Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Actualité

Les Hawkeye français vont être modernisés

Défense

Les trois avions de guet aérien E-2C Hawkeye de l'aéronautique navale française, indispensables pour assurer la surveillance à longue portée autour du Charles de Gaulle et qui servent également à coordonner les raids de la chasse embarquée, vont être rénovés entre 2017 et 2019. Le chantier, qui sera mené à l’Atelier Industriel de l’Aéronautique (AIA) de Cuers-Pierrefeu, dans le Var, porte en particulier sur la modernisation de l’avionique, afin notamment de permettre aux appareils de répondre aux normes OACI (interrogateur IFF). Le système de mission sera également mis à niveau. De nouvelles consoles tactiques numériques « Famous » remplaceront les équipements actuels dans la tranche arrière, qui dispose de trois postes d’opérateurs, alors qu’une console Mark DL sera évaluée. Installée dans la cabine, entre le pilote et le copilote, elle est conçue pour recopier la situation tactique et permettre le transfert de données entre les liaisons L11 et L16. Alors que l’intégration du système PRG4 est à l’étude afin d’assurer une interopérabilité avec les hélicoptères de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT), la modernisation des Hawkeye tiendra justement compte de l’engagement de ces avions dans les opérations aéroterrestres. Il est, ainsi, prévu une amélioration du traitement des signaux radar afin d’optimiser la détection au-dessus de la terre et en zones littorales. Enfin, le chantier devrait voir la modernisation des moyens de guerre électronique, avec à priori le remplacement du système ESM ALR-73 par un ALQ-217.

 

Hawkeye au catapultage sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Hawkeye au catapultage sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

 

Hawkeye juste après son catapultage (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Hawkeye juste après son catapultage (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Appartenant à la flottille 4F, basée à Lann-Bihoué, près de Lorient, les E-2C de la Marine nationale ont été livrés par l’avionneur américain Northrop Grumman en 1998, 1999 et 2004. Le troisième avait été réceptionné au standard Hawkeye 2000, auquel ont été portés les deux autres en 2006 et 2007. Ces trois appareils devraient être opérationnels jusqu’à la fin de la prochaine décennie.

 

Hawkeye sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Hawkeye sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

 

Longs de 17.6 mètres pour une envergure de 24.6 mètres et une masse maximale de 23.8 tonnes, les Hawkeye sont conçus pour assurer la surveillance et le contrôle aérien à longue portée autour du porte-avions. Ils accompagnent également les avions de combat dans leurs opérations contre des cibles terrestres, assurant un relais de communication avec le porte-avions ou un état-major à terre, ainsi que la coordination de la chasse, la conduite des avions de combat vers des ravitailleurs ou encore la fonction d'alerte en cas de tentative d’interception par des aéronefs hostiles. Pour se faire, les Hawkeye disposent d’un imposant radar tournant APS-145 d’une portée de 250 nautiques et peuvent suivre quelques 2000 pistes. L’équipage comprend cinq marins, dont trois opérateurs situés dans l’espace tactique aménagé en tranche arrière.

 

Hawkeye sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Hawkeye sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

 

Successeur de l’E-1 Tracer, premier avion radar embarqué de l’US Navy développé à partir de la cellule du S-2 Tracker de lutte anti-sous-marine, l’E-2 est entré en service en 1964. Conçu dès l’origine comme un AWACS miniature pouvant être mis en œuvre sur un porte-avions, l’Hawkeye a connu depuis 50 ans de nombreuses modernisations. La dernière grande évolution en date est l’E-2D Advanced Hawkeye. Entré en service en fin 2014 dans l’aéronavale américaine, cet avion bénéficie d’une cellule voisine de celle de son aîné, mais en partie réalisée en matériaux composites. Des systèmes électroniques de nouvelle génération ont par ailleurs été installés, comme le radar APY-9 à antenne active qui remplace l’APS-145. L’intégration d’une perche de ravitaillement en vol est par ailleurs en cours de développement afin de permettre aux nouveaux Hawkeye de rester plus longtemps sur les zones d’opération. En tout, 75 E-2D doivent être livrés par Northrop Grumman à l'US Navy afin de remplacer les actuels E-2C.

 

E-2D Advanced Hawkeye (© : NORTHROP GRUMMAN)

E-2D Advanced Hawkeye (© : NORTHROP GRUMMAN)

 

Si les marines américaine et française sont les seules à disposer de porte-avions à catapultes capables de mettre en œuvre des Hawkeye, dont il n’existe pour l’heure aucun équivalent dans le monde, d’autres pays emploient cet avion depuis des bases terrestres. Il s’agit de l’Egypte, d’Israël, du Japon, du Mexique, de Singapour et de Taïwan.

 

(© : US NAVY)

(© : US NAVY)

Marine nationale