Défense
Les CMM brestois et cherbourgeois réceptionnés par la DGA
ABONNÉS

Actualité

Les CMM brestois et cherbourgeois réceptionnés par la DGA

Défense

Réalisés par le chantier iXblue de La Ciotat et arrivés en novembre à Brest et Cherbourg à bord du cargo Atlantic, les chalands multi-missions (CMM) Fourmi, Scarabée et Araignée ont été officiellement réceptionnés le 10 décembre par la Direction Générale de l’Armement. Il s’agit des quatrième, cinquième et sixième d’une série de huit nouveaux chalands à propulsion hybride destinés à la Marine nationale dont les six premiers ont été commandés le 16 décembre 2015.

Tête de série de ce programme, la Cigale a été mise en service en avril 2018 et est affectée au Pôle Ecoles Méditerranée, à Saint-Mandrier. Ses deux premiers sisterships (Criquet et Grillon) ont vu leur cérémonie d’admission au service actif se dérouler le 19 novembre dans la base navale de Toulon, où ils sont stationnés. La Fourmi et le Scarabée, basés à Brest, seront bientôt opérationnels, de même que l’Araignée à Cherbourg. Vont suivre dans les mois qui viennent la Luciole et la Tianée, commandées en juin 2018. La première sera basée à Fort-de-France, en Martinique et la seconde à Toulon, au profit de la Cellule Plongée Humaine et Intervention Sous la Mer (CEPHISMER). La Tianée était à l’origine prévue pour la Nouvelle-Calédonie mais son affectation a été modifiée.

 

CMM (© IXBLUE - GILLES MARTIN-RAGET)

CMM (© IXBLUE - GILLES MARTIN-RAGET)

CMM (© IXBLUE - GILLES MARTIN-RAGET)

CMM (© IXBLUE - GILLES MARTIN-RAGET)

 

Conçus par iXblue en partenariat avec Cegelec et Mauric, ces chalands en aluminium ont vu leur coque produite par le chantier CMN de Cherbourg, l’armement ayant été ensuite mené à La Ciotat. Les CMM sont adaptés pour naviguer dans les rades ou près des côtes afin de conduire différents types de missions : travaux sous-marins, transport de matériel, lutte antipollution, formation des plongeurs...

Longs de 24 mètres pour une largeur de 8 mètres et un tirant d’eau de 1.6 mètre, ils affichent un déplacement de 72 tonnes en charge (52 lège). Capables d’atteindre la vitesse de 10 nœuds, ils se distinguent par leur propulsion hybride. Pour les phases de transit, des groupes électrogènes Cummins (2 x 150 kW) alimentent les moteurs électriques de propulsion Nidec Leroy-Somer (2 x 100 kW). Mais lors des phases d’exploitation à faible vitesse, les moteurs et le propulseur d’étrave sont alimentés par des batteries (Lithium-ion/fer-phosphate). Rechargeables à quai (sur le réseau électrique) ou en mer (par les groupes), elles permettent d’éliminer les émissions polluantes pendant les périodes de travail, avec une autonomie de 8 heures à 2 noeuds. La puissance de ces batteries est de 105 kW, sauf sur les Grillon et Scarabée, dotés d’un double parc (210 kW) en lien avec l’optimisation de ces deux CMM pour les missions de lutte antipollution. C’est la société Alternatives Energies (AltEn) qui a été chargée de développer le système énergie-propulsion des CMM, Cegelec Défense et Naval Sud-Est allant assurer le maintien en condition opérationnelle (MCO) des bateaux sur une période de 10 ans après leur mise en service.

Ces nouveaux engins remplacent différentes unités de la marine, dont de vieux chalands automoteurs du type CHA mis en service entre 1987 et 1989 ou encore les vedettes de surveillance radiologique Coralline à Cherbourg et Palangrin II à Brest.

 

 

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française iXblue | Actualité de l'équipementier naval et sous-marin