Défense
Les deux derniers Batral français prolongés jusqu’en 2015

Actualité

Les deux derniers Batral français prolongés jusqu’en 2015

Défense

Alors que le Jacques Cartier sera retiré du service en juillet, les deux derniers bâtiments de transport légers de la Marine nationale, les Dumont d’Urville et La Grandière, devraient être prolongés jusqu’en 2015. Leur retrait du service actif était initialement prévu l’année prochaine mais l’état-major souhaite attendre la livraison des nouveaux bâtiments multi-missions (B2M), qui doivent être commandés cette année, avant de désarmer les ultimes Batral. Faute de quoi les moyens navals déployés outre-mer tomberaient à un niveau très bas, notamment aux Antilles et à La Réunion, où sont basés le Dumont d’Urville et le La Grandière.

Mis en service en 1983 et 1987, ces deux Batral mesurent 80 mètres de long pour 13 mètres de large. Conçus pour pouvoir s’échouer sur une plage et y débarquer des troupes, des véhicules blindés et du matériel, ils disposent d’une porte d’étrave et d’une rampe déployable. Armés par une cinquantaine de marins, ils peuvent projeter 140 soldats et une douzaine de véhicules. Ces bâtiments, qui ont passé l’essentiel de leur carrière outre-mer, ont rendu de grands services dans le domaine du transport vers des îles isolées, et ont participé à de nombreuses reprises à des opérations humanitaires, notamment suite à des catastrophes naturelles.

Tête de série, le Champlain a été désarmé en 2004 alors que le Francis Garnier l’a été en 2010. Basé à Nouméa, le Jacques Cartier doit faire ses adieux à la Nouvelle-Calédonie le 19 avril pour rentrer en métropole. Il arrivera début juillet à Brest où il sera retiré du service actif.

Pour mémoire, le concept de Batral a été adopté par différentes marines. Le Chili comme le Maroc ont fait construire chacun trois unités de ce type, le Gabon et la Côte d’Ivoire un bâtiment chacun.

Marine nationale