Construction Navale
Les Finlandais à la pointe de la recherche et de l'innovation

Actualité

Les Finlandais à la pointe de la recherche et de l'innovation

Construction Navale

Pour conserver leur leadership sur les paquebots, les chantiers européens dépensent des dizaines de millions d’euros dans la R&D. « La meilleure façon de prédire le futur, c’est de le créer. L’innovation est donc extrêmement importante car nous devons pouvoir proposer des nouveautés aux clients », explique Yrjö Julin, président de la division Cruise & Ferries d’Aker Yards. Les Finlandais ont été à l’origine de nombreuses avancées sur les navires de croisière. C’est le cas du premier bassin de surf embarqué, prouesse technique réalisée sur le Freedom of the Seas, où encore des immenses ponts promenade installés à l’intérieur même des navires. Les Finlandais de Kvaerner Masa Yards (avant son rachat par Aker), sont également à l’origine des cabines extérieures, sur le Royal Princess, en 1984 et du navire « 100% cabines extérieures » dont le concept avait été breveté et quelques actions juridiques lancées contre les reprises des concurrents. De nombreuses innovations ont également pour but de diminuer les délais de construction et de réduire les coûts. « Les cabines préfabriquées ont été montées pour la première fois en Finlande, en 1966. Cette méthode a permis d’augmenter la productivité car il est plus facile de construire en atelier qu’in situ ». Cette trouvaille, inaugurée il y a tout juste quarante ans, fait désormais l’unanimité dans le monde de la construction navale.

La révolution de l’Azipod

Une autre nouveauté a littéralement révolutionné la manœuvre des navires. Il s’agit du pod, ce moteur électrique placé sous la coque dans une nacelle orientable. Réduisant de manière conséquente le niveau de vibration, cette technique permet de s’affranchir d’un gouvernail et offre un gain de place considérable dans les fonds, par suppression des lignes d’arbre. Elle a vu le jour en 1987 et a été installée, trois ans plus tard, sur un premier paquebot. Le concept de l’Azipod a été repris par Alstom Power Conversion qui a mis au point, à la fin des années 90, le pod Mermaid. « une simple copie », tient à souligner Yrjö Julin, qui rappelle, non sans une certaine satisfaction, que « Nous avons eu quelques problèmes de jeunesse mais pas aussi sérieux qu’Alstom ». Les débuts du Mermaid démontrent, à eux seuls, comment l’innovation peut être à la fois révolutionnaire et très risquée. Entre 2000 et 2002, la mise en service des Millennium, premiers paquebots construits en France avec des pods APC, a viré au désastre pour Celebrity Cruises. Après un retard initial de livraison, les quatre navires ont été victimes d’arrêts répétés et d’avaries, entraînant des annulations de croisières. Furieux, les dirigeants de RCCL, maison mère de Celebrity, avaient réclamé à Alstom, alors propriétaire des Chantiers de l’Atlantique, 300 millions de dollars de dommages et intérêts. Après un accord avec le groupe français, les poursuites judiciaires continuent contre Rolls-Royce, à qui la compagnie réclame désormais 500 millions de dollars. A ce jour, tous les problèmes techniques ne sont pas solutionnés, l’Infinity ayant encore été bloqué une semaine en septembre pour permettre le remplacement de l’un de ses pods.
________________________________________

Voir la fiche technique des Freedom et Liberty of the Seas

Voir la fiche technique du Genesis

Voir l'interview d'Yrjö Julin

Voir la fiche entreprise d'Aker Yards


Plongée au coeur d'Aker Yards