Divers
Les Forces maritimes du Rhin : Quand la marine armait le fleuve

Actualité

Les Forces maritimes du Rhin : Quand la marine armait le fleuve

Divers

Voici un livre très intéressant pour cette période de vacances. « Les forces maritimes du Rhin », paru aux éditions Carré Blanc, revient sur une page d'histoire contemporaine méconnue avec les derniers témoins d'une Marine insolite et des archives inédites... Le Rhin : fleuve aux multiples visages, fleuve de la Lorelei, chanté par Heine, Apollinaire et tant d'artistes, écrivains, peintres ou musiciens. Aucun autre grand fleuve européen n'aura autant marqué la mythologie et l'histoire. Pourtant ce Rhin qui des Alpes à la Mer du Nord, fut la colonne vertébrale du monde celtique et une importante voie de commerce depuis l'ère romaine, devint un jour le Rhin frontière, cristallisant les antagonismes de part et d'autre de ses rives.
L'histoire de l'espace rhénan, pris en otage au gré des guerres et des marchandages de territoires, porte le long de ses berges, la marque de ces conflits. Murailles, places fortes, ouvrages de défenses et autres infrastructures militaires de toutes époques en sont autant de souvenirs, ancrés dans le paysage.
Si le Rhin est omniprésent dans cet ouvrage, il nous en révèle cependant un nouveau territoire, très peu connu, celui la présence sur le fleuve de la Marine nationale.

De la constitution avortée de la première flottille, qui s'illustra à terre sous le commandement du contre-amiral Exelmans lors du siège de Strasbourg dès le 8 août 1870, puis la création de la flottille du Rhin en 1919, jusqu'à la dissolution des Forces maritimes du Rhin en 1966, cette singulière unité de Marine prendra une part active dans les événements qui marquèrent l'histoire de l'axe rhénan.
Cet ouvrage témoigne du rôle de ces équipages, de ces hommes qui subirent en première ligne les conséquences d'une histoire complexe et virent les rives du Rhin changer quatre fois de nationalité en un quart de siècle. Il raconte l'extraordinaire épopée d'un corps de la Marine qui devra tout apprendre des conditions particulières de navigation sur le fleuve. Capricieux et fluctuant, le Rhin requiert en effet de ceux qui le pratiquent, des connaissances très particulières de pilotage et un sens éprouvé de la manoeuvre.

 (© : FMR)
(© : FMR)

On y découvrira avec quelle ingéniosité les Forces maritimes du Rhin surent tirer parti d'un matériel d'abord inadapté et trouver des solutions innovantes pour remplir leurs missions. Elles créeront ainsi en 1919, leur propre école de pilotage sur le Rhin afin de ne pas dépendre des mariniers allemands, alors seuls navigateurs expérimentés. De même, c'est à l'initiative des pilotes des F.M.R que l'on doit les premiers guides et cartes de navigation encore employées aujourd'hui par tous les mariniers du Rhin qu'ils soient français, allemands, suisses ou néerlandais.

Bien loin des clichés habituels des missions océaniques dévolues à la Marine, il serait injuste d'appliquer à ces équipages, l'épithète impropre de « marins d'eau douce » et minimiser l'importance de leurs missions. Par trois fois, sur décision des plus hautes autorités nationales, les Forces maritimes du Rhin se virent confier des missions de guerre d'une importance stratégique majeure en soutien des forces terrestres.
Plus tard, sur le fleuve qu'elle contribuera à pacifier en assurant la sécurité, le contrôle et la surveillance de la navigation, la Marine nationale jouera un rôle de premier plan, participant à sa manière à l'effort de reconstruction et à la réconciliation entre l'Allemagne et la France. Lorsqu'à nouveau le monde s'embrasera sous les coups répétés de l'Union Soviétique, le Rhin, carrefour des Etats et de leurs armées, des populations et du flot commercial, apparaîtra comme l'ultime rempart pendant la guerre froide. Une nouvelle fois, les Forces maritimes du Rhin verront leur mission redéfinie.
Sur la première voie intérieure navigable d'Europe et le premier fleuve commercial du monde, les Forces maritimes du Rhin comptent en 1956 plus de 100 navires, souvent à l'avant-garde de la technique, armés et entretenus par près de 800 marins, techniciens civils et Pilotes militaires du Rhin. Mais qui peut imaginer aujourd'hui que le trafic fluvial sur le Rhin est alors équivalent à celui du Canal de Suez...

 (© : FMR)
(© : FMR)

Lorsqu'en 1965, l'Etat Major de la Marine nationale demandera au Ministre de la Défense, M. Messmer, d'être relevé de ses missions sur le Rhin et transfère ses responsabilités au Génie de l'Armée de Terre, l'Europe entre dans une nouvelle ère et les Forces maritimes du Rhin font pleinement partie de l'histoire de la Marine nationale.
Premier ouvrage réalisé sur les Forces Maritimes du Rhin, ce livre retrace une formidable aventure dans une perspective à la fois scientifique, culturelle et sociale. S'appuyant sur une multitude de sources : témoignages, archives et documents inédits, photographies souvent tirées d'albums de familles, une mémoire méconnue s'y découvre dans toute son épaisseur humaine.
Un lent et patient travail de recherche mené par un observateur passionné de l'histoire des Forces Maritimes du Rhin, Alain Kleimberg qui dès son affectation, en 1978, au CIRAM de Strasbourg, collecte, répertorie, organise, interroge les anciens, devenant par la force des choses dépositaire de ce patrimoine et de cette mémoire.

L'affirmation de la place de la Marine nationale à Strasbourg par la nomination d'un commandant de la Marine (COMAR) en 2005, son représentant auprès du Parlement européen, une première reconnaissance officielle des FMR avec l'inauguration d'une stèle commémorative lors du 40° anniversaire de leur dissolution en 2006, sans oublier l'action des associations de réserve et amicales d'anciens marins ont depuis renforcé l'intérêt pour l'histoire des Forces Maritimes du Rhin.
Fort du soutien de la Marine, c'est tout naturellement qu'Alain Kleimberg confie l'ensemble de ses pièces à deux alsaciens experts de renom, l'Amiral Georges Prud'homme et monsieur Roland Oberlé, pour qu'ils en restituent l'unité historique et rendent accessible et attractif ce glorieux passé.

 (© : FMR)
(© : FMR)