Défense
Les nouvelles frégates marocaines manoeuvrent avec la marine française

Actualité

Les nouvelles frégates marocaines manoeuvrent avec la marine française

Défense

La semaine dernière, le groupe aéronaval français a mené des manoeuvres conjointes avec la marine marocaine. A cette occasion, deux des trois nouvelles frégates du type SIGMA commandées à Damen par le Maroc ont pu travailler avec le porte-avions Charles de Gaulle et son escorte. Du 24 au 30 juin, le Tarik Ben Ziyad et le Sultan Moulay Ismail ont été intégrés au groupe aéronaval français (TF 473) et ont mené différents exercices, notamment de lutte anti-sous-marine. Mesurant respectivement 105 et 98 mètres de long pour un déplacement de 2335 et 2075 tonnes, ces bâtiments, livrés en septembre 2011 et mars 2012, peuvent mettre en oeuvre quatre missiles antinavire Exocet MM40, un système surface-air à lancement vertical VL Mica, une tourelle de 76mm, de l'artillerie légère, des torpilles MU90 et un hélicoptère. Une troisième unité (de 98 mètres) sera livrée en septembre par Damen. Au même moment, le Mohammed VI, frégate multi-missions de 142 mètres et 6000 tonnes commandée à la France, quittera le chantier DCNS de Lorient pour débuter ses essais en mer, la livraison de cette FREMM étant prévue en 2013. Ces nouveaux bâtiments résultent des importants efforts consentis par le Maroc pour renouveler sa flotte en la dotant de matériels modernes et parfaitement interopérables avec d'autres marines.

Le Forbin et les deux frégates marocaines  (© : MARINE NATIONALE)
Le Forbin et les deux frégates marocaines (© : MARINE NATIONALE)

C'est ce qu'on pu constater les marins français à la fin du mois dernier. En dehors des exercices, le 27 juin, une opération conjointe a également été menée lorsqu'une embarcation suspecte a été détectée au large d'Agadir. Les individus présents à bord, qui tentent de se dissimuler sous une bâche, jettent des objets à la mer. Soutenus par la frégate de défense aérienne Forbin, les deux bâtiments marocains ont été détachés de la force pour mener des investigations. L'embarcation est interceptée et des paquets repêchés (la nature de leur contenu n'a pas été précisé, on ne sait donc pas s'il s'agit par exemple de drogue), les hommes présents à bord étant remis aux autorités marocaines compétentes. Selon la Marine nationale, cette opération inopinée marque la « coopération bilatérale et le professionnalisme des équipages qui unissent les deux marines ». Pour le contre-amiral Bruno Deméocq, commandant le groupe aéronaval : «Dans le domaine maritime, les intérêts stratégiques de nos deux pays sont proches et le Maroc est un acteur essentiel des théâtres méditerranéen et proche atlantique. Nous sommes prêts à répondre ensemble, sur décision de nos autorités politiques, aux défis qui ne manqueront pas de surgir à l'avenir ».
On notera que la présence du Charles de Gaulle a, également, été l'occasion de mener des exercices avec les forces aériennes marocaines, les avions français s'entrainant avec des Mirage et des F-5 marocains.

Marine nationale