Construction Navale
Les Chantiers de la Haute-Seine fêtent leurs 100 ans

Actualité

Les Chantiers de la Haute-Seine fêtent leurs 100 ans

Construction Navale

Spécialisés dans la construction fluviale en acier, la réparation et la transformation, les Chantiers de la Haute-Seine (CHS), filiale du groupe Cemex, fêtent cette année leurs 100 ans d’existence. « Cela prouve notre savoir-faire », estime Frédéric Motreff, directeur des chantiers de Villeneuve-le-Roi, qui se félicite de cette « longévité »

Les ateliers et chantiers de la Haute-Seine ont vu le jour en 1919 mais ils se sont surtout développés après la Seconde Guerre mondiale. Filiale de la société Sablière et Entreprise Morillon Corvol (SEMC) à partir de 1981, ils ont intégré Cemex (groupe dans l'industrie des construction ayant son siège social à Monterrey au Mexique) en 2005.

Situés en amont de Paris sur la Seine, les CHS peuvent construire des unités jusqu’à 11.4 mètres de large et 100 mètres de long. Au port industriel de Villeneuve-le-Roi, ils disposent de quatre voies de tirage à terre. Un réseau de rails immergé remonte jusqu’à la partie plane du chantier. Des treuils indépendants permettent de haler les ouvrages pour les mettre à sec. Deux petites voies de 150 tonnes sont utilisées pour mettre hors d’eau principalement les bateaux logements, les barges industrielles et les petits automoteurs. Une troisième peut supporter 500 tonnes. Elle sert pour les opérations de manutentions lourdes ou les travaux de motorisation sur les bateaux à passagers. La dernière a été entièrement rénovée il y a un an et demi pour passer de 600 à 800 tonnes et être en mesure d’accueillir des bateaux jusqu’à 100 mètres de long. Par ailleurs, les chantiers ont un marbre de montage de 80 mètres de long, pour 10 mètres de larges, deux grues à tour (récemment rénovées également), une darse d’armement couverte de 40 mètres par 12 de large, 1600 m2 d’ateliers couverts…

« On est capable de répondre à n’importe quelle demande, avec un projet d’architecte ou à partir d’une feuille blanche.Nous pouvons répondre à des projets de tourisme, de restaurant, jusqu’à une petite barge industrielle ou un ponton terrasse. En bref, toute construction flottante à partir du moment où elle a une structure métallique », explique le directeur des chantiers qui construit environ une unité par an. Pour ses clients, en grande partie parisiens, les chantiers réalisent essentiellement des prototypes. Dernier ouvrage marquant en date : la coque et la structure du « Ducasse-sur-Seine », lancé en septembre 2018. Ce bateau-restaurant 100% électrique d’une longueur de 38 mètres est amarré au port Debilly, dans le XVIe arrondissement.

 

(© CHS)

(© CHS)

 

Pour ce type d’ouvrage, les chantiers peuvent compter sur leurs 50 salariés en CDI (chefs de projets, électriciens, diésélistes) avec notamment des spécialistes de l’acier (chaudronniers, soudeurs qualifiés…). « On fait l’acier, mais on est capables de livrer des projets clé en main », précise le directeur des CHS. « Par exemple, on a fait un restaurant universitaire à Paris, qui est dans le XIIIe. On a donc sous-traité des lots, pour la menuiserie, ou la climatisation, par exemple ». Les chantiers, qui ne comptent pas recruter prochainement, ont en permanence trois apprentis. « Ils nous permettent d’assurer la relève et la transmission du savoir. On a des métiers en tension et embaucher des chaudronniers, par exemple, c’est très difficile, on n’en trouve pas, alors on les forme nous-mêmes ».

 

(© CHS)

(© CHS)

 

Si le marché de la construction neuve est « plutôt calme », avec « peu d’investissements en ce moment », selon Frédéric Motreff, « le marché de l’entretien et des communautaires est plutôt à un bon niveau puisque nos cales sont pleines avec une visibilité à trois mois ». Les CHS comptent une bonne demie douzaine de concurrents en région parisienne. Dans cet environnement, ils misent sur leur « savoir faire reconnu », la « qualité et le respect des règles de sécurité et environnementales. On est plutôt sur la marge haute du marché, mais avec des valeurs de durabilité importantes ».