Construction Navale
Les études techniques de l'Oasis 5 ont commencé

Actualité

Les études techniques de l'Oasis 5 ont commencé

Construction Navale
Croisières et Voyages

Le Symphony of the Seas est tout juste livré et parti de Saint-Nazaire, qu’on en sait déjà un peu plus sur le cinquième paquebot de la classe Oasis. Le C34, comme on le désigne chez STX France, a été commandé en mai 2016 par le groupe américain Royal Caribbean Cruises Ltd. Sa livraison est prévue en 2021.

Les études techniques de ce nouveau navire ont débuté en janvier dernier, nous apprend Florence Mauduit, chargée d'affaire (responsable) du projet C34. Adjointe sur le programme du Symphony of the Seas, pour lequel elle travaillait en binome avec Alain Buck, cette ingénieure devient d'ailleurs la première femme à accéder à cette fonction aux chantiers nazairiens. C'est elle qui a la responsabilité du bon déroulement des travaux, qui vont voir des milliers de salariés et sous-traitants du chantier oeuvrer de concert pendant trois ans. Et déjà, Florence Mauduit, ses équipes et l'armateur sont entrés depuis plusieurs mois dans le vif du sujet. « Nous en sommes à l’étude des parties techniques. Des choix ont déjà été faits». A commencer par la taille du futur géant. Il avait été envisagé un allongement par rapport à l'Harmony of the Seas (A34) et le Symphony of the Seas (B34), deux unités de 362 mètres de long qui sont aujourd'hui les plus grands paquebots du monde. Mais, finalement, le C34, dont on disait un temps qu'il pourrait tutoyer les 400 mètres de long, ne devrait pas être plus long que ses aînés. « Nous avons réfléchi à cet agrandissement. Mais dans nos dernières discussions (avec l'armateur, ndlr), il a été décidé de rester sur un design plus traditionnel ».

On notera que la propulsion ne devrait pas être au gaz naturel liquéfié, qui justement aurait nécessité plus de place et donc un agrandissement du navire pour conserver les mêmes capacités. Par contre, le C34 disposera d’un système de pots catalytiques pour se conformer aux futures réglementations en réduisant les émissions nocives des gaz d’échappement des moteurs.

Globalement, le futur paquebot devrait donc être assez semblable à ses prédécesseurs, même si des changements peuvent encore intervenir, sait-on jamais avec RCCL. Le chantier s’attend d'ailleurs, une nouvelle fois, à devoir intégrer différentes modifications et nouveautés souhaitées par l'armateur, y compris en dernière minute, comme cela a été le cas sur les A34 et B34. Des demandes dont STX France a désormais l'habitude et pour lesquelles il a appris à s'adapter. « Cela nous pousse à nous dépasser. La réactivité est devenue l’une de nos grandes forces », résume Florence Mauduit.

 

Le Symphony of the Seas, juste avant son départ de Saint-Nazaire (MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Le Symphony of the Seas, juste avant son départ de Saint-Nazaire (MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)