Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Les frégates Cassard et Jean Bart prolongées jusqu'en 2018

Défense

En raison de l'abandon des troisième et quatrième frégates de défense aériennes du type Horizon, la Marine nationale est contrainte de reculer la date du désarmement des Cassard et Jean Bart, a-t-on appris de source militaire. Ces frégates, qui devaient être retirées du service en 2013 et 2015, seront finalement prolongées jusqu'aux alentours de 2018 (2017 et 2019 sont évoquées comme dates possibles de désarmement). Livrés en 1988 et 1990, les D 614 et D 615 sont équipés d'un système de combat très puissant, faisant d'elles les unités les plus complexes de la flotte française après le porte-avions Charles de Gaulle. Elles ne sont donc pas particulièrement vieilles et sont technologiquement au goût du jour, mais présentent l'épineux problème d'être dotées d'un système d'armes principal à la conception ancienne. Développé dans les années 60, le Tartar (missiles SM1-MR) a d'abord été installé sur quatre escorteurs d'escadre désarmés entre 1982 et 1991. Après remise à niveau aux Etats-Unis, les systèmes des Bouvet et Kersaint ont été réinstallés sur les Cassard et Jean Bart. Les troisième et quatrième frégates du type F70 AA n'étant finalement pas construites faute de crédits suffisants, les Tartar des Dupetit-Thouars et Du Chayla ont été conservés pour servir de stock de pièces détachées. Ces rechanges sont d'autant plus importants que la production de ce système américain a cessé depuis longtemps que la France est l'un des tous derniers pays à le mettre encore en oeuvre.
Jugé comme un bon missile malgré son âge, le SM1-MR pêche aujourd'hui par sa portée, limitée à 40 kilomètres. Les missiles antinavires pouvant désormais être tirés par avions à plus de 70 kilomètres de leur cible, la frégate ne peut donc que parer l'attaque et non traiter le porteur du missile assaillant.

La principale difficulté du prolongement des deux frégates réside donc dans ce système, dont on peut facilement imaginer qu'il sera devenu totalement obsolète dans une dizaine d'années. Aucune modernisation ne serait par ailleurs possible, en raison du coût de l'installation de lanceurs verticaux pour missiles Aster, ainsi que de problèmes de structures.
Faute de disposer des Horizon 3 et 4 pour assurer la disponibilité permanente de deux bâtiments de défense aériennes afin de protéger un groupe aéronaval ou amphibie, la Marine nationale a lancé cet été des études destinées à adapter le design de la Frégate Européenne Multi-Missions (FREMM) pour la lutte antiaérienne. Les deux bâtiments, dénommés Frégates Européennes de Défense Aérienne (FREDA), pourraient être commandés à l'occasion de l'affermissement de la première tranche conditionnelle du contrat, en 2011. Malgré un délai de construction très rapide des bâtiments du programme FREMM, les essais supplémentaires qui seront nécessaires afin de mettre au point un système de combat plus complexe ne devraient pas permettre aux FREDA d'être opérationnelles avant 2017 ou 2018.
_____________________________________________

- Voir notre article sur les FREDA

- Voir notre reportage à bord du Cassard

Marine nationale