Marine Marchande
Les capitaines demandent la vaccination prioritaire des marins

Actualité

Les capitaines demandent la vaccination prioritaire des marins

Article gratuit
Marine Marchande

Avec les syndicats, les armateurs au commerce et à la pêche, les institutions internationales, c'est aussi l'association française des capitaines de navires (AFCAN) qui réclame la vaccination prioritaire des gens de mer. 

Pour le moment, aucune déclaration gouvernementale n'a été effectuée par rapport à une situation que personne ne comprend dans le milieu maritime. Voici la lettre de Pierre Blanchard, président de l'AFCAN : 

 

Vaccination et oxygène pour les marins.


Les cas de COVID sur les navires se multiplient ces derniers temps, les variants et les flambées épidémiques dans diverses parties du monde en sont probablement les causes.

Quelques exemples récents : deux marins à la pêche sont morts dans l’océan Indien, un marin a été sauvé de justesse et après de trop longues tractations à bord d’un gazier français, 16 marins ont été contaminés et se sont trouvés dans l’incapacité de gérer leur pétrolier au Havre.

Ces exemples montrent que les conséquences de contaminations à bord peuvent être diverses et dramatiques allant du décès des marins aux dangers à la navigation et à l’environnement du fait de l’incapacité des équipages malades à gérer leur navire.

Les retours d’expériences suite à ces incidents montrent que les navires ne sont pas équipés pour faire face à des cas graves de COVID.
En effet la dotation française demande aux navires au long cours d’avoir 2 bouteilles de 5 litres (à 200 bars) d’oxygène.
Ceci permet moins de 5 heures d’oxygénothérapie pour un seul patient. On voit bien que c’est très largement insuffisant pour des navires qui sont la plupart du temps à plusieurs jours de la première évacuation sanitaire possible et sur lesquels plusieurs patients peuvent être à traiter en même temps.

Des mesures immédiates doivent être prises pour préserver la vie des marins :

1)      La vaccination (avec apostille officielle du vaccin sur le carnet international de vaccination) de tous les marins au long cours doit commencer sans tarder. Ceci du fait du caractère essentiel de leur mission mais surtout du fait qu’en cas de contamination, leurs chances de survivre sont bien moindres que celle des terriens.

2)      La dotation en oxygène doit être largement augmentée et tous les navires doivent être équipés en générateurs d’oxygène. Ceci pour augmenter les chances de survie jusqu’à l’évacuation. Mais aussi pour tenir compte des pénuries (comme cela s’est produit en Inde) et de la difficulté pour les navires à se réapprovisionner du fait de la diversité des normes et des types de réservoirs en service.

Le Président,
Commandant Blanchard Pierre