Défense
Les marins du Bougainville retrouvent Toulon après quatre mois de lutte contre le Chikungunya

Actualité

Les marins du Bougainville retrouvent Toulon après quatre mois de lutte contre le Chikungunya

Défense

L’équipage du Bâtiment de Transport de Soutien (BTS) Bougainville a repris possession, hier, de son navire. Depuis quatre mois, la majeure partie des cinquante hommes et femmes du bord était déployée à la Réunion pour porter assistance à la population, victime du Chikungunya. Leur mission a essentiellement porté sur l’éradication du moustique porteur de ce virus, en menant des campagnes d’éducation sanitaire auprès des habitants. Depuis le mois de janvier, l’Institut National de Veille Sanitaire (INVS) estime que 264.000 Réunionnais ont été touchés par le Chikungunya, soit un tiers de la population de l'île. L’épidémie serait responsable de 237 décès, principalement des personnes âgées.

Un bâtiment en gardiennage : du jamais vu en temps de paix

Afin de permettre l’envoi rapide de renforts en Océan Indien, le Bougainville a été placé en gardiennage dans son port base de Toulon, seule une quinzaine de marins assurant la sécurité et l’entretien du bord. Cette opération était une « première dans l’histoire », souligne la Marine nationale. Les équipages n’ont, en effet, jamais laissé leurs bâtiments à quai pour partir en mission, sauf pendant les périodes de guerre et en cas de situations extrêmes. Les marins étaient alors envoyés à terre défendre des positions aux côtés des fantassins ou des artilleurs. « Après cette longue absence, les gens vont devoir travailler pour se réapproprier leur bateau », explique-t-on à la Force d’Action Navale.

De l’espionnage à la surveillance maritime

Pour se faire, le Bougainville reprendra la mer jeudi et suivra, fin juin début juillet, un stage de mise en condition opérationnelle. Le 14 juillet, il sera en escale à Cavalière, près de Menton. Avant de participer à l’exercice interallié Brillant Midas, du 28 septembre au 14 octobre prochain, le BTS assurera une mission de surveillance maritime en Méditerranée. Il s’agit, là encore, d’une nouveauté pour ce bâtiment. Dernier navire construit par les chantiers Dubigeon, de Nantes, le Bougainville a servi, à partir de 1988, à la Direction des Centres d’Expérimentation Nucléaires (DIRCEN) dans le Pacifique. Après la fin des essais nucléaires, il a été modifié en 1999 pour servir de collecteur de renseignements au profit des services secrets. Remplacé dans cette fonction par le Dupuy de Lôme, livré fin 2005, l’avenir du BTS était incertain. Jugé économique et polyvalent, ce bateau peut, néanmoins, rendre de nombreux services. Long de 113 mètres pour un déplacement de 5200 tonnes en charge, il est doté d’une plateforme hélicoptère et d’un radier capable d’accueillir 2 chalands de débarquement.
_____________________________________

Voir notre dossier sur le Dupuy de Lôme

Marine nationale