Marine Marchande
Les navires côtiers du CNRS ont rejoint l'Ifremer et Genavir

Actualité

Les navires côtiers du CNRS ont rejoint l'Ifremer et Genavir

Marine Marchande

Fin décembre, une convention tripartite a été signée par l'Ifremer, Genavir et le CNRS. Celle-ci porte sur le transfert à l'Ifremer de la flotte côtière du CNRS qui rejoint donc la Flotte Océanographique Française (FOF) et sera gérée par Genavir. Les neuf navires la constituant étaient jusqu'ici opérés par la division technique de l’Institut National des Sciences de l'Univers (INSU) pour le compte du CNRS. 

Pour mémoire, la FOF est une Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Issue d’un processus d’unification initié en 2006, elle regroupe les moyens auparavant gérés par l’Ifremer, le CNRS, l’Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). La FOF est opérée depuis janvier 2018 par l’Ifremer, qui a créé en son sein une direction de la flotte en charge du pilotage des structures d’armement des navires. En 2020, l’ensemble de la flotte sera donc géré et armé (hors Marion Dufresne propriété des TAAF, armé par LDA dont le programme scientifique est coordonné par l'Ifremer ). Les moyens de l’IRD ont déjà été transférés en 2019. La nouvelle structure regroupe 80 personnes à l’Ifremer et s’appuie sur 380 marins et sédentaires chez Genavir.

La flotte du CNRS est constituée de deux navires océanographiques côtiers (le Côtes de la Manche et le Thetys II) et de sept petites unités de station (l'Antédon II, le Néréis II, le Sepia II, le Sagitta III, le Neomysis, le Planula IV et l'Albert Lucas). 

 

Le Côtes de la Manche (© MARC OTTINI)

Le Côtes de la Manche (© MARC OTTINI)

IFREMER