Marine Marchande
Fin de la grève à la Méridionale

Actualité

Fin de la grève à la Méridionale

Marine Marchande

(Actualisé le 27 juin : Le mouvement de grève des marins de la Méridionale s'est terminé dans la matinée du 27 juin. Les syndicats ont obtenu les garanties sur l'emploi qu'ils réclamaient depuis le début du mouvement. Les cinq ferries (trois de la Méridionale et deux de Corsica Linea) bloqués à Marseille et en Corse ont repris la mer )

Pour mémoire, les marins de La Méridionale ont entamé un mouvement de grève après qu’un rapport confidentiel de la collectivité de Corse qui annonçait que La Méridionale allait être écartée de trois des cinq lignes (Bastia, Ajaccio et Ile Rousse) de la DSP. La direction de La Méridionale a lancé un nouveau référé devant le tribunal administratif de Bastia pour contester les conditions de l'appel d'offres, notamment sur la violation du principe de confidentialité. Les représentants syndicaux des marins demandent, eux, l'annulation de la procédure et, à leur direction, une réouverture du dialogue avec Corsica Linea et des garanties sur l’emploi.

La Méridionale, traditionnelle associée à l’ex-SNCM (devenue Corsica Linea) pour la DSP corse, a décidé, cette fois-ci, de faire cavalier seul pour postuler au contrat organisant la desserte de l’île pour les 15 prochains mois. Elle a dû faire face à de nombreux déboires dans ce cadre, puisqu’évincée a priori des lignes d’Ajaccio et Propriano. La Méridionale, qui contrairement à Corsica Linea ne dispose pas de navires en propriété en nombre suffisant, avait prévu d’affréter des navires pour pouvoir répondre à l’offre. C’est précisément sur ces affrètements qu’a tiqué, en mars dernier, la collectivité corse quand elle a constaté que deux des bateaux affrétés initialement annoncés dans l’offre de La Méridionale, avaient été remplacés par deux autres. En effet, les navires prévus en novembre ont, entre temps, été retirés du marché de l’affrètement. Le délégataire s’est alors inquiété de différentes caractéristiques techniques (notamment le nombre de prises reefers) des nouveaux affrétés et a annoncé l’éviction de la Méridionale sur les lignes auxquelles ces navires avaient été envisagés, soit Ajaccio et Propriano. Une décision confirmée en justice par le tribunal administratif de Bastia puis, lundi dernier, par le Conseil d'Etat.

C’est ensuite Stena, propriétaire du Stena Egeria, qui a annoncé en avril ne plus vouloir fréter son navire que La Méridionale destinait à la ligne vers Bastia. Pour remplacer ce bateau, que Stena a décidé tout récemment de fréter à Brittany Ferries, La Méridionale a carrément acheté le Liverpool Seaways à DFDS.

Mais il semblerait que cela ne suffise pas. Et alors que les élus de la collectivité corse doivent se prononcer aujourd’hui, les représentants du monde socio-professionnels de l’île ne cachent pas leurs inquiétudes : face à une paralysie de la Corse dans les jours à venir faute d’avitaillement, au risque de licenciement à La Méridionale qui emploie 500 marins ainsi qu’à l’avenir de la desserte.

A Marseille, les marins de La Méridionale sont remontés contre leur direction qu’ils souhaiteraient voir dialoguer avec Corsica Linea dans le but d’éventuellement renouer la collaboration qui unissait jusqu’ici les deux armements. Au-delà du contrat de 15 mois qui doit être attribué incessamment sous peu, c’est le suivant, qui va courir sur 10 années, auquel les navigants pensent. Une réunion entre les directions de la Méridionale et de Corsica Linea a eu lieu lundi dernier. Rien n'en a filtré pour le moment.

 

La Méridionale (Compagnie Méridionale de Navigation) Corsica Linea (ex-SNCM)