Défense
Les frégates allemandes du type 125 deviennent réalité

Actualité

Les frégates allemandes du type 125 deviennent réalité

Défense

Le programme des quatre nouvelles frégates allemandes du type 125 se poursuit, les deux premières unités de la série étant désormais en achèvement à flot. Après le Baden-Württemberg, en décembre 2013, ce fut au tour du Nordrhein-Westfalen, après sa mise à flot, d’être baptisée le 16 avril dernier sur le site TKMS de Hambourg. Ces bâtiments sont réalisés par le consortium ARGE F125 qui comprend, outre TKMS, le chantier Lürssen de Brême, qui travaille en coopération avec le constructeur hambourgeois Blohm + Voss pour la fabrication des coques.

 

Le Nordrhein-Westfalen en achèvement à flot

Le Nordrhein-Westfalen en achèvement à flot (© : TKMS)

Cérémonie de baptême du 

Cérémonie de baptême du Nordrhein-Westfalen (© : TKMS) 

Cérémonie de baptême du 

Cérémonie de baptême du Nordrhein-Westfalen (© : TKMS) 

 

Tête de série livrée fin 2016

C’est en 2007 que TKMS a remporté la commande de 2 milliards d’euros portant sur la construction des quatre nouvelles frégates allemandes, appelées à succéder aux huit unités du type 122 (classe Bremen), mises en service entre 1982 et 1990. Alors que la livraison de la tête de série est prévue en novembre 2016 et celle de son premier sistership mi-2018, le troisième bâtiment a été mis sur cale en juin 2014. Il doit, comme la quatrième frégate de ce type, être livré d’ici la fin 2019.

Longues de 149.6 mètres pour une largeur de 18.8 mètres et un déplacement d’environ 7000 tonnes en charge, les F125 pourront dépasser la vitesse de 26 nœuds. Dotées d'une propulsion CODLAG (Combined Diesel eLectric And Gasturbine), elles disposeront de quatre moteurs diesels de 2900 kW chacun, deux moteurs électriques d'une puissance unitaire de 4500 kW et une turbine à gaz de 20 MW.

 

Frégate du type F125 

Frégate du type F125 (© : TKMS) 

 

Capables d’êtres déployées jusqu’à 24 mois

Les nouvelles frégates allemandes ont été spécialement conçues pour être déployée sur de longues périodes dans des zones de crise, nécessitant une grande autonomie et des moyens d'action conséquents, notamment vers la terre. A ce titre, elles ont été étudiées pour pouvoir fonctionner 5000 heures par an et rester déployées jusqu'à 24 mois, soit une disponibilité considérablement améliorée par rapport aux dernières frégates allemandes, du type F124 (classe Sachsen). Livrés en 2004 et 2006, ces trois bâtiments peuvent en effet naviguer 2500 heures par an et effectuer des déploiements d'une durée maximale de 9 mois. Afin d'améliorer la longévité opérationnelle des F125, TKMS, Blohm + Voss et Lürssen ont travaillé à rendre la nouvelle plateforme  plus robuste et à en optimiser la maintenance, qui sera réduite par rapport aux générations précédentes. Le développement des automatismes a, dans le même temps, permis de réduire l'équipage de moitié, soit 120 hommes, contre 235 pour les F124. Afin de pouvoir être déployé sur de longues périodes allant jusqu'à deux ans, chaque bâtiment comprendra deux équipages, qui se relaieront à bord.

 

Frégate du type F125 

Frégate du type F125 (© : TKMS) 

 

Action vers la terre

Intervention littorale, contre terrorisme, lutte contre les trafics illicites et la piraterie... Les F125 ont été imaginées pour répondre aux nouvelles menaces auxquelles sont confrontées les marines. La nécessité de pouvoir loger et mettre en oeuvre des commandos a, par exemple, été prise en compte dès le départ. Ainsi, chaque F125 pourra accueillir, en plus de son équipage, 50 passagers. La frégate disposera en outre de quatre embarcations rapides de 10 mètres, pouvant être mise en oeuvre rapidement afin de mener des interceptions en mer ou des raids nautiques. Le hangar pourra loger deux hélicoptères de type NH90 (et des drones), des logements supplémentaires étant prévus pour héberger 20 hommes du détachement aéronautique (soit une capacité totale de 190 personnes à bord). L'armement est, quant à lui, très tourné vers la terre. Il comprendra 8 missiles antinavire (avec une capacité contre cibles côtières), deux systèmes surface-air RAM et une tourelle de 127mm Light Weight produite par OTO-Melara. Dotée de munitions Vulcano, cette pièce pourrait tirer à 70 kilomètres.

Menaces asymétriques

Alors qu'un emplacement est disponible pour l'installation ultérieure de missiles de croisière, les F125 se veulent particulièrement protégées contre les menaces asymétriques (embarcations suicides, plongeurs, engins explosifs artisanaux...). Ainsi, l'artillerie secondaire sera particulièrement conséquente, soit deux canons de 27mm et cinq mitrailleuses de 12.7mm (HITROLE-NL Mod517), tous télé-opérés.
Côté détection, la F125 bénéficiera d'un système de veille radar, optique et infrarouge à 360°, comprenant notamment un réseau de 14 caméras. Le radar principal sera du type TRS-3D, avec quatre antennes planes assurant une détection en temps réel tout autour du bâtiment. L'ensemble des senseurs sera géré par un nouveau système de combat, les F125 bénéficiant également d'une nouvelle ergonomie pour le Central Opérations.
La marine allemande va donc disposer, à partir de la fin 2016, de très beaux bâtiments à même de répondre aux besoins des longs déploiements outre-mer pour assurer des missions de patrouille, de surveillance et d'intervention sur un large spectre de menaces.

Thyssen Krupp Marine Systems (TKMS)