Science et Environnement
Les jeunes homards indifférents aux champs magnétiques des câbles électriques

Rencontre

Les jeunes homards indifférents aux champs magnétiques des câbles électriques

Science et Environnement

Le développement des énergies marines renouvelables s’accompagne de l'installation de câbles électriques sous-marins pour exporter l’énergie produite vers la terre ferme. Des câbles qui produisent un champ magnétique soulevant des interrogations sur leurs possibles effets sur les organismes marins vivant à proximité. Le chercheur Bastien Taormina, qui a terminé une thèse en décembre dernier à l’Ifremer et France Energies Marines portant sur la caractérisation des impacts potentiels des câbles sous-marins sur les communautés benthiques, s’est penché, pendant un an et demi, sur le cas particulier des juvéniles de homard. Cette expérimentation, menée en collaboration notamment avec la chercheuse Caroline Durif de l’Institute of Marine Research de Norvège et MAPPEM Geophysics, a montré que leur comportement après exposition ne changeait pas. Entretien avec Bastien Taormina, aujourd’hui en contrat post-doctoral au pôle intégration environnementale de France Energies Marines, à Plouzané.

Mer et Marine : Pourquoi avoir choisi d’étudier les juvéniles de homards ?

Bastien Taormina : Dans le cadre de ma thèse, je travaillais sur l’impact des câbles électriques sous-marins. L’une des principales interrogations porte sur le champ électromagnétique émis par le câble lorsque le courant transite à l’intérieur. Nous voulions voir quel était l’impact des