Marine Marchande
Les différents navires de l’armement hambourgeois SAL Heavy Lift

Focus

Les différents navires de l’armement hambourgeois SAL Heavy Lift

Marine Marchande

Depuis 1865, date de mise en service du premier navire construit par le chantier naval J.J Sietas et appelé Amoenitas, l’armement allemand créé par Paul Heinrich est spécialisé dans le transport de colis lourds, d’énormes grues ou de modules de projets industriels ou « offshore » à travers le monde, principalement sur la route de l’Extrême Orient. Afin d’assurer aux clients d’excellentes prestations, SAL et J.J Sietas (devenu depuis 2013 Pella Sietas) basé à Neuenfelde aux portes de Hambourg ont collaboré ensemble sur la conception de navires spécialisés devenus de plus en plus grands et performants au fil des ans. Jusqu’en 1997, SAL déployait des unités classiques aux superstructures positionnées sur l’arrière dotées de puissantes grues. En navigation, ce concept présentait cependant l’inconvénient de diminuer le champ de vision sur l’avant depuis la timonerie lorsque les cargaisons étaient volumineuses. C’est donc cette même année qu’un nouveau Gloria entrait au sein de la flotte. D’un design novateur avec les emménagements placés tout à l’avant, il présentait un pont dégagé sur l’arrière d’une surface de 2120 m2. Nul n’imaginait qu’il aller être le précurseur d’une petite vingtaine d’unités identiques ou extrapolées issues du même site de construction navale, puis d’autres d’origine chinoise.

 

L’Annemieke – Type 161 – est l’un des quatre premiers navires à avoir été construit pour SAL avec les superstructures placées sur l’avant (© : MARC OTTINI)

L’Annemieke – Type 161 – est l’un des quatre premiers navires à avoir été construit pour SAL avec les superstructures placées sur l’avant (© : MARC OTTINI)

 

Bien que ressemblantes au premier coup d’œil, les cinq séries du chantier allemand baptisées Type 161, Type 161 a, Type 161 b, Type 176 et Type 183 sont de caractéristiques proches, mais techniquement différentes pour s’adapter aux attentes des clients. Le Gloria était le premier Type 161 et allait être suivi des Wilma, Lena et Annemieke livrés entre mars 1997 et avril 1998. En 2020, seul le plus récent est toujours en service au sein de l’armement. D’un port en lourd de 9544 tonnes, il est long de 151,65 mètres et large de 20,65 avec un tirant d’eau maximal de 7,85 mètres. Il est équipé d’une cale unique de 13614 m3 longue de 82,90 mètres, large de 15,80 et d’une hauteur de 11,17 mètres. La manutention est assurée par trois grues NMF dont deux de 275 tonnes combinables à 550 placées sur bâbord et une de 150 tonnes sur l’arrière tribord. La propulsion est assurée par un moteur semi-rapide MAN-B&W quatre temps de 9 cylindres – 9L 48/60 – développant 9450 Kw installé dans une salle des machines disposée tout à l’arrière lui octroyant une vitesse de 18 nœuds. Il est équipé d’un propulseur d’étrave de 750 Kw.

 

Le Paula – Type 161 a – fait partie de la seconde série (© : MARC OTTINI)

Le Paula – Type 161 a – fait partie de la seconde série (© : MARC OTTINI)

 

Les mois de mars et octobre 2000 marquaient l’entrée en flotte simultanée du quatuor « Type 161 a » composé des Annegret, Grietje, Wiebke et Paula. Ils ont des caractéristiques totalement identiques aux précédents, excepté leur gréement « boosté »par deux grues de 320 tonnes combinables à 640 et une troisième de 200 tonnes, toujours placée à l’arrière tribord. En auxiliaires, ce sont deux de 40 tonnes et une de 20. Il fallait ensuite attendre décembre 2003 et février 2004 pour voir entrer en flotte le premier de deux « Type 161 b » nommés Annette et Maria.

 

Le Maria – Type 161 b – est identique au Paula mais avec un gréement différent (© : MARC OTTINI)

Le Maria – Type 161 b – est identique au Paula mais avec un gréement différent (© : MARC OTTINI)

 

Similaires aux précédents pour les dimensions, les Annette et Maria sont quant à eux dotés de deux grues de 350 tonnes combinables à 700, puis la troisième de 250 tonnes. Les grues auxiliaires sont de même force que celles équipant les 161 a. La surface du pont fut optimisée pour offrir 2363 m2 et la puissance du propulseur d’étrave poussée à 900 Kw.

 

Les Anne-Sofie et Trina sont des unités plus grosses du Type 176

Les Anne-Sofie et Trina sont des unités plus grosses du Type 176 (© : MARC OTTINI)

 

Fort du succès commercial rencontré avec les dix unités du Type 161, SAL passe commande, toujours auprès de J.J Sietas, de quatre nouveaux navires du « Type 176 » qui seront livrés sur une période d’un an dès mars 2008 sous les vocables de Frauke, Anne-Sofie, Trina et Regine, des noms autrefois portés au sein de la compagnie. D’un port en lourd de 12000 tonnes, ils sont longs de 159,80 mètres pour une largeur de 24,34 ce qui leur laisse 3128 m2 de surface du pont et une cale unique de 107,10 mètres sur 17 de large et 13,10 de haut d’un volume de 19299 m3. Visuellement, les « Type 176 » se différencient des autres par leurs trois grues dont la flèche pointe vers l’avant. Ces dernières sont deux NMF de 700 tonnes de levage, combinables pour atteindre 1400 tonnes positionnées à bâbord et une de 350 sur tribord. Les grues auxiliaires sont deux de 60 tonnes et une de 40.

 

Les Anne-Sofie et Trina sont des unités plus grosses du Type 176

Les Anne-Sofie et Trina sont des unités plus grosses du Type 176 (© : MARC OTTINI)

Les Anne-Sofie et Trina sont des unités plus grosses du Type 176

Les Anne-Sofie et Trina sont des unités plus grosses du Type 176 (© : MARC OTTINI)

 

Ces arrivants ont permis à SAL de répondre à de nouveaux marchés en particulier dans le domaine offshore. Les superstructures, toujours très caractéristiques du chantier de Neuenfelde ont été modernisées, tout comme la motorisation qui compte désormais un moteur semi-rapide quatre temps MAN-B&W 9L58/64 de 9 cylindres développant 12600 Kw. Le propulseur d’étrave reste identique à celui installé à bord des « Type 161 b », soit 900 Kw.

 

Le Lone – Type 183 – en sortie de Rotterdam possède 2 puissantes grues est est équipé d’un système de positionnement dynamique DP1. Son sistership le Svenja possède un système DP2, plus précis (© : MARC OTTINI)

Le Lone – Type 183 – en sortie de Rotterdam possède 2 puissantes grues est est équipé d’un système de positionnement dynamique DP1. Son sistership le Svenja possède un système DP2, plus précis (© : MARC OTTINI)

 

En décembre 2010, une nouvelle génération de transporteurs de colis lourds est lancée avec la mise en service du Svenja, un « Type 183/DP 1 » dessiné, conçu et construit par le fidèle chantier naval. Pour le Svenja, suivi trois mois après du Lone du « Type 183/DP 2 » d’importantes modifications et améliorations ont été apportées leur donnant une multitude de nouvelles attributions. D’un port en lourd de 12975 tonnes, ils présentent une longueur de 160,50 mètres pour une largeur de 27,50 et un tirant d’eau à pleine charge de 9 mètres. Avec leur pont dégagé au maximum sur 128,50 mètres et toute la largeur du navire, soit 27,50 mètres, ils proposent une surface utile de 3427 m2. La seule cale, de 107,10 x 17 x 13,70 m soit 18470 m3 est fermée comme sur les précédents par des panneaux portefeuille Mac Gregor. Une nouveauté cependant avec un dispositif de pompage et d’évacuation des eaux de pluie permettant aux navires de naviguer avec les panneaux de cale ouverts. Toujours sur bâbord, les deux impressionnantes grues NMF sont prévues pour lever des charges allant jusqu’à 1000 tonnes ou 2000 lorsqu’elles sont jumelées. Le moteur MAN-B&W 9L 58/64 installé sur les « Type 176 » a été reconduit pour équiper ce duo. Par contre, le Svenja équipé d’un système de positionnement dynamique DP 1 a reçu deux propulseurs, un de 1200 Kw à l’avant puis un de 775 Kw sur l’arrière en « tunnel » facilitant les manœuvres. Quant au Lone du Type 183/DP 2, il a été adapté en version offshore, de façon à pouvoir manutentionner en haute mer des modules. La principale nouveauté réside dans le fait qu’il est doté du système de positionnement dynamique DP 2 calculé par DGPS et ultra précis agissant sur deux propulseurs d’étrave de 1200 Kw chacun, un propulseur arrière de 800 Kw mais aussi sur deux propulseurs azimutaux rétractables de 1200 Kw positionnés sous la coque à environ cinquante mètres de l’avant et de l’arrière dans l’axe du navire. Grâce à ses performances, le Lone peut effectuer de délicates opérations comme le levage et la mise à l’eau de fondations gravitaires en béton supportant les éoliennes par exemple.

Toutes les coques des unités livrées par le chantier J.J Sietas ont été réalisées par Daewoo Mangalia (Roumanie) avant d’être acheminées en remorque jusqu’en Allemagne pour la pose du bloc des superstructures, l’installation du moteur, la pose des moyens de manutention et les finitions. Tous sont équipés de plusieurs caissons amovibles embarqués sur l’arrière du pont qui sont mis à l’eau et ballastés par de l’eau de mer pour servir de contrepoids pendant les opérations de chargement ou déchargement. Lorsqu’ils sont disposés, ces caissons sont maintenus au navire par une poutre hydraulique transversale de déployant de chaque bord.

 

Les cinq unités construites en Chine du Type 116 sont d’une conception différente (© : MARC OTTINI)

Les cinq unités construites en Chine du Type 116 sont d’une conception différente (© : MARC OTTINI)

 

Cinq autres navires de « Type 116 » de 17013 tonnes de port en lourd sont en service au sein de la compagnie sous les noms de Calypso, Amoenitas, Imke ex: Palau, Anna ex: Palembang et Caroline ex: Palmerton. (Un sixième a porté le nom de Hilke mais est redevenu le Palabora). Leur particularité est de ne pas être des produits J.J Sietas puisqu’ils sont sortis du chantier chinois Kouan Shipyard de Taizhou entre 2009 et 2011. Avec un château toujours placé sur l’avant, ces navires possèdent une cale unique de 94,25 mètres par 16,20 et une hauteur de 13,29 offrant un volume de 15700 m3 qui est desservie par deux grues Liebherr de 450 tonnes, combinables à 900, positionnées à bâbord. D’une longueur de 133 mètres pour une largeur de 23 et un tirant d’eau de 7,80 mètres, ils sont propulsés à 17 nœuds par un Diesel quatre temps MAN-B&W à six cylindres – 6 L 48/60 B – développant 7200 Kw. Ils bénéficient également d’un propulseur d’étrave de 600 Kw.

 

Les cinq unités construites en Chine du Type 116 sont d’une conception différente (© : MARC OTTINI)

Les cinq unités construites en Chine du Type 116 sont d’une conception différente (© : MARC OTTINI)

Les cinq unités construites en Chine du Type 116 sont d’une conception différente (© : MARC OTTINI)

Les cinq unités construites en Chine du Type 116 sont d’une conception différente (© : MARC OTTINI)

 

Depuis 2011, SAL SchiffahrtskontorAltes Land GmbH&Co est sous le contrôle du groupe «K» Line et se présente désormais sous l’appellation SAL Heavy Lift GmbH tout en conservant ses bureaux dans la cité hanséatique.

Et tout récemment, en mars et avril dernier, le groupe a acheté trois cargos polyvalents d’occasion construits en 2011 et 2012 par le chantier chinois de Qingshan et dénommés les Typ 171 Flyer. SAL retrouve par cette occasion des navires avec des superstructures placées à l’arrière.

 

Le Pacific Winter  baptisé – Type 171 Flyer – qui renoue avec les superstructures placées sur l’arrière est devenu le Klara le 7 avril dernier (© : MARC OTTINI)

Le Pacific Winter  baptisé – Type 171 Flyer – qui renoue avec les superstructures placées sur l’arrière est devenu le Klara le 7 avril dernier (© : MARC OTTINI)

 

Armés sous le pavillon portugais de l’île de Madère, les Hanna, Lisa et Klara ont un port en lourd de 19100 tonnes et possèdent 2 cales – une longue de 86,10 mètres et une plus petite sur l’avant de 25,20 mètres – desservies par 3 grues NMF. Deux placées sur bâbord ont une force de levage de 400 tonnes et sont combinables à 800 tonnes. La troisième est sur l’avant tribord et ne fait que 120 tonnes. Avec un volume de 23720 m3 et une capacité de 1019 Evp – 457 en cale + 532 en pontée – ils ont une longueur de 166,15 mètres et une largeur de 23,27. Leur motorisation est assurée par un MAN de 7 cylindres – 58/64 CD – développant 9800 Kw qui leur permet de naviguer à 17 nœuds. Le Hanna fut construit comme Beluga Project avant de devenir Rickmers Dubai et Baltic Winter. Le Lisa fut construit comme Beluga Prediction avant de devenir BBC Winter, Thorco Winter puis Atlantic Winter jusqu’au 11 avril dernier. Le Klara quant à lui est sorti du chantier chinois sous le nom de Tasman Winter. Devenu ensuite Hyundai Winter, Rickmers Chennai et Thorco Waneta, il était le Pacific Winter jusqu’au 7 avril dernier.   

Texte et photos : Marc Ottini