Défense
Les honneurs militaires rendus au lieutenant Boiteux

Actualité

Les honneurs militaires rendus au lieutenant Boiteux

Défense

Au cours de cérémonies qui se dérouleront aujourd’hui à l’Hôtel des Invalides, les honneurs militaires seront rendus au lieutenant Damien Boiteux. Pilote d’hélicoptère, l’officier a été mortellement blessé au Mali vendredi dernier, dans les premières heures de l’intervention française contre les djihadistes. Engagé en appui des troupes de l’armée malienne afin de stopper l’avancée des groupes islamistes vers le sud du pays, le lieutenant Boiteux, aux commandes d’une Gazelle, a été touché par un tir adverse. Malgré ses blessures, il est parvenu à ramener son appareil, avec son équipage, avant de succomber.  Après une cérémonie réservée à la famille et aux compagnons d’armes du pilote, un hommage national, présidé par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, aura lieu aux Invalides. A cette occasion, le général de corps d’armée Hervé Charpentier, gouverneur militaire de Paris, invite « le plus grand nombre de citoyens à manifester leur hommage et leur solidarité avec notre héro mort dans l’accomplissement de sa mission au service de la France » lors du passage du cortège funèbre sur le pont Alexandre III, entre 14h30 et 14h45.

 

 

Cinquième jour de combats au Mali

 

 

Ces cérémonies interviennent alors que la France en est à son cinquième jour d’intervention au Mali. Hier, dans le cadre de l’opération Serval, les frappes aériennes se sont poursuivies au nord du pays contre les bases des djihadistes, qui ont semble-t-il abandonné les principales villes qu’ils contrôlaient. Leurs dépôts d’armes, de munitions et de carburant, ainsi que leurs camps d’entrainement, ont notamment été visés par la chasse française. L’armée malienne a, en revanche, connu un revers lors d’une contre-attaque des rebelles qui se sont emparés de la localité de  Diabali, à 400 km de Bamako. Cette petite ville se trouve sur le fameux « axe Est » évoqué ce week-end par Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, qui avait précisé que, si l’avancée des terroristes avait été stoppée sur l’axe Ouest, les combats se poursuivaient à l’Est. Concentrant leurs forces, les djihadistes, très armés selon Paris, ont donc débordé les soldats maliens. Ceux-ci vont, toutefois, rapidement bénéficier du renforcement du dispositif français. Alors que les moyens aériens ont été musclés ce week-end avec l’arrivée de Rafale de l’armée de l’Air, des renforts terrestres et aéroterrestres sont en cours d’acheminement, avec des blindés, y compris des chars, mais  aussi des hélicoptères de combat supplémentaires. Ces moyens permettront de préserver le Mali d’ici l’arrivée de la force d’intervention de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui doit, sous mandat de l’ONU, reprendre le contrôle du nord du pays.