Défense
Les grandes ambitions navales de la France au Brésil

Actualités

Les grandes ambitions navales de la France au Brésil

Défense

La frégate française Aquitaine est arrivée hier à Rio de Janeiro, pour une escale de plusieurs jours placée sous le signe de la coopération franco-brésilienne. Dans le domaine naval, le Brésil représente une opportunité considérable pour les industriels français, emmenés par le poids lourd national, DCNS, présent localement depuis plus de trois ans dans le cadre du programme des nouveaux sous-marins brésiliens. En plein essor, le géant sud-américain souhaite se doter d’une marine de premier rang, à même de protéger des convoitises son vaste territoire maritime, regorgeant notamment de pétrole, tant dans le golfe du Mexique qu’en Atlantique. La création d’une puissance navale moderne et crédible doit également lui permettre de projeter des forces partout dans le monde et, ainsi, de renforcer son poids diplomatique et géostratégique sur la scène internationale.

 

 

Manoeuvres franco-brésiliennes avec le groupe Jeanne d'Arc en 2012 (© MN)

Manoeuvres franco-brésiliennes avec le groupe Jeanne d'Arc en 2012 (© MN)

 

 

Un plan d’acquisition pouvant aller jusqu’à une trentaine de bâtiments

 

 

C’est dans cette perspective que le Brésil a lancé le PAEMB, un ambitieux programme de renouvellement de sa marine, afin d’assoir son statut de première puissance d’Amérique latine et protéger les importantes ressources de son espace maritime. A ce titre, la flotte de surface doit être renouvelée avec le programme PROSUPER, portant sur la construction de 5 frégates, 5 patrouilleurs hauturiers et un ravitailleur. Puis, dans le cadre du projet PRONAE, un nouveau porte-avions doit être réalisé afin de

Naval Group | Actualité industrie navale de défense