Défense
Les forces françaises détruisent 7 aéronefs libyens

Actualité

Les forces françaises détruisent 7 aéronefs libyens

Défense

Les opérations aériennes en Libye se sont poursuivies à un rythme soutenu ce week-end. L'armée de l'Air et la Marine nationale ont, notamment, réalisé plusieurs frappes dans les régions de Misrata, Zintan, Syrte et Ajdabiyah. Alors qu'une pièce d'artillerie libyenne, qui tirait sur la ville d'Ajdabiyah, a été détruite vendredi par une patrouille de Mirage 2000D équipée de bombes GBU-12, les forces françaises se sont illustrées samedi en infligeant des pertes sévères à l'aviation du colonel Kadhafi. Un raid a, en effet, permis de détruire, selon l'Etat-major des Armées, au moins cinq avions de combat Galeb et au moins deux hélicoptères MI-35 qui se préparaient à mener des opérations dans les secteurs de Zintan et Misrata. Dans la même région, des avions de la marine et de l'armée de l'Air ont mené hier des frappes sur des véhicules blindés et sur un important dépôt de munitions.
Chaque jour, une vingtaine ou une trentaine d'appareils français sont engagés en Libye. Alors que l'armée de l'Air engage des avions de combat Mirage 2000 et Rafale, des ravitailleurs C135 et des avions radar E-3.F Awacs, l'aéronautique navale intervient depuis le porte-avions Charles de Gaulle avec des Rafale Marine, des Super Etendard Modernisés (SEM) et des Hawkeye. On notera, de plus, que des patrouilles conjointes de Mirage 2000-5 français et qataris ont débuté, à compter de vendredi, depuis la base aérienne crétoise de La Sude. Au total, six avions du Qatar et trois appareils français sont désormais opérationnels en crête.

Un Mirage 2000 de l'armée de l'Air  (© : EMA)
Un Mirage 2000 de l'armée de l'Air (© : EMA)

Les rebelles progressent de nouveau

Sur le terrain, les insurgés, en grande difficulté avant l'intervention internationale, ont commencé à reprendre du terrain vers l'ouest. Aidés par les bombardements de la coalition, qui ont détruit bon nombre de blindés et d'appareils fidèles au régime de Tripoli, les rebelles ont repris ce week-end la ville d' Ajdabiya et les terminaux pétroliers de Brega et Ras Lanouf. Les opposants à Mouammar Kadhafi comptent marcher sur Misrata (tenue par les reblles mais encerclée) et sur Syrte, la ville natale du colonel, les forces aériennes internationales semblant « faire le ménage » au fur et à mesure de leur avancée.
Pour mémoire, la coalition intervient dans le cadre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU. Celle-ci vise à instaurer une zone d'exclusion aérienne en Libye afin de protéger les populations civiles des attaques des troupes de Kadhafi.
Réunissant en fin de semaine dernière 11 pays, 350 avions (en majorité américains) et une trentaine de navires de guerre, la coalition devrait confier rapidement le commandement opérationnel à l'OTAN. L'opération resterait néanmoins sous le contrôle d'un comité de pilotage politique, comme le souhaite la France.

Chargement d'une GBU-12 sur le Charles de Gaulle  (© : EMA)
Chargement d'une GBU-12 sur le Charles de Gaulle (© : EMA)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française