Défense
Les CMN pourraient construire d'autres Baynunah à Cherbourg

Actualité

Les CMN pourraient construire d'autres Baynunah à Cherbourg

Défense

Les Constructions Mécaniques de Normandie discutent actuellement avec le chantier Abu Dhabi Shipbuilding (ADSB) et la marine émiratie en vue de pouvoir réaliser à Cherbourg une ou deux autres corvettes du type Baynunah. En tout, six bâtiments de ce type ont été commandés en 2003 et 2005, seule la tête de série devant être initialement réalisée dans le Cotentin. Les autres ont été confiées à ADSB, porteur du contrat global, qui réalise à Abu Dhabi les unités suivantes grâce à un transfert de technologie opéré par les CMN. Pour l'heure, les deuxième et troisième corvettes sont à flot, la quatrième étant en cours de construction. « Depuis 2003, nous avons un partenariat avec ADSB et, dans le cadre de ces échanges, il y a des discussions. Mais la réalisation d'autres corvettes à Cherbourg n'est pas encore décidée », précise-t-on aux CMN. En cas d'accord, le chantier normand pourrait récupérer l'achèvement des cinquième et sixième bâtiments, dont les coques sont apparemment commencées à Abu Dhabi. Chez l'industriel français, on considère en tous cas ce programme comme un beau succès : « C'est une très grande réussite. La Baynunah est la corvette légère la plus sophistiquée réalisée jusqu'ici par les CMN. Depuis deux ans que le bâtiment a été mis à l'eau, tous les gens venus à bord ont estimé que la tenue à la mer était très bonne. Et, lors des essais d'appontage, les spécialistes ont estimé que la manoeuvre n'était pas si compliquée malgré la petite taille de la corvette ».

La corvette Al Hesen, troisième Baynunah (© : PHILIPPE WODKA-GALLIEN)
La corvette Al Hesen, troisième Baynunah (© : PHILIPPE WODKA-GALLIEN)

Une corvette équipée comme une frégate

Il reste désormais à voir comment vont se dérouler les essais avec le système de combat, qui doit gérer l'ensemble des armes et des senseurs. Les CMN, qui ont mené à bien les essais de plateforme et testé individuellement les équipements électroniques et les armes (des tirs de canons de 76mm et 27mm ont notamment été effectués en baie de Seine), n'ont en effet pas la charge du système de combat, fourni par Celex, filiale de Finmeccanica. C'est donc désormais au groupe italien de faire ses preuves, sous la supervision d'ADSB, pour faire en sorte que les équipements très nombreux embarqués par la Baynunah puissent fonctionner de concert. Car, avec ce navire, un véritable tour de force technique a été réalisé. Longue seulement de 71 mètres pour un déplacement de 915 tonnes en charge, la corvette est équipée comme une frégate. Elle doit, ainsi, mettre en oeuvre 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3 (MBDA), deux systèmes de lancement vertical pour 8 missiles surface-air ESSM (Raytheon), un système surface-air RAM (Raytheon), une tourelle de 76mm (OTO-Melara) et deux canons de 27mm (Rheinmetall). Elle dispose, en outre, d'un hangar et d'une plateforme pour un hélicoptère de 4.5 tonnes. Les équipements électroniques comportent, notamment, un radar Sea Giraffe (Saab), ainsi qu'un système de veille optronique EOMS NG livré par Sagem (qui a également fourni des centrales inertielles SIGMA 40). On notera que Thales a, pour sa part, développé le système de guerre électronique COMINT et le téléphone de bord.

La Baynunah (© : CMN)
La Baynunah (© : CMN)

Plusieurs pays intéressés par ce nouveau modèle

Dernière-née de la célèbre famille Combattante, la Baynunah, du type Combattante BR 71, est en tout cas un très beau et très impressionnant bateau. Au point de susciter de l'intérêt dans certains pays, ce qui pourrait se traduire par de nouvelles commandes. « Nous pourrions en vendre d'autres, il y a un intérêt dans plusieurs pays », reconnait-on aux CMN. En plus des négociations avec ADSB sur les Baynunah 5 et 6, ce serait une bonne nouvelle pour l'industriel, qui cherche à garnir le carnet de commandes de Cherbourg dans le domaine des navires militaires. Pour l'heure, en dehors de deux yachts de 44 et 60 mètres en projet, le chantier normand travaille sur une série de six Intercepteurs du type DV15 dotés d'un canon de 30mm, destinés aux Emirats Arabes Unis. Long de 16 mètres et capable de filer à plus de 55 noeuds, ce nouveau modèle intéresse semble-t-il d'autres marines du golfe Persique, mais « il y a aussi des touches sur d'autres continents », assure-t-on aux CMN. Par ailleurs, le constructeur espère toujours que ses projets avec la Libye, mis entre parenthèses suite à la chute du régime de Kadhafi, reviendront au goût du jour une fois la situation stabilisée. C'est loin d'être impossible compte tenu de la « dette » des Libyens envers la France. Ainsi, avant la révolution, les CMN étaient en négociation pour vendre à la marine libyenne trois corvettes dérivées de la Baynunah et trois Vigilante 700 CL 65, un nouveau modèle de patrouilleur hauturier de 65 mètres.

Intercepteur avec canon de 30mm (© : DROITS RESERVES)
Intercepteur avec canon de 30mm (© : DROITS RESERVES)

Vigilante 700 CL 65 (© : CMN)
Vigilante 700 CL 65 (© : CMN)

Constructions Mécaniques de Normandie (CMN)