Défense
Les Frégates multi-missions (Fremm) changent de tête

Actualité

Les Frégates multi-missions (Fremm) changent de tête

Défense

Les observateurs avisés l’auront remarqué, entre la version présentée au printemps et les vues délivrées récemment, le design des frégates multi-missions (Fremm) a évolué de façon assez importante. Il y a tout d’abord l’abandon du projet de mâture unique, dite « intégrée », pour la première tranche de 8 bâtiments. Le choix a été arrêté en septembre, à la veille du salon DSEi (Defense Systems & Equipment international) de Londres. « Nous avons décidé de recourir à une solution classique à deux mâts. La décision découle d’un mélange technique et financier. On a considéré qu’il y avait des développements techniques supplémentaires et qu’il était donc plus raisonnable d’attendre », explique Philippe Poirier, directeur du projet Fremm à DCN. Du côté de la Marine nationale, on note que « La présence sur les frégates d'une mâture intégrée n'a pas été demandée (…) celle-ci n’était pas une exigence opérationnelle ». Outre le pur aspect technologique, les contraintes budgétaires auraient donc également pesé : « La mâture unique a été handicapée par des problèmes de coût. Sur ce programme, les prix sont extrêmement tendus et donc, l’innovation est sacrifiée au profit des contraintes budgétaires », souligne un cadre de DCN Ingénierie.

Aujourd’hui, le montant unitaire d’une frégate (sans armement) oscille entre 280 à 290 millions d’euros,

Naval Group | Actualité industrie navale de défense