Divers
Les débris du vol AF447 enfin localisés au large du Brésil

Actualité

Les débris du vol AF447 enfin localisés au large du Brésil

Divers

Vingt-deux mois après la catastrophe, les autorités françaises ont annoncé que l'épave de l'Airbus A330 d'Air France disparu au large de Brésil le 1er juin 2009, avait été enfin localisée. Après trois tentatives infructueuses, la quatrième campagne de recherches en mer a permis de retrouver les restes de l'avion. Moteurs, trains d'atterrissage, éléments d'ailes et de carlingue... Les débris sont dispersés en plein Atlantique sur une zone longue de 600 mètres et large de 200 mètres. Reposant à 3900 mètres de profondeur, ils ont été retrouvés samedi soir, vers minuit, par un robot sous-marin, qui a transmis les premières images. D'après le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA), plusieurs corps identifiables ont été trouvés au fond de l'océan.
Parti le 22 mars du port de Suape, au Brésil, le navire de recherche Alucia, avec à son bord une équipe de l'institut océanographique Woods Hole, était arrivé sur zone le 25 mars. A bord, 31 personnes étaient présentes, ainsi que trois drones sous-marins Remus, capables de plonger à 4000 mètres. Cette quatrième et ultime phase de recherches, financée à hauteur de 9.7 millions d'euros par Airbus et Air France, devait durer jusqu'à quatre mois et couvrir une surface de 10.000 kilomètres carrés. Mais il n'aura fallu qu'une semaine à l'équipe, supervisée par les enquêteurs du BEA, pour trouver l'épave de l'avion. La phase 5 de l'opération, qui consiste à remonter les débris et les corps, sera menée à bien d'ici trois à quatre semaines selon le ministère de l'Ecologie et des Transports. L'Etat a lancé, en ce sens, un appel d'offres pour disposer des moyens nécessaires au relevage. D'ici là, les investigations vont se poursuivre au fond de l'Atlantique, notamment pour retrouver les enregistreurs de vol et, ainsi, mieux comprendre ce qui a provoqué la catastrophe.
Parti de Rio pour rejoindre Paris, le vol AF447 avait disparu avec 228 personnes à bord.

Pollution en mer et accidents