Vie Portuaire
Les grands axes et projets du plan stratégique de Nantes Saint-Nazaire

Actualité

Les grands axes et projets du plan stratégique de Nantes Saint-Nazaire

Vie Portuaire

Après plusieurs mois difficiles, marqués par des conflits sociaux et la démission de ses dirigeants, le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire a adopté, vendredi, son projet stratégique. Portant sur la période 2009-2019, ce projet fixe les principaux axes de développement du GPM et porte sur 7 axes. Le premier vise à construire une offre logistique intermodale. Il comprendra l'aménagement d'un terminal à conteneurs de dimension européenne. Etendu de 1500 mètres, le terminal de Montoir sera capable de traiter 1 million d'EVP à l'horizon 2020, contre 150.000 en 2008. Un réseau de plateformes, notamment fluviales et ferroviaires, sera développé, de même que les liaisons ferrées permettant d'acheminer les marchandises. Enfin, le port souhaite développer le transport combiné à partir de Montoir. Destinée à absorber une partie du trafic routier entre la France et la péninsule ibérique, une nouvelle autoroute de la mer, à destination de Gijon, sera par exemple inaugurée début 2010.
Dans son projet stratégique, le port souhaite « porter une politique commerciale concertée de développement des flux ». La mise en place d'un Conseil des chargeurs est prévue, de même que la création d'une structure de développement commercial au service des acteurs économiques portuaires.

Pétrolier en arrêt technique à Saint-Nazaire (© SAINT-NAZAIRE MARINE)
Pétrolier en arrêt technique à Saint-Nazaire (© SAINT-NAZAIRE MARINE)

« Garantir et labelliser un accueil portuaire global de qualité » est le troisième axe. Le GPM souhaite créer un centre de régulation intégrée des trafics et des interfaces terre-mer. Il veut structurer l'offre de services aux navires sur le bassin de Saint-Nazaire en privilégiant la réparation navale, tout en adaptant et sécurisant les conditions d'accès au chenal.
Le développement durable est également mis en avant. Le port ambitionne de « concevoir et faire vivre un plan spatial de développement avec l'ensemble des acteurs concernés » et d'élaborer un schéma directeur de dragages.
Le cinquième axe du plan stratégique porte sur des projets de valorisation des sites de Nantes, de Saint-Nazaire et du Carnet. Ce dernier devrait notamment accueillir un pôle relatif aux écotechnologies marines. L'aménagement des espaces « ville-port » de Nantes et Saint-Nazaire se poursuivra.
Viennent ensuite les deux grands changements issus de la loi sur la réforme des ports autonomes (loi du 4 juillet 2008). Tout d'abord, la mise en oeuvre de la nouvelle gouvernance du GPM, avec la mise en place d'une politique de marque. Le projet stratégique vise aussi, dans ce cadre, à faire du Conseil de développement (qui compte notamment les acteurs portuaires) « un outil actif de production et d'aide à la décision du Conseil de surveillance ».
Enfin, comme le veut la loi, le transfert des activités de manutention sera effectif, ainsi que la définition d'une nouvelle organisation de la maintenance.

Le terminal de Cheviré, à Nantes (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le terminal de Cheviré, à Nantes (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les grands programmes

Le projet stratégique prévoit un certain nombre de grandes réalisations destinées à assurer le développement du port de Nantes Saint-Nazaire. Le terminal à conteneurs de Montoir-de-Bretagne va être étendu de 1500 mètres avec pour objectif d'atteindre le million d'EVP traités en 2020. L'extension du terminal se fera en direction du pont de Saint-Nazaire, ce qui obligera à déplacer les espaces actuellement occupés par les sabliers. Ces derniers pourraient être déménagés à Donges Ouest, à l'Est du canal du Priory.
La nouvelle infrastructure dédiée aux conteneurs permettra d'accueillir des navires de plus de 300 mètres et d'une capacité de 8000 EVP.
Afin d'assurer cette extension, l'actuel terminal roulier sera déplacé vers l'ouest, sur le site de Grand Tourteau, à l'aval immédiat du pont de Saint-Nazaire.
L'aménagement de la zone industrialo-portuaire de Montoir et de Donges devrait se poursuivre. Il s'agit, selon le port, de « conforter les activités industrielles des filières existantes et renforcer les fonctions de pôle logistique et multimodal ».
Dénoncé depuis des années par les associations de défense de l'environnement, le nouveau terminal de Donges Est ne verra finalement pas le jour. En ce qui concerne le banc de Bilho et la zone située au sud, considérés comme un espace naturel majeur de l'estuaire de la Loire, ils pourraient faire l'objet de mesures de restauration ou de gestion des vasières.
Pour le secteur de Saint-Nazaire, le projet stratégique prévoit un renforcement et une requalification des espaces industriels, principalement concentrés autour du bassin de Penhoët. Le port veut soutenir le développement de la réparation navale et des écotechnologies marines.
Au Carnet, il est proposé de réaliser un parc technologique orienté sur les énergies renouvelables et les écotechnologies marines. « Le projet devrait contribuer au développement du bassin d'emploi sud Loire et conforter les industries de développement et de recherche de l'estuaire », estime le GPM.
Loin d'être abandonné, malgré une baisse significative de trafic ces dernières années, le secteur nantais devrait, quant à lui, faire l'objet d'un développement de la logistique et du transport fluvial. En mars, une première liaison a d'ailleurs été inaugurée entre le terminal conteneurs de Montoir et le terminal de Cheviré. Selon le port, ce trafic fluvial « pourrait se renforcer, en tenant compte des stratégies urbaines, par la constitution d'un réseau plus complet de plateformes fluviales, ouvert éventuellement sur une extension de la navigation à l'amont de l'agglomération (nantaises) ».
Cinquième port français en tonnage (après Calais) et quatrième GPM, Nantes Saint-Nazaire a réalisé un trafic extérieur de 33.6 millions de tonnes l'an dernier.

Port de Nantes Saint-Nazaire