Divers
Les marins de la Douane s'inquiètent pour leurs missions

Actualité

Les marins de la Douane s'inquiètent pour leurs missions

Divers

Quelques jours après l'arrivée du patrouilleur des douanes Kermorvan à Toulon, un communiqué émanant de l'intersyndicale UNSA Douanes, Solidaire Douanes, CGT et CFDT des marins de la Douane fait part de leur inquiétude sur la capacité de la Douane à remplir ses missions, notamment dans le cadre de l'action de l'État en mer. « Aujourd'hui les implantations des moyens nautiques douaniers ont atteint le minimum vital, c'est-à-dire le seuil en dessous duquel la crédibilité du service disparaîtra », estime ainsi l'intersyndicale. Depuis 2005, la Douane s'est lancée dans une refonte de ses moyens nautiques, avec notamment la sortie de flotte de petites unités et la mise en service de deux gros patrouilleurs, les Jacques Oudart Fourmentin et Kermorvan. L'intersyndicale précise que cette restructuration a fait diminuer de 40% du parc nautique et de 20% le nombre de marins. Mais ce n'est pas tant le changement de format de la flotte, que le manque de moyens pour l'entretenir qui inquiète les marins. « Nous sommes face à un problème de type comptable. Concrètement, il y a de l'argent dans les caisses mais les nouvelles règles d'engagement budgétaire, consécutives à la réforme des politiques publiques, posent de grosses difficultés pour autoriser les dépenses liées à l'entretien des bateaux ».

Un problème comptable à l'origine du problème

La conséquence de ce couac comptable est l'immobilisation des navires le long du quai, parfois en raison d'avaries mineures ou pour du matériel de sécurité qui n'a pu être acheté. Et les statistiques sont préoccupantes. « près de 75 % des vedettes sont collées au quai (en métropole et outre-mer) privant ainsi les préfets maritimes - au moment des plus grandes migrations nautiques - de moyens, tant en matière de lutte contre les grands trafics, qu'en matière de sûreté des approches maritimes ou de sécurité en mer », affirme l'intersyndicale. Face à cette situation, les douaniers disent se sentir désarmés : « Nous ne voulons pas faire grève. Nous voulons simplement reprendre le travail dans de bonnes conditions. »

Douane | Toute l'actualité des douanes en mer | Mer et Marine