Défense
Les moyens embarqués sur le BPC Mistral

Actualité

Les moyens embarqués sur le BPC Mistral

Défense

Le bâtiment de projection et de commandement Mistral fait toujours route sur Toulon, où il va faire une brève escale (normalement samedi) avant de mettre le cap sur la Tunisie pour évacuer des réfugiés fuyant les combats en Libye. Ayant appareillé de Brest lundi, en compagnie de la frégate Georges Leygues, le BPC doit mener, durant quatre mois, la mission Jeanne d'Arc. Ce déploiement annuel succède aux campagnes d'application à la mer de l'ancien porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, bâtiment école de la Marine nationale désarmé l'an dernier. Il y a donc 135 officiers élèves sur le Mistral. Mais il y a aussi, à bord de ce navire comptant un équipage de plus de 160 marins, une force d'intervention de l'armée de Terre. Car le groupe Jeanne d'Arc n'a pas uniquement pour vocation d'assurer la formation à la mer des jeunes officiers. Il s'agit aussi de projeter dans les régions faisant partie de l' « arc de crise » une force disposant de capacités aéroterrestres pouvant être mises en oeuvre depuis la mer. Surveillance maritime, lutte contre la piraterie et les trafics illicites, débarquement de vive force, opération humanitaire, évacuation de ressortissants... Le groupe Jeanne d'Arc peut répondre à des situations très diverses.

Le BPC Mistral   (© : MARINE NATIONALE)
Le BPC Mistral (© : MARINE NATIONALE)

Le BPC Mistral   (© : MARINE NATIONALE)
Le BPC Mistral (© : MARINE NATIONALE)

Des CTM et le BPC Mistral   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Des CTM et le BPC Mistral (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le groupe tactique embarqué

C'est pourquoi le Mistral, comme le Tonnerre l'an dernier, dispose à son bord d'un Groupe Tactique Embarqué. Ce GTE consiste une compagnie d'infanterie renforcée avec des moyens blindés, de l'artillerie et des éléments du génie, ainsi qu'une composante hélicoptères. Pour ce déploiement, les éléments proviennent de la 9ème Brigade Légère Blindée d'Infanterie de Marine. La 9ème BLBIMa fournit un état-major et une compagnie de combat d'infanterie du 3ème Régiment d'Infanterie de Marine. Forte de 87 marsouins, cette unité du 3ème RIMa compte, notamment, une vingtaine de Véhicules de l'Avant Blindé (VAB). S'y ajoute un peloton (23 hommes) du Régiment d'Infanterie de Chars de Marine (RICM) comptant 3 chars AMX 10 RC, dotés de canons de 105mm ; ainsi qu'une section (27 hommes) du 11ème Régiment d'Artillerie de Marine (11ème RAMa), alignant des mortiers de 120mm. Le GTE est complété par une section train de combat (20 hommes) et une section du Génie (21 hommes) provenant du 6ème Régiment du Génie (6ème RG). Ce dernier met en oeuvre 2 tractopelles MPG (Moyen Polyvalent du Génie), 2 VAB et 3 VBL (Véhicules Blindés Légers). L'ensemble des forces terrestres du GTE représente 205 hommes.
En plus de ces moyens, le Mistral va récupérer, à Toulon, des hélicoptères de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT), soit deux hélicoptères de combat Gazelle et deux hélicoptères de manoeuvre Puma.

Débarquement de marsouins   (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Débarquement de marsouins (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Débarquement d'un AMX 10 RC   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Débarquement d'un AMX 10 RC (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Débarquement d'un VAB   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Débarquement d'un VAB (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Débarquement d'un VBL   (© : ARMEE DE TERRE)
Débarquement d'un VBL (© : ARMEE DE TERRE)

Mortier de 120mm   (© : ARMEE DE TERRE)
Mortier de 120mm (© : ARMEE DE TERRE)

MPG   (© : ARMEE DE TERRE)
MPG (© : ARMEE DE TERRE)

Puma sur le Mistral   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Puma sur le Mistral (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Gazelle décollant du Mistral   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Gazelle décollant du Mistral (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Apte à répondre à différentes situations

Le BPC français embarque donc une force souple et mobile qui, si elle n'est pas dotée de moyens lourds, présente une puissance de feu suffisante pour mener une vaste palette d'opérations. Depuis le Mistral, tout ou partie du GTE peut être mis en oeuvre par voie aérienne, à quai dans un port ou au moyen des chalands de débarquement (chalands de transport de matériel - CTM) embarqués par le bâtiment et pouvant déposer hommes, véhicules et matériel sur une plage. Disposant d'importantes infrastructures de commandement, le Mistral sert de plateforme de déploiement mais, aussi, de base à l'état-major, qui dispose de puissants moyens de communication et de gestion de la situation tactique. Très polyvalent, le BPC est, en outre, doté de vastes infrastructures hospitalières, avec 69 lits et 2 blocs opératoires, à même de traiter les blessés. On notera, toutefois, que le Mistral est loin d'être à pleine capacité. Long de 199 mètres pour un déplacement de 21.500 tonnes en charge, ce navire peut, en effet, accueillir jusqu'à 450 hommes de troupe, 16 hélicoptères, 70 véhicules et 4 CTM.

Le BPC Mistral   (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le BPC Mistral (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Evacuations depuis la Tunisie

Dans le cadre de la crise libyenne, les moyens « offensifs » (ou « défensifs », c'est selon) du groupe Jeanne d'Arc ne devraient pas être employés. Pour le moment, l'Etat-major des Armées pense, en effet, utiliser le BPC depuis la Tunisie pour accueillir des ressortissants égyptiens ayant passé la frontière pour fuir les combats. Attendu dimanche ou lundi sur place, il devrait donc manoeuvrer loin de la zone de combat. Il convient, néanmoins, de rester prudent, les modalités de l'intervention dépendant de l'évolution de la situation. Escorté par le Georges Leygues, qui dispose notamment de moyens antiaériens, le BPC doit ramener les réfugiés dans leur pays. L'Egypte est, d'ailleurs, sur la route du groupe Jeanne d'Arc, qui doit franchir le canal de Suez pour gagner la mer Rouge puis l'océan Indien. Durant leur déploiement, quoi durera jusqu'à mi-juillet, les deux navires doivent participer à différents exercices et opérations, qui les conduiront jusqu'à Singapour.

Le Georges Leygues et le Mistral   (© : MARINE NATIONALE)
Le Georges Leygues et le Mistral (© : MARINE NATIONALE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française