Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Les noms des futurs sous-marins nucléaires français dévoilés

Défense

Après de longs mois de réflexion, la Marine nationale a choisi les noms des futurs sous-marins nucléaires d'attaque du type Barracuda. La tête de série s'appellera Suffren, a-t-on appris de source militaire. Elle sera suivie des Duguay-Trouin, Dupetit-Thouars, Duquesne, Tourville et De Grasse, l'ordre d'attribution pouvant encore évoluer. Après signature du contrat, en décembre dernier, la construction de la tête de série devrait commercer, à DCNS Cherbourg, en août prochain. Les premiers équipements intègreraient ensuite la coque à partir de janvier 2012. L'embarquement de la chaufferie nucléaire est prévu en mai 2013 et le jonctionnement des sections avant et arrière au printemps 2014. Après une première sortie en mer planifiée début 2016, la livraison du Suffren interviendrait fin 2016 ou début 2017, soit 10 ans après la notification du contrat. La réception du second sous-marin interviendra deux ans et demi plus tard, soit mi-2019, puis les quatre autres se suivront au rythme d'un tous les deux ans, soit un achèvement du programme en 2027.

Le retour des grands noms de la marine

Après avoir opté pour des noms de pierres précieuses pour sa première série de SNA, la marine revient donc aux grands hommes de son histoire. Il faut dire que ces noms, traditionnellement portés par des bâtiments de surface de premier rang, ne pourront l'être sur la prochaine génération de frégates. En dehors des Forbin et Chevalier Paul, du type Horizon, les navires du programme FREMM ont reçu des noms de régions françaises, la tête de série actuellement en construction, étant l'Aquitaine. La Rue Royale a donc décidé de perpétuer au travers des sous-marins les noms des cinq plus grandes frégates de la fin du 20ème siècle, les frégates lance-missiles Suffren (désarmée en 2001) et Duquesne (désarmement en juin 2006), ainsi que les frégates anti-sous-marines Duguay-Trouin (désarmée en 1999) et ses sisterships Tourville et De Grasse (retrait du service prévu en 2011 et 2012). S'y ajoute leDupetit-Thouars, un nom qui n'était plus porté depuis le désarmement de l'escorteur d'escadre D 625, en 1988.

Seule la tête de série partiellement financée

Lancé le 21 décembre 2006, le programme Barracuda a vu la signature d'un premier contrat de 1.4 milliard d'euros. Ce marché couvre les études de développement et une partie de la réalisation du premier navire. Il devra être complété des tranches optionnelles, l'ensemble du projet étant évalué à 7.873 milliards d'euros. Outre DCN, Areva TA, qui conçoit la chaufferie nucléaire, est impliqué à hauteur de 15% dans le programme. Destinés à remplacer les six unités de la classe Rubis, mise en service entre 1983 et 1993, les Suffren seront nettement plus grands, avec 99.4 mètres long pour 4765 tonnes en surface, contre 73.6 mètres et 2385 tonnes pour les SNA précédents. Cette augmentation du volume permettra de répondre aux nouvelles normes en matière de sécurité nucléaire, d'améliorer la discrétion acoustique et de porter de 14 à 20 le nombre d'armes embarquées. Pour la première fois dans la marine, les sous-marins du type Barracuda seront, par ailleurs, dotés du missile de croisière Scalp Naval, conçu par MBDA, et capable de détruire une cible terrestre à plus de 1000 kilomètres. Les bâtiments disposeront enfin d'une capacité d'emport de commandos, avec un caisson amovible pouvant être installé derrière le massif. Programme majeur pour DCNS, les SNA de nouvelle génération assureront la moitié de la charge du site de Cherbourg (2300 salariés) et 40% de l'activité de Nantes-Indret (1000 salariés) dès 2008/2009.

Qui furent-ils?

Suffren (de Saint-Tropez, Pierre-André de) 1729-1788
Stratège et tacticien remarquable, doué d'une énergie peu commune, cet homme infatigable au caractère souvent difficile est avec Ruyter et Nelson, l'un des « trois noms immortels qui jalonnent l'histoire de la marine à voiles » (Amiral Castex). A été rendu célèbre par sa campagne dans l'océan Indien (1781-1783).

Duguay-Trouin (René) 1673-1736
Corsaire avant d'être officier dans la Royale, il garda des liens forts avec les armateurs malouins puisqu'ils financèrent la prise de Rio de Janeiro en 1711. Il a aussi été le commandant de l'escadre chargé d'aller bombarder avec succès Tripoli en 1731. Chef d'une audace et d'une énergie exceptionnelles, il reste dommage que l'occasion ne lui ait jamais été donnée de commander de grandes escadres.

Dupetit-Thouars (Abel Aubert) 1793-1864

Homme de sciences, explorateur, homme politique, il a d'abord été un officier de marine. Concepteur de l'opération amphibie pour la prise d'Alger à partir des cartes qu'il avait levées, il est aussi à l'origine du rattachement à la France des îles Marquises et Tahiti.

Duquesne (Abraham) v1610-1688
Premier commandement à la mer à dix-huit ans. Protestant, il refusa d'abjurer, ce qui le priva du grade de vice-amiral et du bâton de maréchal. De caractère très difficile, toujours en conflit avec ses chefs et ses subordonnés, extrêmement intéressé, il n'en demeure pas moins un des marins les plus brillants de son temps.

Tourville (Anne-Hilarion de Cotentin, comte de) 1642-1701
Malgré une grande timidité dans le commandement des grandes escadres, il fut certainement l'un des plus grands marins de son époque, « de l'aveu même des Anglais et des Hollandais, le plus grand homme de mer qui eût été depuis un siècle » rapporte Saint-Simon. Tacticien et stratège excellent, connaissant admirablement toutes les parties du métier, il fut un marin complet, totalement dévoué au service. Tourville est le véritable auteur d'une grande partie des travaux de tactique publiés par son chapelain, le père Hoste.

Grasse-Tilly (François-Joseph, comte de) 1722-1788
Chevalier de Malte, il mena une grande partie de sa carrière dans les mers américaines. Il reste célèbre pour sa victoire stratégique dans la baie de Chesapeake en 1781. Appelé par le général Washington, il infligea une défaite à l'escadre anglaise de l'amiral Graves, rendant inévitable la capitulation de Yorktown et l'indépendance des Etats-Unis d'amérique. (*)
____________________________________________

- Voir la fiche technique des Barracuda

(*) Source : dictionnaire des marins français, ed. Tallandier.

Naval Group (ex-DCNS) Marine nationale