la version à décollage court et appontage vertical (F-35B) initialement prévue sur les QE Class, de présenter une autonomie en vol et une capacité d'emport en armement plus importantes. De plus, cela devait ouvrir la voie à une coopération renforcée avec Etats-Unis et la France, les porte-avions américains et français étant dotés d'avions catapultés.

Le design du Queen Elizabeth   (© : ACA)
Le design du Queen Elizabeth (© : ACA)

Royal Navy