Divers

Actualité

Les habitants d'une petite île vivent sur une énorme réserve d'uranium

Divers

C’est une toute petite île du Pacifique, perdue au milieu du gigantesque archipel de Cook. Seuls 1.800 habitants résident sur ces quelques kilomètres carrés de terre. Sur l’île de Niue, il n’y a pas grand-chose à faire, c’est pourquoi 20.000 de ses ressortissants vivent en Nouvelle-Zélande (Avec laquelle le petit état océanien a un accord politico-économique).Mais cela pourrait bientôt changer. Les Niueans, comme on les appelle, on vu passer de drôles de gens ces dernières semaines. Ingénieurs et géologues pensent, en effet, que l’îlot cache un gisement d’uranium et pas n’importe lequel. Selon des projections, réalisées à partir de modélisations géologiques de sociétés australiennes et néo-zélandaises, le trésor de Niue serait « au moins équivalent, sinon plus important » que les réserves d’Australie méridionale, qui recèle le gisement le plus important au monde.

Campagne de prospection

Cette importante découverte potentielle risque bien de bouleverser la quiétude de Niue, mais aussi de lui assurer un bel héritage pour plusieurs dizaines de générations. La société australienne Yamarna Goldfields Limited a d’ores et déjà annoncé son intention de se lancer une campagne de prospection d'uranium sur l'atoll dans les prochains mois. Dans cette optique, un partenariat a été signé avec sa compatriote Avian Mining Pty Ltd, basée à Camberra. Le coût de cette première campagne de prospection, qui doit établir le potentiel et la faisabilité du projet, est estimé à un million de dollars.
Colonie néo-zélandaise depuis 1902, Niue est devenu un état en 1974. Si ses habitants ont le pouvoir de s’autodéterminer, l’île est politiquement très dépendante de son ancienne métropole. Les îles Cook, auxquelles elle appartient, comptent 18.000 habitants et sont situées à l’ouest de la Polynésie française. Cet immense archipel de 15 îles s’étale sur 2,2 millions de km², soit l’équivalent de l’Europe.

Pour en savoir plus sur cette région, nous vous conseillons de consulter un très bon dossier réalisé par l’université canadienne de Laval.