Energies Marines

Actualité

Les énergies marines ont déjà créé plus de 2000 emplois en France

Energies Marines

A l’occasion du salon Seanergy et des 4èmes assises des EMR, qui se sont déroulés cette semaine au Havre, l’Observatoire des Energies de la Mer a présenté les résultats de sa première étude visant à démontrer de manière concrète la structuration en cours de la filière en France et son potentiel de développement.

Les Pays de la Loire concentrent 42% des emplois

Il en ressort que l’industrie des énergies marines, quasi-inexistante dans l'Hexagone il y a encore quatre ans, représentent aujourd’hui 2086 emplois (équivalent temps plein), avec comme premier pôle régional les Pays de la Loire (874 ETP), ce qui s’explique en particulier par la création des premières usines de fabrication de sous-stations électriques (STX France) et de turbines d’éoliennes offshore (GE). Vient ensuite l’Ile de France, (544 ETP), où se situent les sièges de grandes entreprises et développeurs. Puis on trouve PACA (238 ETP), la Bretagne (142 ETP), la Nouvelle Aquitaine (75 ETP), les Hauts de France (74 ETP), la Normandie (62 ETP) et l’Occitanie (28 ETP) avec des chiffres encore faibles mais qui vont croître significativement avec la montée en puissance du secteur.

 

 

Développement attendus dans les zones littorales

Trois catégories d’acteurs interviennent dans les énergies marines renouvelables : les structures de formation et de R&D, les développeurs exploitants ainsi que les entreprises prestataires ou fournisseurs de la chaîne de valeur, ces derniers représentant 1696 ETP. « Les grands sites industriels dédiés aux énergies de la mer sont moteurs de l’emploi dans les territoires. L’emploi va également s’accroître fortement avec la mise en production des projets français : le calendrier prévisionnel prévoit une mise en service des parcs commerciaux éoliens posés à partir de 2020/2021 pour environ 3 GW et des fermes pilotes éolien flottant en 2020 pour environ 100 MW. Ces développements et générations d’emplois seront principalement réalisés dans les régions littorales accueillant les projets, avec notamment la mise en place des hubs d’assemblage et les activités d’installation, puis de maintenance, à partir de 2018-2019 », insiste l’Observatoire.

De lourds investissements pour une filière exportatrice

Les investissements consentis dans le développement de la filière EMR française, soit pour l’heure 1.3 milliard d’euros  (75% par les prestataires et fournisseurs, 25% par les développeurs/exploitants) vont eux aussi bondir avec la construction des parcs et de nouvelles usines de production d’équipements.

Il en sera de même pour le chiffre d’affaires réalisé par la filière, soit 590 millions d’euros en 2016 (dont 75% à l’export), généré pour l’essentiel par les prestataires et fournisseurs.

Après l’éolien posé, cap sur le flottant et l’hydrolien

L’observatoire note que si l’éolien posé est la technologie qui génère le plus d’emplois à ce jour, l’éolien flottant et l’hydrolien sont déjà créateurs d’activité et la mobilisation des industriels français est forte pour aboutir rapidement aux premières fermes pilotes puis dans la foulée aux parcs commerciaux. Un premier champ d'hydroliennes doit notamment être installé en 2018 dans le Raz Blanchard. 

« Avec les énergies de la mer, la France dispose d’une formidable opportunité : donner naissance à une nouvelle filière industrielle au croisement de la croissance bleue et de la croissance verte, et créer des emplois durables, tout en accélérant sa transition énergétique. Pour transformer cette chance en réussite industrielle, il faut fédérer les soutiens et construire un consensus national autour de cette filière émergente, porteuse d’emplois et de valeurs pour le futur de notre pays », souligne Frédéric Moncany, président du Cluster Maritime Français, qui a lancé en novembre 2016 l’Observatoire des Energies de la Mer, en étroite collaboration avec le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et le Groupement des Industries de Construction et Activités Navales (GICAN).

Voir l'intégralité du rapport de l'Observatoire ci-dessous ou sur ce lien 

 

 

 

Energies Marines Renouvelables