Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Les forces navales des Pays-Bas et de la Belgique

Défense

La marine néerlandaise a également vu ses moyens se réduire sérieusement. Alors que son escadrille de patrouille maritime a été dissoute en 2005 (ses 13 P-3C Orion ayant été vendus à l’Allemagne et au Portugal), son parc d’hélicoptères a pu être renouvelé avec 20 NH90, dont 12 gréés pour la lutte ASM. Ces machines, livrées entre 2011 et 2016, ont succédé aux Lynx, retirés du service en 2012.

La composante sous-marine, un temps menacée, a finalement été conservée et sera renouvelée.  Les quatre Walrus, mis en service entre 1990 et 1994, sont en cours de modernisation afin de prolonger leur durée de vie de 25 à 35 ans. Pour la suite, les Pays-Bas ont formulé auprès des industriels internationaux une demande d’information en vue de choisir un design pour quatre nouveaux sous-marins. Ces bâtiments, qui devront avoir des capacités océaniques en raison des intérêts stratégiques néerlandais dans les Caraïbes, devraient entrer en service à partir de 2027.

 

Le Karel Doorman et une frégate du type LCF/NLF (© : MARINE NEERLANDAISE)

Le Karel Doorman et une frégate du type LCF/NLF (© : MARINE NEERLANDAISE)

 

Complétant les transports de chalands de débarquement Johan de Witt (2007) et Rotterdam (1998), le bâtiment de ravitaillement et de projection Karel Doorman a été mis en service en 2015. En revanche, le pétrolier-ravitailleur Amsterdam a été vendu au Pérou en 2014.

 

Le patrouilleur hauturier Holland (© : THALES)

Le patrouilleur hauturier Holland (© : THALES)

 

Pour ce qui est des unités de combat de surface, la flotte néerlandaise s’est enrichie en 2012 et 2013 de quatre nouveaux patrouilleurs hauturiers du type Holland. En revanche, elle ne compte plus, outre les quatre récents destroyers anti-aériens du type LCF/NLF (2002-2005), que deux frégates anti-sous-marines du type M datant de 1993 et 1995 mais sérieusement modernisées entre 2010 et 2014. Les Van Speijk et Van Amstel doivent être remplacés au cours de la prochaine décennie via un programme en coopération avec la Belgique, qui arme deux unités de la même série, les Léopold Ier (ex-Karel Doorman) et Louis Marie (ex-Willem van der Zann), livrées à la flotte néerlandaise en 1991 et transférées à la marine belge en 2007 et 2008. Les futures frégates belgo-néerlandaises, qui afficheront un déplacement de 4000 à 5000 tonnes, doivent être commandées en 2018 en vue d’une livraison à partir de 2023.

 

La frégate belge Léopold Ier (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

La frégate belge Léopold Ier (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Alors que les forces navales des deux pays travaillent de manière très étroite, tant sur le plan opérationnel que dans la maintenance, ce plan de renouvellement, qui a fait l’objet de la signature d’une lettre d’intention entre les deux gouvernements en 2016, comprend aussi le programme de remplacement des chasseurs de mines. Celui-ci sera piloté par la Belgique (la partie dédiée aux frégates étant chapeautée par les Pays-Bas). 

 

Chasseur de mines néerlandais du type CMT (© : MICHEL FLOCH)

Chasseur de mines néerlandais du type CMT (© : MICHEL FLOCH)

 

En matière de guerre des mines, il s’agit d’assurer la succession des unités du programme conduit dans les années 80 avec la France. Seuls 6 des 15 chasseurs de mines tripartites (CMT) construits à l’époque par les Néerlandais sont encore en service,  alors que la composante maritime belge n’en aligne plus que 6, contre 10 initialement. Une réduction significative qui a pu être compensée grâce à la mutualisation des moyens entre les deux nations. En tout, 12 nouvelles unités de guerre des mines doivent être construites, soit six pour chaque flotte. 

 

 

Concernant la marine belge, celle-ci s’est, par ailleurs, enrichie en 2014 et 2015 des patrouilleurs hauturiers Castor et Pollux. Le bâtiment de soutien Godetia, qui date de 1966, devrait en revanche être désarmé cette année et ne sera finalement pas remplacé. L’aéronautique navale a pour sa part vu ses capacités augmenter significativement avec la livraison, entre 2013 et 2016, de quatre NH90, s’ajoutant aux trois vieilles Alouette III, qui devraient voler jusqu’en 2020/2021.

 

Pour connaître en détail toutes les marines du monde, nous vous rappelons que l'édition 2016 de Flottes de Combat est récemment parue et peut être commandée sur le site de Marines Editions