Défense
Les Etats-Unis lancent l'opération Sentinel de surveillance dans le détroit d'Ormuz

Actualité

Les Etats-Unis lancent l'opération Sentinel de surveillance dans le détroit d'Ormuz

Défense

Le programme va s'appeler Sentinel et a été annoncé hier par le département d'Etat américain. Alors que les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran sont toujours vives après les incidents des pétroliers du détroit d'Ormuz, l'administration Trump veut mettre en place une surveillance du trafic commercial dans la zone du golfe arabo-persique. Celui-ci se traduirait par la mise en place de patrouilles militaires, d'escortes mais aussi d'équipements des navires de commerce en systèmes de surveillance, notamment des caméras. 

Pour mettre en place ce nouveau programme - qui risque de se révèler très onéreux compte-tenu de la densité du trafic de la zone - , les Américains espèrent pouvoir rallier d'autres pays à leur cause, à commencer par l'Arabie saoudite, où Mike Pompeo, le secrétaire d'Etat se trouve en visite officielle. La communication autour de ce programme s'est faite de manière plutôt désordonnée : Donald Trump, comme à son habitude, a tweeté en invectivant les pays comme « la Chine qui reçoit 91% de son pétrole depuis le Golfe, le Japon 62% et beaucoup d'autres encore. Alors pourquoi sommes-nous, depuis plusieurs années, les seuls à protéger ces voies maritimes pour zéro compensation? Tous ces pays devraient protéger leurs propres bateaux » . Les autres membres de la diplomatie américaine ont été plus nuancés, sauf peut-être pour cet officiel du Département d'Etat, s'exprimant dans le Washington Post et jouant sur le double sens du verbe shoot, qui précise que l'objectif n'était pas de « tirer sur les Iraniens, mais de les prendre en photo ». Dans un contexte où les dérapages verbaux se multiplient, les émissaires américains au Moyen-Orient préfèrent évoquer « une nouvelle initiative pour améliorer la sécurité maritime et qui doit être internationalisé ».

 

US Navy / USCG