Divers
Les garde-côtes italiens retrouvent les corps des victimes du naufrage de Lampedusa

Actualité

Les garde-côtes italiens retrouvent les corps des victimes du naufrage de Lampedusa

Divers

Les plongeurs des garde-côtes italiens n’ont pas voulu abandonner. Depuis mardi 8 octobre, ils plongent sans relâche pour retrouver les victimes du naufrage d’une embarcation de fortune devant Lampedusa. Hier, ils ont fini par trouver les corps de douze personnes à 60 mètres de fond à quelques milles seulement devant le port italien. Parmi elles, sur les terribles photos de la Guarda Costiera, on voit une femme serrant dans ses bras un bébé de quelques mois.

Ces victimes faisaient partie d’un groupe de 50 personnes qui avaient pris place à bord d’une embarcation de fortune qui avait quitté la Libye. Arrivé devant les côtes de Lampedusa, le bateau a été pris dans le mauvais temps. Au moment où le navire des garde-côtes italiens arrivait à proximité, le mouvement des personnes à bord a provoqué le chavirement. 22 ont pu être sauvées et 13 corps de femmes, dont une jeune fille de 12 ans et d’autres enceintes, ont été retrouvés. Les survivants ont immédiatement dit aux sauveteurs qu’il manquait encore de nombreuses personnes, dont au moins huit enfants. Ce sont eux que les plongeurs ont cherché pendant ces dix jours.

Les témoignages des survivants, dont la publication a été faite par les procureurs siciliens, ont profondément ému l’opinion publique italienne d’abord, européenne ensuite. Cette semaine, l’Ocean Viking a débarqué 176 naufragés à Tarente avant de repartir au plus vite sur la zone de sauvetage dans les eaux internationales devant les côtes libyennes. Les garde-côtes italiens ont sauvé 180 personnes mardi, pendant que les Maltais venaient en aide à 75 autres.

Le Conseil européen, qui s’est tenu la semaine dernière à Luxembourg, n’a pas réussi, pour le moment, à adopter un dispositif d’accueil et de répartition des personnes sauvées en mer. Les négociations autour du pré-accord élaboré en septembre par l’Italie, Malte, l’Allemagne et la France sont toujours en cours.

 

Migrants