Défense
Les grues des anciens croiseurs de 7600 tonnes servent encore

Actualité

Les grues des anciens croiseurs de 7600 tonnes servent encore

Défense

Considérés comme faisant partie des croiseurs français les plus réussis, les Gloire et Montcalm, bien que démantelés depuis longtemps, servent encore ! Deux grues ayant appartenues à ces bâtiments sont, en effet, toujours en activité aux environs de Toulon. L'une est installée sur le port de La Seyne-sur-Mer et l'autre sur le quai du petit port de Saint-Elme/Les Sablettes (la Seyne-sur-Mer). Toutes deux servent à la mise à quai des petits bateaux de pêcheurs et plaisanciers. Une troisième grue des anciens « 7600 tonnes » était aussi exploitée à Sanary mais, ne répondant plus aux normes de sécurité, a finalement été démantelée fin 2009. Notre correspondant à Toulon, Jean-Louis Venne, a retrouvé et photographiés ces engins, derniers vestiges d'illustres navires.
Sur le Montcalm et la Gloire, ces grues étaient disposés de chaque bord au centre du navire, entre les deux tourelles doubles de 90mm. Elles servaient à la mise à l'eau des chaloupes et canots.

La grue du port de La Seyne (© : JEAN-LOUIS VENNE)
La grue du port de La Seyne (© : JEAN-LOUIS VENNE)

La grue qui servait à Sanary (© : JEAN-LOUIS VENNE)
La grue qui servait à Sanary (© : JEAN-LOUIS VENNE)

La grue qui servait à Sanary (© : JEAN-LOUIS VENNE)
La grue qui servait à Sanary (© : JEAN-LOUIS VENNE)



Mis en service juste avant la seconde guerre mondiale, les croiseurs Gloire et Montcalm faisaient partie de la série des six « 7600 tonnes » de la classe Georges Leygues. Longs de 179 mètres pour une largeur de 17.5 mètres, ces superbes bâtiments étaient capables de filer 31 noeuds. Dérivés de l'Emile Bertin, construit en 1935, ils étaient moins rapides mais mieux protégés, avec une cuirasse de 105mm et un pont blindé de 38mm. Leur armement principal comprenait trois tourelles triples de 152mm, l'artillerie secondaire étant notamment assurée par quatre montages doubles de 90mm et des affûts de 37mm. Ils embarquaient, en outre, quatre tubes lance-torpilles et deux hydravions Loire 130.


Au déclenchement des hostilités avec l'Allemagne, les Georges Leygues, Gloire et Montcalm sont intégrés avec l'Emile Bertin à la Force de Raid, qui comprend les croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg, ainsi que les 8 contre-torpilleurs des classes Le Fantasque et Mogador. Après l'armistice, les bâtiments sont en Méditerranée. Ils rejoignent Dakar en 1940, le Georges Leygues et le Montcalm livrant bataille à la Royal Navy venue avec le général de Gaulle débarquer au Sénégal. Epargnés par les débarquements alliés en Afrique du nord, fin 1942, les trois croiseurs reprennent la lutte contre les forces de l'Axe après une importante modernisation aux Etats-Unis. Entre-temps, leurs trois jumeaux (La Galissonnière, Marseillaise et Jean de Vienne) se sont sabordés à Toulon. Les derniers 7600 tonnes participeront à de nombreuses opérations, dont les débarquements de Normandie et de Provence. Après guerre, ils sont notamment engagés en Indochine. La Gloire sera condamnée en 1958 et le Montcalm en 1969.

Marine nationale